Vous venez de terminer la maquette de votre livre et vous êtes content du résultat. Malheureusement, le travail n'est pas fini, il vous faut encore couvrir votre ouvrage.

Le fichier que vous fournirez à l'imprimeur contiendra la couverture, la quatrième de couverture (avec résumé et biographie de l'auteur) ainsi que la tranche, le tout en un seul visuel.

Pour ce qui est de l'épaisseur de la tranche, l'imprimeur vous la donnera en la calculant en fonction du nombre de pages de votre ouvrage et du papier que vous aurez choisi (bien souvent du 80 ou 90 grammes au m²).

Vous devez alors calculer la taille de l'image à fournir. Si vous avez choisi un format A5 (14.85 X 21 cm), le livre ouvert devrait faire 29,7 de large sur 21 de hauteur, mais, à ces dimensions, il faut rajouter la dimension de la tranche et, le bord perdu.

Admettons que votre ouvrage comporte un peu plus de 200 pages, vous obtiendrez une tranche qui avoisine les 2 cm. Vous aurez donc à fournir un fichier de 31.7 X 21cm, auquel il faudra rajouter entre 3 et 6 mm de bords perdus pour que l'imprimeur puisse couper votre couverture sans risquer de rogner un élément important de la couverture.

En clair, il vous faudra rajouter, tout autour, entre 3 et 6 mm de fond.

Prenons 5 mm de bord perdu, vous obtiendrez alors un fichier aux dimensions de 32,7 X 22 cm.

Pour ce qui est du contenu de la couverture, vous pourrez faire appel à un professionnel pour vous la confectionner ou bien décider de tout faire tout seul (on n'est jamais mieux servi que par soi-même).

Là, plusieurs écoles s'opposent. Il y a ceux qui optent pour des couvertures sobres comme Gallimard (fond uni clair, cadre, nom de l'auteur et de l'éditeur en noir et en petit, titre du livre en gros et en rouge). Cette pratique est ambiguë puisque utilisée pour faire sérieux mais également usitée par les éditeurs à compte d'auteur afin de minimiser les frais de création.

Pour une telle couverture, inutile de chercher un professionnel, tout un chacun est apte à la créer.

D'autres opteront pour la couverture plus artistique, plus travaillée, comme les éditions Bragelonne, mais ce choix est surtout adapté à ce qu'ils publient.

D'autres, encore, opteront pour la mise en avant de l'auteur (pour cela faut-il encore que l'auteur soit très connu), ainsi, pour les livres d'Amélie Nothomb, vous aurez le droit à la tronche de l'auteur, en gros, sur la couverture. En clair, dans ce cas là, vous ne vendez plus un ouvrage, mais un auteur.

Le mieux est peut-être de se situer entre les deux extrêmes et de faire à la fois un fond relativement sobre et adapté au contenu de votre ouvrage. Bref, pas vraiment de règles en la matière si ce n'est que, par habitude, le nom de l'auteur se situera en haut de la couverture, le nom de l'éditeur en bas et, entre les deux, le titre du livre.

Pour ce qui est de la tranche, titre et nom de l'auteur avec, en bas de tranche, le logo de la maison d'édition est un choix classique. Pour le sens, si la lecture de bas en haut et celle de haut en bas sont utilisées, il semblerait que la première soit la plus courante.

Si votre tranche dénote du reste de la couverture (couleur différente), veillez à trouver un imprimeur faisant du bon travail pour calibrer parfaitement ses machines, sinon, le résultat final risque d'être décevant puisque le moindre décalage sautera aux yeux.

Pour la quatrième de couverture, il vous faudra écrire un résumé attractif qui donnera envie au lecteur d'acheter votre ouvrage en lui donnant une idée de ce qu'il découvrira à l'intérieur sans trop en dévoiler. Ce résumé est souvent un casse-tête puisqu'il faut être capable de faire saliver le lecteur en quelques lignes.

Vous pourrez rajouter une biographie de l'auteur, pourquoi pas sa photographie mais, surtout, veillez à intégrer à la quatrième de couverture, le code barre réalisé à partir du numéro ISBN de l'ouvrage et le prix du livre, indication obligatoire sur un livre.

Pour se faire, rien de tel qu'un petit logiciel comme Code-Barre Generator, programme simple d'utilisation puisqu'il vous suffit d'entrer le numéro ISBN ou EAN pour qu'il vous génère le code barre correspondant que vous pourrez enregistrer dans un fichier image et retravailler ensuite (pour rajouter le prix au-dessus, par exemple).

Pour créer la couverture, vous aurez besoin d'un logiciel de dessin. De Photoshop à Photofiltre en passant par Gimp. Il est préférable d'utiliser un logiciel gérant les calques, autant dire qu'il vous faudra encore mettre la main à la poche.

Quand vous avez créé le fond, le dessin, vous pouvez gérer les textes (nom auteur, éditeur, titre, résumé, biographie), dans le même logiciel que vous avez utilisé pour la mise en page du livre. Ceci vous aidera à gérer la taille de la couverture et des bords perdus. Vous n'aurez plus, une fois tout calibré, qu'à exporter le fichier en PDF pour l'envoyer à l'imprimeur.

Au final, vous pourrez obtenir un fichier du genre de celui qui suit (il s'agit de la couverture du troisième opus des aventures de Wan & Ted).

Couv LMSO sans BPComme vous pouvez le constater, la 1ère de couverture est à droite et la 4ème à gauche. C'est tout bête, mais on a parfois tendance, au début, à vouloir faire l'inverse.

Comme vous le voyez, la tranche, ici, dénote avec le reste de la couverture par un fond plus sombre. Si l'épaisseur de votre tranche a mal été calculée, si vous l'avez mal intégrée dans la maquette ou bien si votre imprimeur calibre mal sa machine à découper ou à encoller, vous risquez alors que le bord de la tranche soit décalée et que cela se remarque immédiatement. A vous de bien faire attention, soit en évitant de faire dénoter la tranche du reste du fond de la couverture, soit en faisant confiance à votre imprimeur.

Petit détail à ne pas oublier dans l'organisation de votre couverture, le rainage, ces deux rainures de chaque côté de la tranche (dos du livre) qui facilite le pliage et l'ouverture de la couverture. Si ce rainage est fait par l'imprimeur, il faut bien penser à ne pas apposer un quelconque visuel à leurs emplacements.

Restera encore à discuter avec votre imprimeur de détails comme savoir si vous voulez une couverture couleur ou non, le grammage du papier cartonné utilisé pour cela (dans les 300 gr/m²), savoir si vous désirez que la couverture soit pelliculée (une fine pellicule plastique qui recouvre le carton afin de le protéger).

Vous pouvez, dès lors, partir à la recherche d'un imprimeur avec qui discuter.