kindleLes aficionados du HTML qui passent régulièrement sur ce blog (enfin, j'aime à penser - oui, j'aime aussi cette figure de style "J'aime à" utilisée en son temps par Ronsard, Racine et même Pline le Jeune qui était peut-être jeune, mais pas français - que des aficionados du HTML passent sur mon blog) doivent se dire qu'il était enfin temps que je me concentre à nouveau sur le code HTML si cher (bien que gratuit) aux ePubs qui nous permettent de lire sur nos liseuses, nos smartphones, nos iphones, nos PC et autres joyeusetés technologiques.

Hé bien, toi le passionné de programmation, l'exalté du clavier, le féru des "1" et des "0", l'amoureux du binaire, bref, toi qui adores te prendre le chou en enchaînant des mots étranges, des signes cabalistiques venus d'outre-tombe, toi qui ne vit qu'à travers cette pratique qui consiste à organiser, planifier, calculer, ciseler un code dans l'espoir qu'il provoque ce qui était prévu au départ sans, vraiment, savoir si ce sera le cas, mais, surtout, sans jamais pouvoir saisir l'étrange maléfice qui fait trembler l'édifice jusqu'à ce qu'un coup de main inopiné parvienne à le consolider tout en sachant encore moins pourquoi ni comment (je me souviens d'un spécialiste de réseau informatique qui disait, quand ça ne marche pas on trifouille et quand ça marche, on ne cherche pas à savoir pourquoi, on ne touche plus à rien), réjouis-toi donc et loues Jon Hall, John Carmack, Dave Jones, Niklaus Wirth et surtout, John Georges Kemeny, oui, il est enfin temps, après une phrase d'une longueur insupportable, de parler à nouveau de code HTML.

Le HTLM, tendrement surnommé "Scheumeuleu", est le langage de programmation de tout bon fichier ePub qui se respecte et Dieu sait (enfin, JE sais, car, MOI, au moins, j'existe et personne n'a jamais tué son prochain en mon nom) que mes ePubs se respectent et respectent les lecteurs.

Bref, je ne vais pas vous expliquer ce qu'est le HTML puisqu'il ne demeure que deux possibilités :

- Soit tu continues à me lire et cela signifie que tu es vraiment un passionné du sujet pour ne pas avoir encore décroché, et donc, tu sais peut-être encore mieux que moi ce qu'est le "Schteumeuleu", donc, inutile d'en rajouter.

- Soit tu ne connais rien au HTML, tu ne sais même pas ce que c'est et donc tu as arrêté ta lecture dès la première phrase et donc je suis en train d'écrire ces mots pour rien.

Donc, je considère que tu maitrises les bases du HTML et de la programmation d'un fichier ePub (si ce n'est pas le cas tu peux toujours revenir sur mes anciens articles sur le sujet ou bien rechercher dans ton ami Google - si ce n'est pas ton ami, va voir Bing ou qui tu veux).

Je vais donc directement plonger dans le vif du sujet, la couverture !

Je sais, nous sommes en hiver et plonger sous la couverture devient un sport national, mais avant de te déchausser et te déshabiller (pour peu que tu te déchausses et te déshabilles pour te coucher, mais, rassure-toi, si tel n'est pas le cas, ici, tu ne seras point jugé, chacun fait ce qu'il veut dans ses draps), retiens-toi, car je ne cause pas laine, ne jacte pas tissu, ne parle par polaire, mais couverture de livre.

Dans un livre, la couverture est importante, dans un fichier ePub également. Mais si l'ePub n'est pas un mauvais garçon (oui, l'ePub est un mâle, un vrai, mais jamais tatoué chez moi alors que le fichier Mobi est une femelle, fragile et chiante, qui peut se vexer à la moindre raison, comme je vais vous le prouver.), la Mobi (oui, "la", puisque je viens de vous dire que c'était une femelle) est parfois, souvent, versatile : "je marche" / "je marche pas" / "je marche".

Enfin, je parle de la Mobi, je ferai mieux de parler des personnes qui vérifient les fichiers chez Amazon puisqu'ils changent régulièrement d'avis sur les conditions d'obtention du fameux "pass" pour être vendus chez eux.

La couverture donc (t'as vu, j'ai déjà écris 687 mots sans même transcrire la première balise HTML de cet article) est caution à problème, à erreur, à rejet.

Mais, pourquoi parler code HTML si, en fait, je me concentre sur du Mobi, tout simplement parce que, comme beaucoup, je code mes livres dans un format ePub puis je les transforme en fichier Mobi grâce à "Kindlegen", un programme fourni par Amazon.

Mais voilà, parfois, ton fichier ePub fonctionne bien, le code est beau, ciselé, poli, bichonné, tu en es fier, tu l'as testé grâce à Sigil ou bien ePubCheck (un programme permettant de vérifier la qualité de ton code), ton livre passe correctement sur ton pc, ta liseuse, ton téléphone et tu te dis qu'il est temps de le transformer en Mobi. Tu le jettes dans "Kindlegen", en ressort un beau fichier Mobi et là, c'est le drame, si tu le testes dans "Kindleviewer", un programme permettant de lire les fichiers Mobi pour ceux qui n'ont pas de liseuse Kindle, la couverture ne s'affiche pas à la place de l'icône du fichier. Si tu ne l'as pas testé et directement envoyé chez Amazon, sûr de ton fait, alors, quelques heures ou jours plus tard, ton fichier est rejeté pour raison "Cover not specified".

En clair, l'enclumé ose te dire que ta couverture ne te protège pas du froid, qu'elle est trouée, et que tu peux aller te rhabiller avant d'attraper la crève.

Tu cherches, tu fouilles, tu trifouilles, tu farfouilles, c'est la foire d'empoigne, et tu ne trouves pas ce qui cloche.

Bon, c'est l'heure, pour moi, de te porter assistance. Pour avoir vécu ce désespoir, je vais partager généreusement avec toi ce que j'ai pu déduire d’anciennes couvertures trouées rejetées par Amazon :

1) La taille de l'image de couverture :

S'il est de notoriété publique (si tant est que tu navigues régulièrement sur les sites de création d'ePub et de code HTLM, ce qui démontre ton absence de vie sociale) que, plus l'image est grande, mieux c'est, je mettrais tout de même un bémol à ce proverbe.

Certes, l'image ne doit pas être trop petite, mais j'ai bien peur qu'un fichier trop lourd, donc une image trop grande, puisse provoquer également des erreurs.

Mon conseil, utilisez une image dont la largeur fait dans les 1500 pixels sans dépasser les 3000 pixels. Perso, je colle au format A5, mais transposé dans le pixel, 1485 x 2100 pixels.

2) Le nom de la page :

Chacun ses conventions, mais, personnellement, la page (le fichier) contenant ma couverture s'appelle, tout simplement : Couverture.

Je vous rassure, cela n'influe en rien sur l'excellence du code. Par contre, il semblerait que l'extension de la page puisse poser problème quand on transforme l'ePub en Mobi. Effectivement, si vous travaillez avec des fichiers (ou pages) ".html", n'hésitez pas à utiliser, plutôt, une extension ".xthml" pour la couverture.

3) Définition de la couverture :

Dans la page de couverture, vous pouvez définir l'image de couverture de la manière suivante :

{div class="image"}{img alt="couv" height="100%" src="../Images/Nom.jpg" /}{/div}

les { et } sont à remplacer par < et > que je n'utilise pas ici pour éviter que le code soit interprété par le navigateur.

Nom est le nom de votre fichier image.

Si l'on a souvent tendance à utiliser "couv" ou "cover" pour tous termes ayant rapport à la couverture, je ne saurais trop vous conseiller, ici, après "img", d'utiliser, après "alt", un terme que vous ne reprendrez pas ailleurs ( si vous utilisez "couv" ici, ne le reprenez pas dans le fichier "content".

4) Ajouter une notion à votre page de couverture :

Si vous utilisez le programme Sigil pour coder vos fichiers, vous savez que vous pouvez (et devez), ajouter des "notions" à certaines de vos pages. En fait, spécifier l'utilité propre à la page, comme "Couverture", "Page Titre", "Crédits", "Bibliographie", "Table des matières", "Glossaire" et bien d'autres encore.

Si vous codez intégralement vos fichiers ePub, vous ajoutez des lignes dans la partie "Guide" de votre fichier "Content.opf".

Ainsi, vous devez ajouter une ligne du genre :

{reference href="Text/Couverture.xhtml" title="Couverture" type="cover"/}

 

5) Les métadonnées :

Dans la partie "metadata" de votre fichier "Content.opf", vous devez définir également une ligne de code pour la couverture.

Pour cela, ajouter une ligne du genre :

{meta content="Nom.jpg" name="cover"/}

"Nom" est bien évidemment le nom de votre fichier image.

 

Bref, si vous avez suivi ces quelques conseils, normalement, Amazon ne devrait plus vous embêter avec votre fichier Mobi ni le refuser pour cause de "Cover not specified".

Alors, cela ne valait-il pas le coup de se taper toute ma digression ?