9782757823767"1280 âmes" est un court roman de Jean-Bernard Pouy, un auteur connu pour son goût de la littérature, les jeux de mots, les contraintes et pour lancer des concepts et des collections ("Le poulpe", "Pierre de Gondol", "Série Grise").

Avec "1280 âmes", l'auteur inaugure la série des "Pierre de Gondole", du nom de son personnage, Pierre de Gondol, un libraire possédant la plus petite librairie de Paris et qui est un expert en livres rares et en enquêtes littéraires.

Jean-Bernard Pouy prend prétexte de ce personnage pour régler ses comptes et clâmer son amour de la littérature et du cinéma.

En fait de régler ses comptes, il en règle surtout un, celui de Marcel Duhamel, éditeur, traducteur et créateur de la "série noire".

pop1280En 1966, pour l'occasion du numéro 1000 de la fameuse série, Marcel Duhamel décide de traduire le roman "Pop. 1280" de Jim Thompson (le roman sera de base au film "Coup de torchon") écrit deux ans auparavant. Bizarrement, ce roman s'intitulant "Pop. 1280" pour "Population 1280", correspondant au nombre d'habitant de la petite ville de Pottsville où se déroule le roman, est traduit sous le titre "1275 âmes", par Marcel Duhamel. La raison, le traducteur se serait permis des coupes par ci par là.

Où sont donc passés les 5 âmes manquantes ? C'est justement le sujet du roman de J.B. Pouy.

Pierre de Gondol est embauché par un client pour retrouver les 5 disparus de la traduction de Duhamel. Pour ce faire, il commencera son enquête dans les bibliothèques avant de s'envoler vers les USA pour suivre les traces de Nick Corey, le personnage principal du roman de Thompson.

"1280 âmes" de J.B. Pouy a attiré mon attention pour deux raisons. La première, l'auteur lui-même dont j'apprécie la démarche littéraire et dont j'ai beaucoup aimé le premier opus de la série du "Le poulpe". La seconde est dans le script lui-même, le décalage mis en place dans cette enquête. Suivre les pérégrinations d'un personnage enquêtant sur des personnages de fictions ayant disparu d'un livre m'intriguait au plus haut point. Aussi, je ne suis pas passé par la case Thompson avant de franchir celle Pouy. Mal m'en a pris, probablement, puisque, effectivement, le roman de l'américain étant au centre de celui du français, les diverses références me sont passées bien au dessus de la tête. Si on ajoute à cela, d'autres références littéraires dont je n'avais pas les codes et une enquête, au final, pas si passionnante, on devinera aisément que je suis sorti assez déçu de cet exercice de style.

Indubitablement, je suis en partie responsable de cet état de fait, mais je ne peux m'empêcher de penser que l'auteur a aussi sa part de responsabilité et qu'il s'est laissé bouffé par le concept même de son roman. L'idée était forte, peut-être trop, et Pouy semble avoir pensé qu'elle se suffisait à elle-même. Du coup, entre style d'écriture parfois un peu léger parfois un peu inadapté et des digressions qui n'apportent rien, pas même le plaisir de lecture,  "1280 âmes" est très loin de mes attentes. Dommage car cette enquête au coeur d'un roman avait un très fort potentiel et Pouy était capable de nous livrer un roman plus concentré sur l'enquête et donc à la fois curieux et haletant.

Au final, à défaut d'être emballé par ce roman qui se lit, heureusement, très vite, on appréciera le concept même du roman et de la série "Pierre de Gondol" et on pardonnera à Pouy d'avoir été trop timoré ou trop content de son idée pour creuser un petit peu plus le tout et nous proposer une véritable enquête avec tout ce que cela comporte, au coeur d'un roman policier.