IMG_0001

Florent Manuel, alias Henry Musnik, est un auteur de la littérature populaire française né au Chili en 1895 et mort en1957. Il a été un des piliers de la littérature fasciculaire qu'il a inondé de sa production sous de nombreux pseudos.

En trois coups de désLes Romieu viennent de subir un second vol de bijoux. Le domestique a été soupçonné et licencié, mais la police n'a pas réussi à trouver une preuve contre l'homme et encore moins le butin. L'inspecteur Gaspin, chargé de relancer l'enquête, part sur la piste du valet de chambre mais avec l'intuition que celui-ci n'est pas coupable...

Je l'ai déjà dit pour d'autres titres de l'auteur, faisant également apparaître le personnage de l'inspecteur Gaspin, Florent Manuel ne semble pas à l'aise avec le format contraignant du fascicule de 32 pages.

Ceci dit, rares sont les auteurs à avoir remporté allègrement ce genre de combat. On notera l'excellent Charles Richebourg avec son personnage du commissaire Odilon Quentin et le non moins excellent René Thomas (alias Louis Thomas Cervoni) avec son personnage de l'inspecteur Lémoz (et, dans une moindre mesure, avec ses personnages de l'Agence de détectives STOP).

Mais très nombreux sont les auteurs à avoir perdu la bataille, et, certains, à avoir été laminé par l'âpreté de la tache qui consiste à parvenir en 32 pages (10 000 mots) à imposer un personnage attachant et à placer une intrigue pas trop basique et qui tienne la route.

Pour autant, on doit reconnaître au Chilien d'être parvenu, sur ce titre, à limiter les dégâts et, si l'ensemble n'est pas comparable avec l'excellence de ses pairs précités, il n'en demeure pas moins que la lecture de ce titre est agréable, que l'ensemble est plus fluide que sur d'autres de ses titres et que l'intrigue, même si elle ne vole pas haut, suffit à maintenir le bateau à flot jusqu'à l'arrivée au port (c'est-à-dire au point final de l'histoire).

Au final, sans être une lecture incontournable, ce titre démontre que, quand il le veut, Henry Musnik parvient à relever, a minima, le défit du très court roman.