l-avocat-le-nain-et-la-princesse-masqueePartons aujourd'hui à la découverte de Paul Colize, un auteur belge que je ne connaissais pas avant de lire « L'avocat, le nain et la princesse masquée », alors qu'auteur de plus d'une douzaine de romans policiers .

Né en 1953 à Bruxelles...

Bon, voilà pour la biographie. C'est succinct, mais, d'une part, je n'ai pas trouvé grand-chose et, d'autre part, je n'ai pas cherché puisque je considère que, chez un artiste, ce n'est pas sa vie qui prime, mais son œuvre.

Du coup, je me moque un peu des éléments biographiques de mes auteurs, réalisateurs, acteurs, chanteurs, préférés, m'intéressant presque exclusivement à ce qu'ils ont créé.

Revenons-en donc à l'œuvre de Paul Colize et plus particulièrement au roman qui nous intéresse aujourd'hui :

L'avocat, le nain et la princesse masquée : Hugues Tonnon est un avocat respecté du Barreau bruxellois, spécialisé dans les divorces, les séparations douloureuses et les couples qui s’entretuent. C’est donc naturellement à lui que s’adresse Nolwenn Blackwell, le flamboyant top model belge qui a jeté son dévolu sur Amaury Lapierre, un capitaine d’entreprise de trente ans son aîné qui lui arrive au menton. Alors qu’un fastueux mariage se profilait, le riche héritier a été paparazzé dans les bras d’une strip-teaseuse, au bord de la piscine d’une villa tropézienne. Hugues Tonnon s’engage à défendre le célèbre mannequin, dîne en sa compagnie et la raccompagne chez elle pour sceller leur accord. Au petit matin, il se réveille chez lui, la police à sa porte. Nolwenn Blackwell a été assassinée, il est le dernier à l’avoir vu vivante et ne se souvient de rien. 

Paul Colize s'appuie sur une intrigue classique - la personne accusée d'un meurtre et qui va devoir fuir la justice pour trouver le vrai coupable afin de s'innocenter - pour nous livrer une histoire sympathique avec une intrigue correcte et un humour omniprésent.

AVT_Paul-Colize_9099Le petit plus du roman, le fait que le policier chargé de l'enquête est le mari d'une ancienne cliente de l'avocat accusé et que celui-ci a beaucoup perdu, lors du divorce, à cause de la pugnacité du maître du barreau.

Sinon, pour le reste et pour l'originalité, on repassera.

Certes, le roman se lit plutôt facilement, relativement agréablement, il est bien rythmé, mais il manque le « je ne sais quoi » qui fait qu'un livre vous marque à jamais... ou au moins pour un moment. Ceci est probablement dû au personnage principal qui n'est pas réellement attachant, ni même original.

On regrettera également que le lien particulier entre l'avocat et le flic n'influe pas tant que cela sur l'histoire et que les deux personnages demeurent intègres malgré la situation et l'adversaire.

Au final, un petit roman pas désagréable à lire, c'est déjà pas si mal, mais qui est loin d'être inoubliable malgré quelques qualités et à cause de certains défauts.