51438AN38TLA.D.G. nous ressort ses deux personnages fétiches, Serguïe Djerbitskine alias Machin (car son nom est trop difficile à prononcer) journaleux d'une feuille de chou locale et l'avocat Pascal Delcroix.

On n'est pas des chiens : Au milieu d'une meute d'animaux abandonnés et recueillis par une séduisante amie des bêtes, le cadavre d'une vieille femme égorgée. Et qui croyez-vous qu'on trouve mêlés à cette sale histoire ? Votre serviteur, Serguïe Djerbitskine, dit Machin, journaliste et son compère, Maître Pascal Delcroix. Il n'y a pas à dire, on mène une vie de chiens avec nos « copains » les gitans des Sablons...

Machin n'est pas mince, Machin n'est pas courageux, Machin n'est pas beau, Machin n'est pas riche, pire, Machin est plutôt accro à la bouteille et aux emmerdes. Pourtant, cela ne l'empêche pas de conquérir les cœurs de jeunes femmes, notamment de cette amoureuse des animaux qui héberge les chiens perdus sans collier et les chats abandonnés. Mais, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'à force de porter plainte contre les gitans qui font du trafic de chiens, on s'attire des ennuis. Alors, quand sa voisine est retrouvée égorgée, elle ne peut s'empêcher de penser que cela n'est pas une coïncidence et, Machin et l'avocat vont tout faire pour le démontrer, un peu trop, même, puisqu'ils vont s'attirer les foudres des gitans...

serie_noireA.D.G. nous ressert, pour notre plus grand plaisir, ses deux personnages fétiches. La plume est toujours savoureuse et l'on constate que les gitans sont toujours des têtes de Turc... quoi que.

Autour d'un trafic de chien et pour sauver la belle, nos deux héros ne vont pas hésiter à se rendre dans le campement des gitans en leur présentant un faux article écrit par Machin et les accusant de voler des chiens. Mais, alors qu'ils font face aux gitans, le feu prend dans le campement et les deux sont vite soupçonnés de l'incident et peinent à fuir sans y laisser des plumes. Mais quand le faux article est réellement publié, force est de constater qu'une tierce personne semble vouloir les monter les uns contre les autres... pour quel motif ?

Pas grand-chose à rajouter sur ce roman-là que je n'ai déjà dit dans les précédents du même auteur, la plume d'A.D.G. est un réel ravissement de par son mélange d'humour, de jeux de mots, d'argot et de poésie (si, si). Les deux personnages principaux sont attachants, chacun leur tour, et leurs aventures sont toujours plaisantes à lire.