conseil_achatPour qu'un éditeur puisse faire son travail, il faut que des écrivains fassent le leur.

Pour autant, si tous les écrivains édités ont tenté leur chance auprès d'un éditeur, tous ceux qui écrivent n'ont pas pour vocation d'être édités.

Mais, ce n'est pas parce qu'un écrivain ne cherche pas à être édité, qu'il n'a pas pour but d'améliorer son écriture.

Aussi, afin de venir en aide aux écrivains en recherche de conseils, je me propose de vous livrer quelques indices pour mieux écrire.

Autant dire que les conseils suivants sont totalement subjectifs, puisqu'il existe autant de façons d'écrire que d'écrivains, mais, au moins, vous aurez un point de vue de quelqu'un qui n'est plus tout à fait novice du haut de ses 6 romans, de sa centaine de nouvelles, de quelques dizaines de poèmes et d'un scénario (pas tous édités, mais quand même !).

La première chose à savoir, pour s'améliorer en écriture, c'est que pour mieux écrire, il faut écrire. Conseil évident mais que certains oublient parfois. Effectivement, plus on écrit et mieux on écrit.

Certes, beaucoup vous diront que pour écrire mieux, il faut lire beaucoup, et ce n'est pas faux. Mais, si vous écrivez le même genre de romans que vous lisez, vous risquez, au final, d'avoir beaucoup de mal à trouver votre propre style et de ne créer que de mauvais copiés collés des oeuvres qui vous ont marqué.

Mon conseil principal sera alors de lire des oeuvres aux styles éloignés de celui dans lequel vous voulez vous parfaire, ce qui n'est pas toujours évident vu que l'on est toujours influencé par ce que l'on aime.

Première chose à définir, c'est le "pour qui ?", "pourquoi ?"

Pourquoi écrivez-vous ? Pour qui écrivez-vous ?

Si la première réponse est : "Pour vous délester d'un poids" et la seconde, "Pour vous-même", alors, vous pouvez très bien vous passer de tous les conseils, le seul qui prévaudra sera d'y prendre du plaisir ou de réussir à vous débarrasser du poids qui vous gênait.

Si la première réponse est : "Pour devenir riche et célèbre" et la seconde, "pour n'importe qui du moment que je devienne riche et célèbre", alors, je n'aurais qu'un conseil, abandonnez. Comme je l'ai déjà dit, écrire un roman dans l'espoir de devenir riche et célèbre revient à jouer au loto dans l'espoir de gagner le gros lot à la différence que remplir un ticket de loto ne prend qu'une minute là où écrire un livre prend des mois et des mois, aidez-moi !

Si la première réponse est : "Pour raconter une histoire et faire passer des émotions" et la seconde, "Pour les lecteurs", alors, commence un travail de longue haleine. Car écrire et s'améliorer est un travail de tous les instants.

Dans tous les cas, l'écriture est un acte égoïste et solitaire. Quelle que soit votre raison d'écrire vous passerez toujours par ce stade onaniste qui consiste à se retrouver seul devant sa feuille ou son écran d'ordinateur afin de retranscrire avec des mots choisis, les scènes présentes dans votre cerveau.

Et c'est bien parce que vous êtes seuls qu'il devient difficile de vous améliorer. Car, la solitude de l'écriture et le fait de penser que ce que l'on écrit peut intéresser autrui favorisent l'égocentrisme et le narcissisme. Du coup, difficile d'accepter et d'apprécier à leurs justes valeurs les critiques qui pourraient être émises par des lecteurs (que ce soient des proches ou des inconnus). Et c'est bien à cause de cette mégalomanie que beaucoup d'écrivains amateurs ne s'améliorent jamais.

Car, à trop compter sur soi-même on finit par ne plus voir ses propres erreurs et ses propres défauts. A trop avoir la tête dans le guidon, en travaillant un texte, on est confronté au principal problème de l'écrivain, être bon juge envers ses écrits.

Bon juge dans les deux sens car, si certains sont trop sûrs de la qualité de leurs textes, d'autres, par contre, sont bêtement persuadés que leur prose est catastrophique. Mais vous pourrez également faire partie de la troisième catégorie, celle des cyclothymiques, les plus nombreux, je pense, qui vont et viennent d'un jugement à un autre, de jour en jour, voire d'heure en heure.

Aussi, il n'y a rien de mieux que des avis extérieurs, encore faut-il être capable de les accepter et de les trier. 

Dans tous les cas, vous avancerez d'autant plus que les critiques que vous recevrez seront concentrées sur vos défauts et seront argumentées.

Cependant, il faut un certain recul sur soi et sa plume pour pouvoir accepter ces critiques et en prendre compte pour l'avenir.

Si votre orgueil n'est pas trop débordant et que vous vous sentez capable d'être réellement critiqué, se pose à vous le problème de trouver la bonne personne en sachant qu'elle réside rarement dans l'entourage proche. Les gens qui vous connaissent et vous apprécient seront réticents à vous faire de la peine en disant réellement ce qu'ils pensent de votre ouvrage (à moins que tout soit parfait, mais rien n'est jamais parfait dans un texte).

Aussi vous faudra-t-il trouver une personne n'ayant aucun scrupule à vous faire souffrir (cela fait toujours mal une critique, surtout au début, même si elle est justifiée).

Heureusement pour vous, le fait que vous me lisiez ici prouve que vous avez Internet et cet instrument peut vous rendre de grands services pour entrer en contact avec des gens qui ne vous connaissent pas mais sont d'accord pour vous faire souffrir pour votre bien. Si ce désir est physique, rendez-vous sur des sites masochistes, mais si cette envie est scripturale, alors, les forums d'écrivains amateurs peuvent vous être d'un grand secours.

Mais, si vous demeurez logiques malgré votre empressement à obtenir des avis sur vos écrits, pour que cela soit possible, encore faut-il que vous ayez écrit quelque chose. Pour cette étape, je vous proposerai d'autres conseils dans un prochain article.