non-stop-260533Frédéric Mars est un auteur et scénariste français né en 1968. Il exerce dans des styles différents mais c'est à travers un polar à suspens plus communément appelé "Thriller", que je viens de faire sa connaissance.

NON STOP : 9 septembre 2012, Manhattan. Un homme ordinaire reçoit une enveloppe anonyme et se met à marcher en direction du métro. À peine s’est-il arrêté sur le quai de la station qu’il explose, semant la mort autour de lui. Très vite, les mises en marche et explosions de ce genre se multiplient à une allure folle. Sam Pollack et Liz Mc Geary, les deux agents chargés de l’enquête, doivent admettre qu’ils sont confrontés à une attaque terroriste d’une envergure inouïe. Une attaque non revendiquée et d’autant plus difficile à contrer qu’elle transforme des innocents en bombes humaines, faisant d’eux les agents de ce scénario apocalyptique. Tous se sont vu implanter un pacemaker piégé dans les deux dernières années. Tous reçoivent ces fameuses enveloppes kraft et se mettent à marcher. S'ils s’arrêtent, la charge explosive se déclenche, où qu’ils soient. Quels que soient leur âge et leur couleur de peau. Grace, la propre fille de Sam Pollack, est concernée. Concerné aussi, un certain Stanley Cooper, président sortant des États-Unis, qui a caché à l'électorat son insuffisance cardiaque pour accéder au pouvoir… La cavale sans fin de ceux qu'on appelle les Death Walkers, les marcheurs de la mort, ne fait que commencer.

Frédéric Mars a très probablement fait de longues recherches pour se documenter sur le terrorisme et les différentes organisations de sécurité et de défense des USA. Il a fait des recherches et il tient à ce que cela se sache, probablement trop.

Cette impression m'a sauté aux yeux dès l'introduction durant laquelle l'auteur nous liste les différents personnages en nommant leur statut, leur appartenance aux différentes organisations, etc...

mars-frederic-1910Mais la suite de la lecture nous confirme cette crainte tant l'auteur s'étale lourdement sur des descriptions de lieux, d'évènements et de personnages en rapport avec le terrorisme.

Alors bien sûr, on pourra prétexter que l'auteur nous livre là un hommage aux séries télévisées et, notamment, à 24h00 Chrono dominée par ce très cher Jack Baueur.

Il est certain que le lecteur réussissant à entrer totalement dans l'histoire et le style de l'auteur trouvera son compte dans cette histoire. Pour les autres...

Malheureusement, je fais partie des autres, de ceux qui, n'entrant pas dans l'histoire, n'arrivent pas à se départir de ce manque de style ou de ce style plat, qui se contente de raconter ce qui se passe sans effort de tournures de phrases un peu travaillées.

Cette "platitude" m'a très fortement gêné au point que j'ai bien failli interrompre ma lecture en cours de route mais, après avoir un peu insisté, j'ai tout de même voulu connaître la fin de cette histoire, parfois intéressante mais parfois manquant de crédibilité.

Oui, car toutes les recherches effectuées par l'auteur ne l'empêchent pas de développer une histoire manquant un peu de réalisme. Difficile de pointer les incohérences sans déflorer l'intrigue, aussi, je ne m'étendrai pas sur cet aspect du roman.

Pourtant, le synopsis avait de quoi attiser la curiosité avec cette histoire de marcheurs piégés qui explosent un peu partout, mais, à cause d'une plume bien trop journalistique, la sauce a bien du mal à prendre et, avec les incohérences à venir, le souffle retombe bien vite.

En bref, "Non-Stop" de Frédéric Mars est un roman à suspens qui avait un certain potentiel mais qui pêche par une plume manquant de verve littéraire, par un excès de personnages, par des incohérences dans les réactions de gens, dans la mise en place de l'acte terroriste, par un excès d'anglicismes... Une lecture qui aurait pu être plaisante mais qui s'est révélée un peu fade.