unnamed

Situé dans le Vallespir, au creux de la vallée du Tech dont les eaux rafraîchissent les pieds du Pont du Diable, arche de pierres datant du moyen-âge, Céret est une ville magnifique ayant connu les constructions romaines, les Comtes d’Empúries, l’annexion du Roussillon à la France...

Mais Céret est surtout connue pour sa Fête de la Cerise, sa Féria, son Musée d’Art Moderne, et, depuis 11 ans, pour son salon littéraire : La Fête du Livre et des Éditeurs.

Depuis onze ans, les rues de la vieille ville, protégées du soleil par de magnifiques platanes, abritent chaque année l’un des salons littéraires les plus attractifs de la région et, probablement, mon préféré de tous.

Effectivement, ce salon brille de par l’investissement dans l’organisation, mais aussi dans son déroulement, d’une association de lecteurs motivés et curieux.

Cette petite introduction qui ne vous est pas étrangère, puisque j’usais de la même présentation liminaire pour présenter, l’année dernière, le dixième anniversaire de cette manifestation, n’a d’autre but que d’annoncer la présence de toute l’équipe d’OXYMORON Éditions à la Fête du Livre et des Éditeurs de Céret 2018 (tout comme en 2017, 2016, 2015, 2014...)

Bref, vous aurez compris que je participe chaque année à ce salon littéraire et, si je ne devais être présent qu’à un salon de la région (ce qui risque bien d’arriver un jour, étant donné mon franc parlé et ma propension à bêler contre les loups), ce serait celui-là (à moins, bien évidemment, de me faire évincer de l’évènement, ce qui pourrait être possible, car, avec moi, tout est possible).

Mais quel dommage cela serait si je n’étais point présent à ce salon si bien ombragé, tant pour moi (je le répète, ce salon est mon préféré), que pour les autres ! Car, oui, ma présence est nécessaire à la biodiversité de la faune littéraire tout comme le castor l’est pour le milieu terrestre et aquatique en abattant des arbres et construisant des barrages. Bon, personnellement, j’use plus de ma plume (ou de l’ordinateur) que du membre influant du rongeur pour interagir avec l’écosystème dans lequel je végète à rien (comme disait Bill Clinton, qui était végétarien – si on ne le sait pas, on ne peut pas comprendre la blague – bien que cela ne l’empêchait pas de faire manger de la viande à sa stagiaire).

J’oubliais qu’il me faut museler ma propension aux circonvolutions littéraires et autres homélies (si tu savais, tout le mal que l’on m’a fait...) pédantes qui siéent pourtant magnifiquement à ma verve légendaire au risque de me faire mal voir par les aveugles, guère mieux par les borgnes et je ne parle pas des sourds qui s’y entendent pour me tirer l’oreille.

Mais revenons à ce salon littéraire, puisqu’il s’agit tout de même du sujet de ce message.

Badauds et badauds, passants et passantes, stagnants et stagnantes, lecteurs et lectrices, soyez rassurés ! Vous qui doutiez de la présence d’OXYMORON Éditions à la Fête du Livre et des Éditeurs de Céret 2018, ne doutez plus. Car, quand il y a des livres et quand il y a des éditeurs, il y a forcément OXYMORON Éditions (sauf quand on devient personna non grata).

Cette année, réjouissez-vous, vous, papivores invétérés (ou invertébrés, tout dépend si vous avez mangé du calcium quand vous étiez petits), car vous allez avoir accès, en plus de tous les magnifiques livres que vous aviez l’habitude de trouver sur notre stand, de trois sommets de la littérature policière : l’ultime opus de la désormais célèbre (auprès de cinq personnes) saga « Wan & Ted », « Wan & Ted – Le tueur aux fourmis » (à moins que je décide d’en écrire un autre, qui sait, j’en serais capable). Retrouvez également le dernier (là, c’est sûr, l’auteur refuse d’en écrire d’autres, et pour cause, il est mort depuis un siècle) opus des enquêtes du célèbre petit détective parisien, « Toto Fouinard » de Jules Lermina. Et l’un des meilleurs romans d’aventures policières de la littérature populaire, signée de l’incontournable José Moselli, et introuvable jusqu’ici : « La momie rouge », un roman exaltant au suspens insoutenable.

En plus de tout cela, vous pourrez vous délecter des ouvrages usuels de notre catalogue dont je vous recommande particulièrement « M.A.D. - Marc Antoine Decome, détective » avant la sortie, en début d’année prochaine, de sa suite.

Que dire de plus si ce n’est que nous serons présents de 9 h 30 à 18 h, à l’endroit habituel, Boulevard Jean Jaures et alentours.

Alors, n’hésitez pas, venez nous voir ce dimanche 9 septembre 2018, car, comme les espèces rares, nous méritons le détour.

À dimanche.