téléchargement

Bernard Minier est un des jeunes (dans la profession) auteurs que je suis depuis ses débuts, avec Olivier Norek.

Après un excellent premier roman (Glacé), un bon second roman (Le Cercle) dans lequel l’auteur abusait un peu des tics narratifs et structurels du « roman à suspens pour les Nuls », un troisième roman (N’éteins pas la lumière) qui prouvait que l’écrivain s’était volontairement empêtré dans les règles tacites de ses pairs, Bernard Minier nous était revenu en abandonnant son personnage fétiche, Martin Servaz, pour dynamiter son style, sa narration, et offrir aux lecteurs Une Putain d’Histoire.

Entre Temps, « Glacé » a été adapté en série sur M6. Est-ce la raison pour laquelle Bernard Minier ressort Martin Servaz et son Nemesis Julien Hirtmann pour son nouveau roman ? Possible que l’éditeur et l’auteur ont vu dans cette adaptation une publicité non négligeable.

Toujours est-il que Martin Servaz, policier toulousain, revient dans « Nuit » et qu’il y repart à la poursuite du psychopathe Julian Hirtmann qu’il avait déjà affronté dans « Glacé » et qu’il avait laissé échapper. Entre temps, ce dernier a kidnappé et, probablement tué, la femme que Martin aime, c’est dire le lourd passif qui lie les deux hommes.

Nuit NUIT de tempête en mer du Nord. Secoué pas des vents violents, l’hélicoptère dépose KIRSTEN NIGAARD sur la plate-forme pétrolière. L’inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d’une technicienne de la base off-shore. Un homme manque à l’appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de MARTIN SERVAZ. L’absent s’appelle JULIAN HIRTMANN, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années. Et rangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît. Suivi, épié. Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d’un enfant. Au dos, juste un prénom : GUSTAV. Pour Kirsten et Martin, c’est le début d’un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis. 

Bernard Minier nous offre donc le grand retour de Martin Servaz que nombre de lecteurs attendaient. Malheureusement, avec le policier redébarquent les tics d’écritures et ceux-ci prennent de plus en plus de place.

Car, c’est évidemment ce que l’on appelle un « Page Turner » (roman à suspens qui pousse le lecteur à tourner page après page avec frénésie jusqu’à arriver au bout du livre) que devait livrer l’auteur pour satisfaire son éditeur et ses lecteurs. Et pour ce faire, Minier sort l’artillerie lourde. 

Pour faire plus glacé que « Glacé », il fait débuter son roman en Norvège, dans le froid de la mer du Nord. Pour rendre Servaz plus fragile, l’auteur le plonge dans le coma suite à une balle reçue. Pour s’assurer que le policier va s’engager à fond dans l’enquête, il laisse planer l’ombre de Julian Hirtmann, son terrible ennemi, l’assassin de la femme qu’il aimait. Pour encore plus déboussoler le flic, Minier met au monde un gamin, Gustav, comme Gustav Malher, le compositeur autrichien dont Martin et Julian sont fans. Gustav est né quelques mois après la disparition de l’amoureuse de Martin... est-ce le fils de Julian ? Est-ce le fils de Servaz ? Est-ce juste un appât pour l’attirer dans un piège ? 

Mais Bernard Minier ne se contente pas d’user de ses personnages et des situations, il use et abuse à nouveau de tics de narrations et d’écritures.

Si, pendant le premier tiers du roman, l’auteur parvient à cacher cette faiblesse derrière une histoire qui se met rapidement en place et qui attise la curiosité du lecteur, il ne peut, malheureusement, plus l’occulter à partir du moment où le malaise de la plume se transmet au récit.

Car, à partir du moment où Martin Servaz sort du coma et qu’il fait équipe avec la policière norvégienne pour partir à la chasse à Julian Hirtmann, l’auteur enfile les clichés comme les perles sur un chapelet, priant le Dieu des écrivains de lui offrir un succès de librairie à défaut d’un bon roman original.

Le lecteur ne pourra donc éviter d’assister à l’attirance entre Servaz et la Norvégienne ni au fait que Hirtmann jouera encore au chat et à la souris, qu’il cherchera à piéger le flic, que celui-ci foncera tête baissée d’une façon aussi stupide qu’incroyable...

On a alors l’impression de se retrouver devant sa télé face à une série B qui, à défaut d’être mauvaise, est loin d’être originale. On n’en est pas à ce qu’un chat sorte de l’ombre pour faire peur au héros, mais on n’en est pas loin (voir la scène du chalet).

À partir de là, plus aucune des réactions du héros n’est rationnelle. Encore, si ces agissements étaient ceux d’un type lambda, inhabitué à côtoyer le crime et la tension due aux dangers, on aurait pu l’accepter, mais de la part d’un flic ayant de la bouteille, NON !

Car, tout le monde, Martin Servaz en premier, l’auteur, indéniablement, le lecteur, assurément, se rend compte que Hirtmann attire le policier dans un piège et, pourtant, le flic plonge la tête baissée, l’auteur, la plume en avant et le lecteur se retrouve le seul être doué d’un minimum de réflexion pour se dire « Non ! Là, il ne faut pas y aller ». 

Mais, quand on croit que Minier en fait trop, celui-ci s’évertue à nous contredire en en faisant encore plus (voir la scène de l’hôpital) et cette sensation nous tient jusqu’au bout avec le « Twist » final inhérent à tout bon « Page Turner », soit la révélation finale que tout auteur voulant produire un livre à suspens avec les « bonnes » vieilles recettes se doit de proposer à son lecteur. Cette révélation, ce chamboulement, ce retournement, annoncée dès l’une des premières scènes du livre est tout aussi malvenue que mal menée que maladroite qu’inintéressante puisque l’on ne peut s’empêcher de se dire : « Tout ça pour ça ». D’autant que cette révélation entre en contradiction avec la scène de la plate-forme pétrolière.

« Tout ça pour ça » serait d’ailleurs un bon titre pour ce roman tout comme « Une putain d’histoire » en était un excellent pour le précédent. Effectivement, on ne peut s’empêcher de se dire que, franchement, Julian Hirtmann s’est donné énormément de mal pour un résultat qu’il était si facile d’obtenir par des moyens bien moins détournés.

Mais, comme il est assez difficile de parler des faiblesses de l’histoire sans en révéler un peu trop à ceux qui n’ont pas lu le roman, mais aimerait le faire prochainement, je vais plutôt m’intéresser à la plume de l’auteur, pour finir.

Car, si la narration et l’histoire en elle-même font un peu « préfabriquées » du fait que l’auteur use des mêmes ficelles qu’une bonne partie de ses camarades, sa plume n’échappe pas à l’épidémie ambiante.

Là encore, la volonté de Bernard Minier de nous proposer un style original et de dynamiser sa plume le pousse à supprimer maladroitement les verbes de ses phrases, et ce dès le tout début (« Elle regarde sa montre. Bientôt Minuit. Train de Nuit »). Ces trois premières phrases démontrent ce choix d’élision qui aurait pu tenir la route s’il avait été utilisé avec parcimonie, mais son abus finit par se remarquer comme un bubon sur la pointe du menton de la personne avec qui l’on parle. On a beau se concentrer pour éviter de le fixer, on ne voit plus que cela. Du coup, seul l’aspect factice de ce parti pris demeure dans le cerveau du lecteur. Mais cet aspect est tout aussi valable pour le désir de parsemer une narration au passé de quelques séquences au présent. Pourquoi ce choix ? On ne peut s’empêcher de se poser la question lorsque l’on tombe dessus, du coup, on décroche encore plus d’un récit qui peine à maintenir l’intérêt tant l’ensemble exhale le « faux », le « préfabriqué », le « Manuel du petit roman à suspens pour les Nuls ». Petit ? Là encore, puisque les romans policiers qui ont du succès dépassent les 500 pages, Bernard Minier étale son histoire sur plus de 500 pages, ce qui renforce la sensation de « Tout ça pour ça », car l’histoire aurait pu, aurait dû, tenir sur 300 pages.

Au final, entre la narration qui manque d’originalité, une histoire qui peine à maintenir l’intérêt du fait des réactions incompréhensibles du méchant et du gentil, un style « calculé », une révélation finale qui ne tient pas la route, et les 500 pages obligatoires (voir le dernier Olivier Norek, tous les Jean-Christophe Grangé, les Franck Thilliez et consorts), l’ensemble manque de sincérité, d’originalité, de liberté et respire à tel point la volonté de respecter certains codes et certaines règles commerciales que la déception prend le dessus sur le plaisir de lecture. Dommage, on pensait Bernard Minier avait réussi à sortir de ces ornières dans lesquels il commençait à s’embourber grâce à son excellent roman « Une Putain d’histoire », mais, malheureusement, cela n’aura pas duré très longtemps. 

En espérant que l’auteur revienne à de meilleures dispositions pour son prochain livre.