$_35« Deuil express » est la treizième aventure du Commissaire San-Antonio.

Deuil express : Ce bouquin doit suffire à intriguer un zig dont l'existence n'est pas particulièrement de tout repos. Il va se demander si c'est un coup de la police ou d'une autre bande. Dans l'expectative, il lira. Quant à moi, en voilà assez pour aujourd'hui. Je n'ai plus qu'à aller me coller dans les toiles en attendant que la Terre ait fini son petit tour dans le noir.

Pour l'occasion, Sana profite d'un moment de creux pour rendre visite à son oncle Gaston et aller, avec lui, à la pêche, occasion de prendre plus de bitures que de poissons. Mais là, la boutanche est reléguée au second plan, car la pêche est bonne... trop bonne, puisque le bestiau remonté n'est autre qu'un cadavre.

Laissant la chose à la police locale, San-Antonio retourne à Paname, où son chef lui file pour mission de s'occuper d'un gonze ayant volé des documents d'une importance capitale.

Voilà une mission qui ne lui met pas le cœur en fête. Mais, quand le voleur est tué après que le Commissaire ait kidnappé sa petite-amie pour la faire parler, les choses semblent se décanter. Et quand la femme est égorgée dans la maison de Sana, l'affaire se complique. Alors, quand le commissaire échappe à deux attentats, là, la moutarde lui monte au nez... d'autant que la défunte était la sœur du type qu'il a repêché avec son oncle...

Les cadavres tombent pis que les mouches dans cette aventure de San-Antonio et la mort rôde autour du commissaire.

Pinaud fait là sa première apparition, la Sainte-Trinité est maintenant composée (San-Antonio, Bérurier, Pinaud) et présage de bons moments de lecture. Si Bérurier est encore esquissé, Pinaud acquiert dès sa première aventure son relief quasi final.

L'humour est présent, l'argot également, les tournures de phrases ayant fait la gloire de la série également. On sent que l'auteur a fait un grand pas vers son cahier des charges à venir.

Au final, une très bonne aventure de San-Antonio qui démontre, s'il en était besoin, que Frédéric Dard n'a pas fait que réinventer une langue avec sa série, il a également démontré qu'il était capable de proposer une bonne intrigue, une excellente narration et un ensemble cohérent et délectable.