LA MARCHE TRUQUE ADG 1972A.D.G. un auteur que j'ai adoré pour « Pour venger pépère », que j'ai aimé pour « La nuit des grands chiens malades », « Le grand môme », « On n'est pas des chiens ».

C'est donc tout naturellement que j'ai voulu tenter à nouveau ma chance avec « La Marche Truque... ».

Malheureusement, une lecture est une rencontre, une rencontre avec un style, des personnages, un auteur, une plume et, comme dans toute rencontre, parfois, si on est pas bien luné, pas dans l'humeur, on passe à côté sans savoir si cela est dû aux défauts de l'autre ou à sa propre humeur.

Ce fut le cas avec ce roman d'A.D.G. Impossible de goûter à mon plaisir de lecture sans être certain que la faute en soit à l'auteur. Le connaissant pour l'avoir déjà côtoyé (dans les lectures), difficile de croire qu'il soit le seul fautif.

La marche truque... : La chance m’a permis de faire la belle, moi, ex-blouson doré passé hareng, avec un vrai truand. On est devenus potes. Lui, il possède un chien, une fille et des papelards compromettants pour certaines personnes du beau monde. Moi, je n’ai que moi. Sans compter mon papa, un vieux vicelard d’avocat aussi célèbre que véreux. On a la planque, la bouffe et des espoirs sur des coups pognonneux. Alors, qu’est-ce qui nous empêche d’être parfaitement rassurés ?

Un petit maquereau se fait la belle de prison avec un truand qui pense que son évasion a été organisée pour se débarrasser de lui et l'empêcher de divulguer des documents compromettants. Pour le mac, c'est l'aventure avec un grand A et son compagnon revêt une aura particulière qui l'hypnotise.

Alors, quand ce dernier décide de faire un casse pour financer leurs cavales, le mac accepte le concept qui va pourtant à l'encontre de ses principes.

Mais difficile de préparer un casse quand on est en cavale, surtout quand, en plus de la police, on a des tueurs à ses basques.

A.D.G. fait du A.D.G., sa plume est toujours agréable et drôle, ses idées droitisantes sont suffisamment mises de côté pour ne pas polluer l'histoire. Pourtant, que j'ai eu du mal à embarquer dans cette histoire. Comme je le précisais au début, j'en suis probablement le principal responsable.

Pour autant, ce fut une déception. Dans un cas comme dans l'autre, soit le livre est moins bon que les autres et je suis déçu, soit j'ai gâché un bon roman en n'arrivant pas à entrer dedans et je suis déçu.

Au final, malgré la déception, je tenterais à nouveau ma chance, mais en choisissant mieux mon moment.