356_001Cela faisait un bon bout de temps que je voulais découvrir la plume de Stanislas-André Steeman, l'un des plus célèbres romanciers policiers belges avec Georges Simenon.

Jusqu'à présent, je connaissais l'œuvre de l'auteur uniquement à travers l'adaptation cinématographique de « L'assassin habite au 21 » réalisée par Henri-Georges Clousot en 1942.

Pour faire cette découverte littéraire, j'ai choisi « L'infaillible Silas Lord », un recueil de nouvelles autour du même personnage, Silas Lord.

L'infaillible Silas Lord : Le crime, commis dans la nuit du 8 au 9 juillet, à Ostende, fut élucidé par le petit Silas dès qu'il eut réussi à s'introduire dans la maison de Mlle Flore, la victime. Il remarqua tout de suite ce que les policiers n'avaient pas su voir. Et il prit les mesures qui s'imposaient. À neuf ans, c'était un début encourageant. Un bon nombre d'années plus tard, Silas Lord se déclare « plus fort que Sherlock Holmes » et David Ford le croit. Peut-être à tort... Mais après tout, l'infaillibilité vaut parfois la peine qu'on s'y arrête...

C'est donc un recueil de nouvelles, des enquêtes, toutes résolues par Silas Lord, un détective égocentrique et perspicace qui n'a d'autre ambition que d'être plus fort que Sherlock Holmes. Les tailles des enquêtes diffèrent, mais nous permettent de découvrir cet enquêteur et les gens qui gravitent autour, que ce soit ses employés ou le policier qui a juré de le confondre.

Si les nouvelles se lisent vite et sont plutôt agréables, il m'est arrivé plusieurs fois de trouver le style un peu lourd.

C'est donc avec une légère déception que j'ai poursuivi ma lecture jusqu'au bout et, il faut l'avouer, si l'ensemble est assez classique, le final a de quoi agréablement surprendre et fait tout l'intérêt du recueil.

Au final, une lecture qui, sans être désagréable, ne m'a pas enthousiasmée outre mesure, excepté le final qui est une grande surprise.