lemanchot02Et l'on retrouve Robert Dumont, le détective manchot inventé par Pierre Saurel dans le second épisode de la série :

La chasse à l'héritière : Philippe Rancourt est mort peu de temps après sa femme. Il laisse une véritable fortune qui devrait être partagée entre les membres de sa famille... sauf si le notaire parvient à retrouver sa fille cachée qui a été échangée à la naissance avec un nourrisson mort-né. Le notaire chargé de la succession fait appel à Robert Dumont afin de retrouver l'héritière et déjouer les plans des membres de la famille qui ne voient pas d'un bon œil de se faire déposséder de la petite fortune.

Robert Dumont est installé. Son cabinet de détective n'attend plus que le client. Les affaires sont pour l'instant très peu stimulantes, aussi, il n'hésite pas à recontacter le notaire qui cherchait à l'embaucher pour le compte de monsieur Rancourt. Trop tard, ce dernier est mort, mais l'affaire est toujours en cours.

Notre détective manchot va donc se lancer sur la piste de l'héritière et tenter de déjouer les mauvais plans de certains membres de la famille Rancourt, composée, pour partie, de femmes prêtes à tout pour de l'argent, d'arnaqueurs et de repris de justice.

Aidé par Michel Beaulac, le détective va remonter la piste de l'enfant jusqu'à une infirmière ayant travaillé dans l'hôpital où il est sensé être né. Mais à son arrivée, la vieille dame est morte...

J'avais abandonné Robert Dumont assez dubitatif après un premier épisode qui ne brillait ni par le style ni par la plume et qui n'avait pour lui qu'un personnage intéressant à creuser et un auteur à la carrière prolifique.

Si ce second épisode n'est pas mené d'une plume altière, sa lecture offre pourtant un plaisir supérieur au premier et l'on se prend à apprécier ce personnage de détective manchot même si sa spécificité physique ne fait pas réellement la différence.

Le principe de série permettant de retrouver les mêmes personnages et de s'y accrocher de plus en plus d'épisode en épisode fonctionne très bien et, une fois la lecture de ce second épisode terminé, l'on se jette sur le suivant, à cause ou grâce à un stratagème vicieux utilisé par l'auteur, la phrase qui reste en suspend et qui nous pousse à enchaîner pour savoir ce qui se passe réellement.

Au final, sans être génialissime, la série du détective manchot prend de l'ampleur et acquiert un intérêt indéniable après lecture de ce second épisode. Espérons que l'attrait tienne la longueur des 48 épisodes.