1239808-gfDans mon désir de découvrir des auteurs de romans policiers de langue française, je me suis penché sur un roman de Jean Lemieux, un auteur québécois de soixante ans au travers un de ses ouvrages : « La Lune rouge ».

La Lune rouge : Jeune médecin aux Iles-de-la-Madeleine, François Robidoux doit se rendre chaque mois au dispensaire de l'île d'Entrée. Cette fois, coincé dans cette île sauvage et mystérieuse où chaque habitant semble porter un secret, François Robidoux se voit mêlé à deux meurtres. De peur d'être accusé, il accumule les mensonges et s'enfonce de plus en plus. Lorsque l'enquête policière sera complétée, quand les liens étranges qui unissent les habitants de l'île d'Entrée auront été mis à jour, François Robidoux sera devenu un autre homme. La lune rouge est une passionnante enquête policière dans laquelle se profilent des personnages singuliers et troublants. Mais c'est aussi, sur un ton parfois léger, parfois grave, une fascinante étude de mœurs, tissée d'observations sur la vie, l'amour, la mort. Un roman qui se laisse dévorer !

Certes, la quatrième de couverture n'était pas très aguichante, mais les critiques dénichées sur le net laissaient présager d'un bon moment de lecture. Rien n'en fut, pour moi, tellement je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire. Malgré un début qui entre immédiatement dans le vif du sujet...,

Phyllis Dickson m'a appris la nouvelle au téléphone.

— Thomas, ta mère... Ils l'ont trouvée au bas du Cap.

— Suicide ?

— Je ne sais pas. Il se passe des choses étranges. Charlene Collins s'est noyée au même endroit hier matin.

... le roman se perd vite en retours dans le passé censés épaissir les personnages.

jean lemieuxPeut-être est-ce ce procédé qui ralentit une enquête qui démarre pourtant dès les premières lignes qui m'a empêché d'entrer dans cette histoire, peut-être sont-ce d'autres raisons, toujours est-il que je n'ai pas dépassé le quart de ce roman pourtant assez court et que j'ai donc arrêté ma lecture en court de route, chose qui m'arrive assez rarement.

Je ne peux pas dire que ce soit mal écrit ni que la narration soit mauvaise, non ; je n'ai simplement pas été happé par cette histoire et j'ai eu beaucoup de mal à comprendre qui étaient les personnages, quel rapport ils avaient avec les éventuels meurtres et, pire encore, je n'avais même pas envie de savoir qui était le meurtrier puisque, au bout d'un quart du livre, l'auteur ne s'intéressait toujours pas à ces décès suspects.

Du coup, sans meurtre avéré, sans meurtrier à chercher, sans enquête, donc, je me suis ennuyé et j'ai déclaré forfait.

Probablement, ne faut-il pas lire ce roman comme s'il s'agissait d'un polar, cela aiderait sûrement le lecteur à mieux le percevoir, je ne sais pas ?

Au final, « La Lune rouge » est un échec, puisque je ne suis pas allé au bout, mais cela ne veut pas dire qu'il ne plaira pas à d'autres, la preuve, plein de lecteurs le considèrent comme un bon livre.