SA108Ble

Probablement le 22e opus de la série San-Antonio, « Les doigts dans le nez » suit directement « Ca tourne au vinaigre » puisque Bérurier est en convalescence de ses blessures.

Les doigts dans le nezIl se soulève, prend sa chaise et me l’abat sur le crâne. Aussi fastoche que je viens de vous le dire. Mon bras paralysé par le coup de poêle à frire n’a pas eu la force de se lever pour braquer le soufflant. Je biche le siège en pleine bouille et illico je me trouve inscrit au barreau. Ça se met à tourniquer autour de moi. J’essaie de me cramponner à la table, mais des nèfles ! Je vais à dame. Le couple de petits rentiers tranquilles me saute alors dessus et font une danse incantatoire sur ma personne.

Le roman débute par une scène dans laquelle San-Antonio accompagne Pinaud chez son tailleur pour lui faire un joli costard. Le tailleur en profite pour signaler au commissaire une voiture abandonnée sur le chantier faisant face à son habitation.

Dans le coffre de la voiture, San-Antonio découvre le cadavre momifié d’un type fusillé 15 ans auparavant, à la fin de la guerre.

En cherchant un peu, le Commissaire découvre plusieurs éléments étranges :

1) Le macchabée semble avoir été fusillé 15 ans plus tôt.

2) Le mort est enfermé dans le coffre de sa propre voiture, volée, des années auparavant.

3) Le défunt a été fusillé pour trahison.

4) Son corps a été volé dans le tombeau.

À partir de là, San-Antonio va partir à la quête de réponses sur son temps libre.

Frédéric Dard nous offre du San-Antonio de l’époque pur jus. Bérurier est absent pour convalescence, Pinaud à peine présent au début de l’histoire, c’est dire que le Commissaire va œuvrer seul.

Si le style est typique des quelques opus précédents, je trouve que l’intrigue est un peu plus relevée. Du moins, me suis-je demandé comment l’auteur allait expliquer tous ces mystères et force est de constater qu’il y arrive très bien.

On notera également le personnage du gendarme bas de front dont le langage semble initier celui du Bérurier du futur.

Au final, un bon épisode de San-Antonio avec une intrigue plutôt intéressante (mais faut-il rappeler que Dard ne s’est pas contenté d’un style et d’un personnage, il a également proposé souvent des intrigues dignes de ce nom.)