97773525Vous n'êtes pas sans savoir, si vous suivez ce blogue, que je suis un inconditionnel de la série littéraire « Le Poulpe » initiée par Jean-Bernard Pouy.

J'aime aussi bien le concept, que les premiers opus, que leurs auteurs.

Le concept s'il est besoin de le rappeler est que chaque opus de la série est écrit par un auteur différent qui se réfère à une « Bible » qui contient les éléments à reprendre, si possible, dans chaque épisode.

Chaque titre, reprenant les mêmes personnages, les mêmes éléments, diffère tant dans le style que dans l'ambiance en fonction de son auteur, d'autant que la série a inspiré des auteurs venant de différents horizons.

Depuis, une autre série a été mise en place sur le même principe : « l'embaumeur ».

Bien sûr, le personnage principal n'est pas Gabriel Lecouvreur (celui du « Poulpe »), mais Luc Mandoline, un thanatopracteur itinérant, ancien légionnaire, qui ne se contente pas de préparer les corps des défunts, mais qui cherche aussi les assassins et les raisons de la mort de son patient.

« Harpicide » est le premier opus de la série et il est écrit par Michel Vigneron.

Harpicide : Un polar « aventurier » dont l’action se déroule Guyane. Un légionnaire s’est fait tuer lors d’une mission Harpie. Le chef de corps du 3ème REI fait appel à Luc, ancien de ce régiment, afin de s’occuper du défunt, et surtout de faire la lumière sur cette affaire. Et pour cela Luc a carte blanche, ce qui n’est pas pour lui déplaire. Nous voici plongés dans l’univers de l’orpaillage clandestin, de sa violence, des garimpeiros et de la prostitution. Un roman sans concession, violent et réaliste. Michel Vigneron a mis toute la verve qui le caractérise dans l’écriture de cet opus de l’Embaumeur.

Michel Vigneron est un policier qui vit désormais en Guyane, rien d'étonnant alors que dans ce premier opus de la saga « L'embaumeur », l'action se déroule en Guyane et plonge notre ancien légionnaire dans le monde des orpailleurs.

206922816_violences-et-migrants-les-ingredients-1617224

Luc Mandoline a pour ami et mentor Sullivan, un ancien légionnaire, lui aussi, qui lui a donné le goût de devenir thanatopracteur. Il a également pour amie d'enfance, Élisa, une journaliste, qu'il protège et couve comme sa petite sœur.

Luc et Sullivan sont conviés par leur ancien chef à venir en Guyane pour préparer le corps d'Oscar Leblond, un légionnaire tué lors d'une mission de lutte contre les orpailleurs. Mais les deux hommes ne sont pas là que pour préparer le corps, ils sont également chargés de comprendre comment et pourquoi il est mort.

D'abord embarqué sur une histoire d'adultère, le duo va s'intéresser au monde dangereux des orpailleurs.

Michel Vigneron exploite parfaitement le format court (moins de 250 pages) pour nous livrer une histoire sans temps morts.

Les présentations des personnages principaux sont rapides et le lecteur plonge rapidement au cœur d'une histoire violente, sanglante et glauque.

L'auteur ne sombre pas dans le travers de certains écrivains qui « angélisent » leurs personnages à outrance. Quand il s'agit d'un détective amateur, cette propension est compréhensible. Lorsque l'on a affaire à des flics endurcis, cela se comprend déjà un peu moins. Mais quand le héros est censé baigner dans la violence et être aguerri au combat, cela serait rédhibitoire.

Heureusement, Michel Vigneron ne fait pas dans la dentelle. Ses héros sont d'anciens légionnaires et, en tant qu'anciens légionnaires, ils ont été entraînés à supporter la douleur et à l'infliger.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Luc et Sullivan, surtout Sullivan, n'y vont pas avec le dos de la cuillère pour résoudre une enquête. Le duo assassine sans remord et torture avec une imagination affolante. Il faut alors avoir l'estomac bien accroché lors de certaines scènes dont une de torture pas piquée des hannetons.

Malgré cela, l'auteur rend ses personnages aussi sympathiques que des pitbulls remuant la queue (c'est beau et c'est gentil, un pitbull, mais si tu l'emmerdes, il peut t'arracher un bras - bon, un petit bras, mais un bras quand même). Tu peux les caresser, mais dans le sens du poil et en étant très concentré sur leurs réactions.

L'auteur nous décrit aussi la Guyane, un pays qui est envoûtant, mais également dangereux et difficilement supportable du fait de son climat. La chaleur omniprésente, l'humidité, les vêtements qui vous collent à la peau, les petites bestioles, les grosses... les orpailleurs prêts à s'entretuer pour une pépite d'or, les mêmes qui sombrent dans l'alcool, la drogue... pour supporter leurs existences...

L'action est présente, la tension également, le tout narré parfaitement par un auteur qui connaît son sujet et qui s'amuse à nous amuser, car, ce roman n'est pas que violent et sombre, il est aussi, parfois, léger et drôle.

Au final, Michel Vigneron nous livre là un premier opus parfaitement maîtrisé, qui pose les bases d'une série très intéressante autour d'un personnage particulier qui exerce un métier non moins particulier.