9782253127383Question : Peut-on lire un auteur ayant été lauréat du prix Goncourt quand on ne lit que du roman policier ?

Réponse : Oui, en lisant « Travail soigné » (ou d'autres romans policiers) de Pierre Lemaitre.

Effectivement, Pierre Lemaitre a été lauréat du Goncourt en 2013.

Mais l'homme a souvent ouvert sa plume au polar et c'est le sujet de cette chronique.

« Travail soigné » est le premier opus d'une trilogie qui contient 4 opus et demi.

Une trilogie qui possède plus de trois épisodes, voilà déjà une originalité qui l'est encore plus en amenant un demi-épisode (en fait, une nouvelle diffusée exclusivement en numérique).

Avec « Travail soigné », Pierre Lemaitre nous dépeint le quotidien du plus petit flic de France et de Navarre, Camille Verhoeven, un homme très loin du cliché du flic dur à cuire puisqu'il ne mesure que 1,45 m et qu'il est chauve.

Pourtant la taille ne fait rien à l'affaire puisque le bonhomme est doté d'un fort caractère, d'impatience, d'irrévérence, mais a également une âme d'artiste héritée de sa défunte mère, une peintre réputée.

Camille est marié avec une belle femme qui attend un enfant de lui.

Il est secondé par des policiers atypiques, un jeune homme riche qui a décidé de devenir policier pour donner un sens à sa vie et d'un autre, pingre maladif.

Travail soigné : Dès le premier meurtre, épouvantable et déroutant, Camille Verhoeven comprend que cette affaire ne ressemblera à aucune autre. Et il a raison. D’autres crimes se révèlent, horribles, gratuits… La presse, le juge, le préfet se déchaînent bientôt contre la « méthode Verhoeven ». Policier atypique, le commandant Verhoeven ne craint pas les affaires hors normes, mais celle-ci va le placer totalement seul face à un assassin qui semble avoir tout prévu. Jusque dans le moindre détail. Jusqu’à la vie même de Camille qui n’échappera pas au spectacle terrible que le tueur a pris tant de soin à organiser, dans les règles de l’art… Prix Cognac, 2006.

Quand les corps de deux jeunes prostituées sont retrouvés, découpés, mutilés et mis en scène dans un appartement-témoin de Courbevoie, Camille Verhoeven se doute que l'affaire va se révéler difficile, mais il ne se doute pas encore à quel point.

Quand la presse s'en mêle, en prenant des photos des corps, les choses se compliquent. Mais quand une empreinte faite au tampon encreur est retrouvée sur l'un des corps, Camille comprend que ce crime n'est pas le premier de son auteur. Quand il recoupe les autres meurtres où une telle empreinte apparaît et qu'il voit, en ces assassinats, des reproductions de scènes de romans policiers, les choses se compliquent encore d'autant qu'un journaliste lui met des bâtons dans les roues. Camille Verhoeven tente alors de prendre contact avec le meurtrier par l'intermédiaire d'une petite annonce d'un magazine qu'il pense être une des lectures de celui-ci.

Une chose est sûre, à la lecture de ce roman, c'est que l'on n’a pas affaire à un « Thriller » classique. Effectivement, si le personnage sort déjà des ornières usuelles délimitant les flics de ce genre d'ouvrages, le style, lui, offre une certaine originalité. Mais qui dit originalité ne dit pas forcément qualité et, si, à aucun moment on ne peut dire que ce livre est mauvais, le style narratif laisse parfois un peu dubitatif. La raison en vient surtout d'une hétérogénéité de style qui n'est pas toujours digeste. Cependant, l'histoire est prenante et tout lecteur de polar se demande si le meurtrier va se référer à un roman qu'il a déjà lu. Dans mon cas, point. Aucun des ouvrages de référence n'est passé entre mes mains et pire, je n'ai déjà lu un livre que d'un seul des auteurs inspirateurs.

Du coup, l'intérêt redouble, de par la qualité de l'histoire (même si on peut deviner l'identité du meurtrier avant le commissaire lui-même), mais aussi de par l'attente du prochain roman qui sera copié par l'assassin.

L'enquête nous tient donc en haleine jusqu'à un final glauque au possible.

Si l'on ajoute une mise en abîme de la part de l'auteur qui, à certain moment, laisse le lecteur dans un certain flou, ne sachant plus s'il se trouve dans l'enquête contée dans le roman de Pierre Lemaitre ou bien dans le roman décrivant l'enquête contée par le meurtrier, « Travail soigné » saura, à coup sûr, surprendre et intrigué le lecteur.

Au final, « Travail soigné » est un bon roman, parfaitement maitrisé par un auteur qui ne se contente pas d'écrire un roman policier « classique » tout en se référant à des romans policiers « classiques ».