boudardcouv_metamorphoseLa métamorphose des Cloportes est le premier roman d'Alphonse Boudard, roman qui sera ensuite adapté au cinéma par Pierre Granier-Deferre et dont les rôles principaux seront interprétés par Lino Ventura, Charles Aznavour, Pierre Brasseur, Maurice Biraud... excusez du peu.

Pour son premier roman, l'homme en a écrit beaucoup, l'auteur se met en scène, puisque le personnage principal s'appelle Alphonse Boudard. Alphonse est un taulard qui sort de prison avec une maladie des poumons et qui décide de se venger de ses anciens complices de braquages qui non seulement l'ont abandonné aux mains des flics, ne sont jamais allé le voir en prison ou ne lui ont jamais rien envoyé, mais qui, en plus, en ont profité pour le dépouiller de tous ses biens.

Dans un langage argotique soutenu, parfois cru, notre Alphonse se promène dans ses anciens quartiers, sous la surveillance du flic qui l'avait arrêté, afin de retrouver ses vieux complices et les exterminer.

Le roman débute avec la sortie de prison du personnage principal et revient, par la voix du personnage-narrateur, sur ce qui l'a conduit à la prison et ce qui motive son esprit de vengeance. On assiste donc plus à un flashback permanent qu'à une histoire racontée, ce qui, il faut bien l'avouer, m'a un peu décontenancé, et m'a empêché d'entrer réellement dans l'histoire.

AVT_Alphonse-Boudard_1811Le style narratif m'a dérangé, mais également le style littéraire, bien que je sois assez amateur de langage argotique, là, celui d'Alphonse Boudard, dans ce tout premier roman, manque un peu de rondeurs. C'est-à-dire que l'argot n'est jamais tant intéressant que lorsqu'il est accompagné d'autre chose (poésie, humour, invention stylistique...), ce qui n'est pas le cas dans ce roman-ci (peut-être l'auteur s'est-il amélioré par la suite, je ne sais pas puisque c'est pour l'instant l'unique roman que j'ai lu de lui).

L'histoire elle-même est pourtant attrayante, sans jamais révolutionner le genre, bien sûr, puisqu'il ne s'agit rien de plus que de l'envie de vengeance d'un homme trahi. Mais, le parcours des anciens acolytes de Boudard a de quoi donner du plaisir au lecteur.

Malgré tout ça, la lecture est un brin laborieuse, pour les raisons que j'ai citées plus haut.

Dommage, car il y a de bonnes idées, notamment dans le déroulement de l'histoire (idées que je ne peux pas citer sans dévoiler l'histoire elle-même) et dans certains personnages.

Au final, sans être une purge à lire, « La métamorphose des cloportes » n'est pas à la hauteur de mes espérances et la plume manque un peu de style pour que j'adhère totalement. Tant pis !