mauvaise conduiteMauvaise Conduite : L'inspecteur Lémoz et son bras droit, Léo Marnier,  rentrant de Cannes en direction de Marseille, découvre une voiture accidentée dans laquelle se trouve le cadavre de Rose Ménard, ex-danseuse, compagne du Baron de Lespignan. Dans le sac de la victime, un revolver, des bijoux. Intrigués, les policiers rendent visite au Baron, mais découvre celui-ci mort dans sa demeure.Si tout semble indiquer que la danseuse a tué son compagnon pour s'enfuir avec les bijoux, Lémoz n'écarte pas pour autant les autres hypothèses et les autres potentiels assassins dont le neveu et héritier du Baron, Maître Busserey, avocat du Baron et la femme de ce dernier...

Si, bien évidemment, le format très court ne permet pas à l'auteur de développer une intrigue poussée ni d'approfondir au mieux les personnages, on sent pourtant déjà la volonté de René Thomas, de proposer au lecteur un condensé de roman.

L'inspecteur Lémoz et son équipier sont suffisamment décrits pour permettre au lecteur de se faire une image et l'enquête est propice à quelques fausses pistes.

Le style de l'auteur est adapté au format, ne s'embarrassant pas de fioritures, mais sans pour autant plonger dans une concision maladive et néfaste.

Cette enquête de l'inspecteur Lémoz se lit facilement et avec plaisir et apporte, en quelques pages, les mêmes plaisirs de lecture qu'un roman usuel... sauf que l'on connaît plus rapidement le coupable.

Si le format fascicule de l'époque a été conçu pour que le livre soit mis dans la poche, transporté partout, pour être lu rapidement, dans les transports ou durant un moment d'attente, il n'est pas pour autant obsolète à l'heure actuelle même si les éditeurs et les libraires ont tout fait pour le rendre désuet (il n'y a qu'à voir la réticence des uns et des autres devant le recueil de nouvelles) et en dégoûter le lecteur.

Pourtant, pour ces auteurs oubliés, pour ces personnages perdus, pour ces enquêtes savoureuses et pour ce format délaissé, il est important de remettre au goût du jour et le genre et les écrivains de l'époque.

Au final, pour les lecteurs n'ayant pas beaucoup de temps à consacrer à la découverte de livres, d'auteurs et de personnages, ce très court roman et ses confrères (il y en a plusieurs milliers rien qu'aux éditions Ferenczi) l'idéal, à dévorer avant de se coucher, dans les transports, pendant une pause, dans une salle d'attente quelconque...

Et si vous ne pouvez pas vous procurer ce livre, sachez que, OXYMORON Éditions réédite certains très courts romans de l'époque dans la collection « Les Cadennes », et dans d'autres à venir comme « Série Rousse », « Serge Vorgan », « Marius Pégomas », « Toto Fouinard ».