6217_953243Le Syndrôme [E] : Méfiez-vous le Syndrome [E] est certainement en vous... Un film mystérieux et malsain qui rend aveugle... Voilà de quoi gâcher les vacances de Lucie Henebelle, lieutenant de police à Lille, et de ses deux adorables jumelles. Cinq cadavres retrouvés atrocement mutilés, le crâne scié... Il n'en fallait pas plus à la Criminelle pour rappeler le commissaire Franck Sharko en congé forcé pour soigner ses crises de schizophrénie. Deux pistes pour une seule et même affaire qui va réunir Henebelle et Sharko, si différents et, pourtant, si proches dans leur conception du métier. Des bidonvilles du Caire aux orphelinats du Canada des années cinquante, les deux nouveaux équipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu, d'une réalité effrayante et qui révèle que nous pourrions tous commettre le pire. Car aujourd'hui, ceux qui ne connaissent pas le syndrome E, ne savent pas encore de quoi ils sont capables...

Franck Thilliez, avec ce roman, double la mise à tous les niveaux.

Tout d'abord, parce qu'il réunit, pour la première fois, ses deux principaux personnages, Lucie Hennebelle, jeune flic et mère de jumelles déjà rencontrée dans « La Chambre des morts » et « La mémoire fantôme », et Franck Sharko, le flic aux problèmes psychiques à la suite de la mort de sa femme et sa fille, déjà rencontré dans « Train d'enfer pour ange rouge » et « Deuil de Miel ».

Ensuite, parce que « Le Syndrôme [E] » est le premier opus d'un diptyque complété par « Gattaca ».

Alors que Lucie Hennebelle est contactée par un ex devenu aveugle suite au visionnage d'un vieux film étrange, Sharko, lui, est appelé pour enquêter sur la découverte de cinq corps mutilés sur un chantier.

thilliez_mediumA priori, aucun rapport entre les deux enquêtes, mais, alors que les deux flics n'auraient jamais du se rencontrer, les deux enquêtes vont converger l'une vers l'autre, obligeant les deux policiers à coopérés.

Alors que tout les sépare, Lucie et Sharko vont découvrir qu'ils ont bien plus de points communs qu'on n'aurait pu le croire.

Franck Thilliez est un auteur qui s'affirme, de plus en plus, de roman en roman, tant dans le fond que dans la forme.

Si ses personnages ne semblent pas s'écarter des clichés du genre, flic dépressif, au bout du rouleau, incapable d'avoir une relation durable, l'auteur a insufflé à chacun une particularité qui les rend originaux. Pour Lucie, outre ses jumelles, c'est son attirance pour les tueurs en série et les côtés glauques de la vie. En ce qui concerne Sharko, c'est sa schizophrénie qui, bien qu'elle décrédibilise quelque peu le personnage (on voit mal un policier dans cet état encore en activité), lui confère une aura particulière.

Pour l'histoire elle-même, Franck Thilliez, comme à son habitude, nous démontre qu'il s'est fortement documenté pour livrer à son lecteur des explications suffisamment techniques pour rendre le tout intelligent, mais assez synthétisé pour que cela reste didactique et non rébarbatif.

C'est donc une nouvelle fois sur un sujet pointu de la personnalité que l'auteur aborde. Après la mémoire et son fonctionnement dans « La Mémoire Fantôme », c'est autour du conditionnement de l'humain, du travail sur le cerveau et les images subliminales afin d'engendrer la violence, sur lesquels va se consacrer l'auteur.

Au travers de deux enquêtes complexes, Franck Thilliez va distiller les informations pour titiller l'intérêt scientifique du lecteur et rapprocher ses deux personnages pour faire vibrer la corde émotionnelle du même lecteur.

Après une première partie d'enquête où chacun œuvre de son côté sans se douter de l'existence de l'autre, l'auteur nous livre une seconde partie où la seule certitude est le rapprochement affectif de ses deux personnages... quoique .

Au final, « Le Syndrôme [E] » est un excellent roman qui, bien qu'il puisse se lire indépendamment, donne envie d'enchaîner immédiatement avec le second tome du diptyque, « Gattaca », ce que j'ai bien évidemment fait.