PC_3JoursTrois jours d'engatse : Entre Frais Vallon, Val Plan et le Merlan, dans les quartiers nord de Marseille, Bernard Rossi, maçon de son état, cherche à comprendre pourquoi le conducteur de la voiture qui a percuté sa voisine, madame Mostagonacci, n'a pas été inquiété... Une décision qui va l'amener à mettre la main sur le carnet d'adresses très compromettant d'un élu et à échapper de peu à plusieurs reprises à une mort violente qui semble le cerner.

Philippe Carrese amorce sa carrière d'écrivain avec ce roman, « Trois jours d'engatse », un polar marseillais à lire avec l'accent.

L'auteur nous présente un homme dans la foule, Bernard Rossi, maçon, vivant dans une cité dont les barres de HLM voisines vont être détruites. Milhoud, un de ses amis se tue en faisant le con en moto, c'est comme ça dans la cité. Mais, quand Madame Mostagonacci, d'origine corse, comme lui, se fait écraser par un flic sans que cela émeuve qui que ce soit, Rossi décide d'en savoir plus et de rencontrer le meurtrier. Ce sera pour lui le début de l'enfer.

La rage et les circonstances le poussent à tuer le policier et, dans le même temps, il entre en possession d'un carnet d'adresses appartenant à un élu pour lequel le flic faisait le chauffeur.

Des tueurs et la police aux trousses, Rossi va chercher à fuir la ville, mais on ne quitte pas Marseille comme cela.

L'auteur profite de son roman pour égratigner le monde politique, en général, et celui marseillais, en particulier. Les connivences entre les élus et la police, les dessous de table, les meurtres, les passe-droits, Carrese nous livre une vision peu flatteuse de la politique, mais, surtout, une vision désabusée, laissant penser qu'il ne peut en être autrement. En même temps l'auteur laisse sous-entendre qu'il en est ainsi dans la cité phocéenne et qu'il l'aime comme elle est, avec ses qualités et ses défauts.

carrese-portraitMais Philippe Carrese nous propose un personnage touchant à travers Bernard Rossi, un homme ordinaire qui va sombrer dans la violence sans y être destiné. Un jeune homme dont la vie bascule dans l'horreur uniquement pour avoir voulu voir le meurtrier de sa voisine. Un jeune homme blasé qui finit par accepter son sort et sa malchance.

Tout comme pour « Graine de courge », Philippe Carrese nous propose un roman court, drôle, avec des personnages attachants, malchanceux, qui attirent les emmerdes comme un politicien les mises en examen et une langue aux accents de citée phocéenne.

Au final « Trois jours d'engatse » est un excellent roman drôle et touchant et Philippe Carrese s'affirme comme un bon auteur de romans policiers à la sauce marseillaise.