IMG_0001

René Thomas, alias Louis C. Thomas, alias Thomas Cervoni, est un auteur réputé qui est tombé un peu dans l’oubli. Pour en savoir un peu plus sur lui, je vous conseille de vous reporter à mes précédentes chroniques des titres de l’auteur ou bien au blog de Toton Pierre qui lui est consacré.

Tragique week-endIl fait chaud, très chaud, trop chaud pour le gros inspecteur Lémoz qui baigne de son jus, mais qui doit remplir son devoir : retrouver Madame Lemurat, la femme d’un important industriel marseillais. Celle-ci s’est rendue, en train, chez une amie, pour le week-end, mais n’est jamais rentrée chez elle...

L’inspecteur Lémoz a chaud, mais il va pourtant devoir se démener et voyager pour retrouver la femme d’un industriel qui a disparu après un week-end chez une amie.

Seulement, très vite, Lémoz se rend compte que cette visite cache bien autre chose et que la vie de la disparue est emplie de faux semblants.

Inutile de préciser que, du fait de la taille du roman (fascicule 32 pages soit moins de 10 000 mots), l’auteur ne nous propose pas une intrigue haletante, mais il nous offre pourtant des rebondissements et des fausses pistes.

Lémoz, une nouvelle fois, n’est pas présenté comme un super héros, flic dur à cuire, mais comme un type normal, qui transpire quand il fait chaud, qui s’essouffle quand il monte des escaliers... mais qui parvient à trouver toujours la solution des énigmes qui lui sont proposées.

Pas grand-chose de plus à dire sur le titre, il est dans la lignée de ce que nous a proposé, dans ce format, René Thomas.

Au final, un très court roman agréable à lire, issu de la plume d’un très bon auteur atypique.