CouvLBDG

Léon Sazie nous livre une assez courte enquête de son détective Paulin Broquet, l’ennemi juré du génie du mal Zigomar.

Léon Sazie est un pilier de la littérature populaire grâce, notamment, à deux personnages récurrents :

– Zigomar, dont le succès, à son époque, fût tel que son effigie apparaissait sur différentes marques et que son nom est entré dans le langage populaire pour signifier un étrange individu.

– Martin Numa, surnommé le « roi des policiers ».

Chacun de ses héros est né dans des magazines ou des journaux (« L’œil de la police » pour Martin Numa et le journal « Le Matin » pour Zigomar).

Zigomar est donc un génie du mal poursuivi par le détective de la Sûreté, Paulin Broquet.

Mais le détective ne fait pas que poursuivre Zigomar, parfois, il résout des soucis bien moins graves.

Le bouton de gant : Paulin Broquet, le célèbre détective, quand il ne court pas après le génie du mal, l’incontournable Zigomar, s’occupe également d’affaires de moindre importance. Le banquier Adam Monier le requiert pour retrouver 100 000 francs qui ont disparu de son coffre-fort. Plusieurs pistes sérieuses mènent à chacun des proches du requérant.

Léon Sazie nous livre là une courte enquête (17 000 mots) de son détective Paulin Broquet orphelin de son ennemi juré Zigomar.

D’une facture classique, tant dans le style que dans l’intrigue, cette histoire confronte le détective à plusieurs suspects possibles qui ont eu l’opportunité de commettre le vol et dont des indices convergents semblent confirmer la culpabilité. Mais voilà, Paulin Broquet ne se laisse pas impressionner par ces éléments et ne saute pas sur les évidences. Il va railler un à un, les suspects potentiels de sa liste afin d’identifier le véritable coupable.

Bien évidemment, Léo Sazie nous réserve, un ultime rebondissement.

Au final, une lecture agréable même si ce titre ne demeurera pas dans les esprits, la faute à un certain classicisme.