Depuis maintenant près de cinq ans, qu'OXYMORON Éditions, son humble représentant que je suis et ma Canelle, hantons les divers salons littéraires de la région, je commence à avoir le nez pour prédire quel salon sera, pour nous, un four, et lequel fonctionnera correctement.

La Fête du Livre et des Éditeurs de Céret a toujours été un salon qui nous a réussi et celui de l'année dernière reste notre plus rentable avec des ventes trois fois plus importantes que la moyenne des autres salons.

C'est dire, donc, si j'étais enthousiaste à revenir dans la cité cérétane.

Plus qu'un enthousiasme, je pressentais, à la condition d'un temps clément, une bonne journée et de bonnes ventes.

C'est donc le cœur léger et le sourire aux lèvres, malgré l'heure très matinale, que je partais en compagnie de ma Canelle en direction de la sous-préfecture.Droite

Le temps d'installer le stand, j'allais chercher, toujours de bonne humeur, le café et l'énorme croissant offert par les organisateurs afin de prendre des forces pour la journée à venir.

L'année dernière, les ventes avaient débuté très rapidement ; cette année, la matinée aura été longue, très longue.

Effectivement, le monde tardait à venir et l'on sentait que les membres de l'association de lecture qui organise le salon ne s'étaient pas autant impliqués que les autres années et ne butinaient pas, de stand en stand.

Pire, les badauds ne faisant pas partie de l'association se faisaient également rares. Nous apprendrons, plus tard, qu'un vide-grenier avait été organisé pas très loin, ce qui expliquait l'absence de foule et le manque d'argent des rares personnes qui visitaient les stands après avoir été au vide-grenier.

Le pire du pire, entendre un client de l'année précédente dire qu'il allait s'acheter des livres d'occasion au vide-grenier et repartir du stand les mains vides.

L'heure de grignoter approchait alors sans que les ventes décollent.

L'après-midi se déroula sous de meilleurs auspices. Cependant, si les ventes ont été légèrement au-dessus de la moyenne des autres salons, elles ne furent pas faramineuses, et, surtout, moindres qu'espérées.

Une raison, pourtant, de se réjouir, pour une fois il n'a pas pleuvioté en fin de journée et, surtout, notre dernier ouvrage, présenté pour la première fois au public, « Détective Lautrec » a rencontré un bon succès, ce qui fait toujours plaisir.

En conclusion, même si j'avais espéré un peu plus de monde et un peu plus de ventes, la journée a été, au final, correcte, et c'est déjà pas mal.