dedainLe soutien, c'est si on veut !

... Et beaucoup ne veulent pas. La situation n'est pas nouvelle, il ne faut jamais compter sur les autres et il vaut mieux être seul que mal accompagné, mais tout de même.

Si on ne peut pas espérer que tous les lecteurs vont nous soutenir, il y a tellement d'éditeurs, d'auteurs et de livres, qu'il serait fou de penser que tous viendront à nous, on pourrait tout de même attendre un minimum de la part des professionnels du livre.

Le minimum syndical tant désiré est, ni plus ni moins, que du respect. Nous ne demandons pas à tous les professionnels de nous soutenir de façon inconditionnelle, juste, au minimum, de nous répondre lorsque nous les contactons et de ne pas nous prendre pour des idiots.

Apparemment, c'est encore trop demander.

Se lancer dans l'édition, dans la conjoncture actuelle, sans le soutien des banques ou des médias, nécessite énormément d'investissement personnel et de passion. Mais quand les professionnels du livre, pour la plupart, ne vous offrent aucun soutien, et pour certains, vous mettent des bâtons dans les roues, assurez-vous d'avoir énormément de passion.

Si l'on peut se féliciter du fort soutien de certaines bibliothèques, de certaines librairies ou de certains organisateurs d'évènements autour du livre, on doit également noter, malheureusement, le dédain d'autres, ce qui peut être, parfois, déprimant.

OXYMORON Éditions a connu ce manque de soutien bien avant son existence.

Déjà, lors du projet de création de la maison d'édition, alors que je contactais la Mairie de ma ville, je constatais assez vite le dédain dont pouvaient faire preuve ses élus. Après avoir discuté avec le Maire, celui-ci m'engagea à monter un dossier de présentation du projet pour le soumettre au prochain Conseil municipal. Après six mois passés et plusieurs visites à la mairie, j'apprenais que mon dossier n'était jamais passé devant le Conseil municipal et qu'il n'y passerait jamais, que la mairie ne soutenait jamais ce genre de projet. D'accord, pas de problème, mais pourquoi m'avoir demandé de monter un dossier, pourquoi m'avoir fait espérer, mais surtout poirauter pendant des mois ?

Depuis, la même mairie et les mêmes élus refusent de soutenir ma maison d'édition ne serait-ce que par l'achat de livres pour la bibliothèque, afin que les lecteurs de ma ville aient accès aux livres du seul éditeur de la localité. Je suis pourtant passé plusieurs fois à la mairie, j'ai déposé des cartes de visites et demandé des entrevues avec le Maire. J'ai également laissé un mot à la bibliothécaire, plusieurs fois et, j'ai même contacté la responsable des achats pour la bibliothèque, une fois par téléphone et une fois de visu, quand je suis tombé sur elle, par hasard, à l'accueil de la mairie. Ce jour là, je n'ai reçu que dédain, mon interlocutrice usant d'ironie de mauvais aloi pour demander à ses collègues de lui rappeler d'aller voir mon site dès qu'elle aurait cinq minutes.

Apparemment, elle n'a toujours pas eu cinq minutes depuis cinq mois. La pauvre doit être débordée ! Bon, débordée pour aller voir mon site ou pour commander mes ouvrages mais pas pour critiquer la bibliothèque du village voisin, prétextant qu'elle est tellement petite que les habitants dudit village viennent dans la bibliothèque de ma ville pour emprunter des livres. Seul problème, la bibliothèque du petit village voisin, elle, n'a pas hésité à me soutenir et a acheter tous les ouvrages de mon catalogue. Comme quoi les petites structures font souvent mieux leur travail que les grosses.

Question bibliothèque comment ne pas citer celle, réputée, d'un village de bord de mer, dont la responsable refuse de me répondre, que ce soit lors de mes visites sur place ou lorsque je téléphone. J'ai beau laisser des messages, déposer des cartes de visites, la personne ne prend même pas le temps de m'appeler ou de me répondre.

Bibliothèque, toujours, avec le dédain absolu dont font preuve les élus et la responsable des achats d'un village très proche de Perpignan. Pourtant, lorsqu'il était question de quasiment me supplier de tenir un stand à la Sant-Jordi de leur village, l'avant-veille de la manifestation car ils étaient en manque d'éditeurs et d'auteurs, ils l'avaient bien mis de côté leur dédain. Mais, quand je leur ai demandé de jouer le jeu (comme toutes les villes dans lesquelles je participe à des manifestations) en achetant des livres de mon catalogue pour la bibliothèque afin que leurs lecteurs aient accès gratuitement à mes ouvrages, il n'y a plus personne. Ce n'est pas faute d'être passé à la bibliothèque pour présenter mon catalogue, d'avoir téléphoné à la responsable des achats, mais là encore, on m'a assuré, après plusieurs coups de fils, d'une commande dans les deux mois, je n'ai toujours rien vu venir (la Sant Jordi a eut lieu fin avril).

Bibliothèque encore, avec la responsable des achats d'une petite ville près de chez moi qui doit toujours m'appeler après que je sois passé à la bibliothèque présenter mon catalogue et que j'ai, ensuite, cherché à la contacter plusieurs fois.

Côté évènement littéraire, comment ne pas être abasourdi devant le refus, suite à ma demande de participation, de la part d'une responsable de bibliothèque d'une ville proche de Perpignan et qui est également l'organisatrice d'un salon littéraire au sein de la localité et qui, après m'avoir proposé de participer à l'évènement lorsque je lui ai présenté mon catalogue, avant l'été, laisse maintenant entendre qu'elle refuse de m'inviter sous des prétextes que je juge fallacieux, dont celui que ma maison d'édition n'est pas inscrite à la LR2L. Ne pouvant continuer à utiliser ces arguments après que je les ai réfutés, un par un, c'est maintenant mon soit-disant manque de cordialité qui est en cause. Une excuse supplémentaire pour refuser les petits éditeurs pour laisser plus de place aux gros.

On peut ajouter à cela le manque total de soutien du Conseil Général, refusant même d'acheter aux éditeurs des livres qui ne s'inscrivent pas dans le "terroir", mais qui n'a toujours pas répondu à ma demande d'il y a plusieurs mois de soutien pour le roman "Wan & Ted - Le Mystère Sang & Or" qui se déroule dans le département et qui s'inscrit dans l'histoire du Pays catalan.

Ajoutons également le refus systématique du journal l'Indépendant de consacrer quelques lignes à ma maison d'édition alors qu'ils n'ont pas hésité à publier plusieurs articles sur des auteurs auto-édités ou des éditeurs à compte d'auteur.

Parlons aussi du silence des radios locales ou des magazines locaux suite à mes différentes demandes.

Avec tout cela, heureusement, la passion et les retours positifs des lecteurs permettent de nous donner du courage pour continuer à proposer des ouvrages originaux de qualité.

Aussi, puisque nous ne pouvons compter que sur les lecteurs, après tout, ce sont eux qui forment le soutien le plus important, n'hésitez pas à gonfler ce soutien en vous procurant, vous aussi, nos divers ouvrages.

Pour ce faire, vous pouvez vous rendre sur le site d'OXYMORON Éditions. Merci à vous !