30 septembre 2018

Nettoyage en série

La littérature populaire française n’aura jamais de cesse de nous faire vivre de bons moments en compagnie de personnages sympathiques et d’auteurs talentueux, connus, reconnus, méconnus, inconnus ou oubliés, mais, pour beaucoup, très mystérieux. Parmi ceux-ci, l’écrivain J.A. Flanigham et son personnage de reporter-détective, Bill Disley. Il n’est pas rare que la littérature populaire se nourrisse d’elle-même. Anthropophage par essence, les personnages puisent dans l’âme de leurs prédécesseurs, les écrivains dans l’encre de... [Lire la suite]

23 septembre 2018

Le fabuleux héritage de Sir Grandville

La littérature populaire pullule de personnages récurrents en tous genres, et ce depuis près d’un siècle et demi avec une recrudescence depuis le succès des Nick Carter au tout début du XXe siècle. Parmi ces personnages récurrents, dans la littérature populaire policière, en particulier, on retrouve, le plus souvent, des policiers ou des détectives. Mais aussi des héros exerçant d’autres fonctions en parallèle de celle de redresseur de torts. Ainsi les cambrioleurs-détectives sont nombreux (John Strobbins,... [Lire la suite]
16 septembre 2018

Les millions du borgne

Je pourrais être un peu lassé de vous répéter, ad nauseam, que Marcel Priollet fût un des piliers de la littérature populaire française. Je pourrais être lassé, oui, mais je ne le suis pas tant il est vital et nécessaire de convaincre un monde incrédule que le cauchemar littéraire a déjà commencé (il vous suffit de lire la plupart des romans policiers actuels pour vous en convaincre), mais, qu’avant ce cauchemar, il était une fois, à une époque fort lointaine, où existait des écrivains de littérature de genre sachant manier... [Lire la suite]
16 septembre 2018

La pendue du Pré-Catelan

4e épisode des « Enquêtes du Professeur », signé René Byzance, initialement édité dans la collection « L’Indice » aux éditions Populaires Monégasques. L’inspecteur Gonzague Gaveau est surnommé « Le Professeur » parce qu’il a fait Sorbonne et a écrit une thèse sur « Les Variations de la voyelle O dans les langues ougaro-caucasiennes ». Difficile d’en dire plus sur l’auteur d’autant que la plupart des épisodes ne sont pas signés. Il est intéressant de noter que les... [Lire la suite]
16 septembre 2018

Meurtre à Baumugnes

Les « Enquêtes du Professeur », c’est une série éditée dans la collection « L’indice » des éditions Populaires Monégasques dans les environs de 1946. La collection « L’indice » semble avoir regroupé également d’autres textes que ceux autour du Professeur. Les textes de la série semblent avoir tous été écrits pas René Byzance, même si la plupart son non signés, pseudonyme qui cacherait, selon certains, l’auteur Jean Buzançais dont, de toute façon, je ne sais rien. Gonzague Gaveau est un... [Lire la suite]
16 septembre 2018

Le crime du Bar du Peuple

Lecture un peu dans le désordre des « Enquêtes du Professeur » de René Byzance ou autres (certains titres sont signé Byzance, d’autres ne sont pas signés). Après avoir découvert le Professeur, alias l’inspecteur Gonzague Gaveau, par « Meurtre à Baumugnes » et « L’assassinat de la mère Cibiche », voilà que je lis enfin la toute première enquête du personnage : « Le crime du Bar du Peuple ». Gonzague Gaveau est un inspecteur de police qui a fait Sorbonne, d’où son surnom... [Lire la suite]
Posté par seppuku à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

09 septembre 2018

La mère aux chats

9e et avant-dernier épisode de la série « Old Jeep et Marcassin » signée Marcel Priollet. Marcel Priollet, pilier de la littérature populaire de la première moitié du XXe siècle, qui, à travers différents genres, sous différents pseudonymes, a écrit un nombre incroyable de textes qui sont désormais tombés dans l’oubli, car, bien souvent, destinés à des collections fasciculaires (aventures, policières ou sentimentales). Pour sa participation purement policière, on retiendra deux séries : « Old... [Lire la suite]
09 septembre 2018

Sans pitié ni remords

Nicolas Lebel est un auteur dont je ne sais pas grand-chose (mais je ne semble pas le seul dans ce cas-là) et dont je n’ai pas envie d’en savoir plus, non pas que je n’aime pas cet auteur, mais tout simplement, comme je l’ai souvent dit, qu’un auteur ne m’intéresse que par ses écrits. « Sans pitié ni remords » est le troisième opus d’une série autour de personnages récurrents : le capitaine Merhlicht, un avorton à tête de grenouille, aux yeux globuleux, aux cheveux rares, au teint verdâtre, fumeur invétéré,... [Lire la suite]
09 septembre 2018

De cauchemar et de feu

Nicolas Lebel (l’écrivain) est forcément une belle rencontre littéraire puisque je viens de lire quatre de ses romans consécutivement, les quatre romans mettant en scène ses personnages récurrents que sont le capitaine Merhlicht, les inspecteurs Latour et Dossantos, le Commissaire Matiblout, le médecin légiste Carel et le stagiaire (qui change selon l’épisode puisqu’un stagiaire est forcément de passage). Je passe la bio de l’écrivain, comme à chaque fois, elle est succincte et ne m’intéresse pas plus que celles de ses... [Lire la suite]
09 septembre 2018

Le mort en croupe

8e enquête du Commissaire Marcassin épaulé par son ami le détective américain, Gordon Periwinkle, alias Old Jeep. L’aventure est signée Marcel Priollet, un auteur majeur de la littérature populaire de la première moitié du XXe siècle. Pour rappel : Le Commissaire Marcassin est un quinquagénaire à la moustache grisonnante (enfin, pas là), trapu, massif, bourru, rustique, fumeur de cigarettes roulées. Il a une prédilection pour la réflexion. Old Jeep est un détective américain trentenaire, athlétique, souple,... [Lire la suite]