BD3

Bill Disley est un reporter-détective anglais né, dans les années 1940, de la plume de J.A. Flanigham, un pseudonyme qui en cache un autre, Raymond Gauthier, qui lui-même cache une identité qui nous est à l’heure actuelle inconnue.

Bill Disley a vécu de nombreuses aventures dans de courts romans édités, à l’époque, aux formats 16 pages, 32 pages, 48 pages ou 128 pages en fonction des collections et des rééditions. Les éditions de 16 à 48 doivent receler des textes d’environ 10 000 mots, les 128 pages devaient offrir entre 30 et 40 000 mots (je confirmerais cela dès je m’attaquerais à un titre de cette taille).

MYSTÈRES AUTOUR D’UN COLLIER : Bill DISLEY, le célèbre reporter-détective, enquête sur Walter Raybell, un mystérieux personnage disparu une quinzaine d’années auparavant et réapparu il y a deux ans à la tête d’une belle fortune et en possession d’un collier d’une inestimable valeur. Le fidèle bras droit de Raybell, blessé lors d’une fusillade, se rend chez la nièce de son boss et lui remet le joyau juste avant de décéder. Bill DISLEY, qui suivait l’homme à distance, débarque à son tour au domicile de la jeune femme, mais celle-ci nie posséder le bijou. Le journaliste la met alors en garde, persuadé qu’elle est en danger et que toute l’affaire tourne autour d’une vengeance familiale.

Lors de mes précédentes lectures des aventures de Bill Disley, je n’ai cessé de clamer mon enthousiasme devant les qualités de romans dont la concision est bien souvent un écueil pour les auteurs ayant tenté de s’y confronter.

10 000 mots pour développer un roman obligent à des concessions qui empêchent bien souvent les écrivains d’exploiter tout le potentiel de leur plume, de leur histoire et de leurs personnages.

Ce n’était pas le cas avec Bill Disley, grâce, notamment, à des personnages attachants et à des dialogues savoureux et drôles, mais aussi au fait que l’histoire, le texte, jamais, ne semblaient avoir été taillés à la hache, ou manquaient d’ambitions, comme c’est souvent le cas dans ce format très court.

Pour « Mystère autour d’un collier », je serai un peu moins dithyrambique, non pas que ce roman ne soit pas bien, que l’histoire soit inintéressante, mais tout simplement parce que les deux comparses de Bill Disley, dont l’interaction entre le héros et eux fait le sel de la série, sont quasiment inexistants dans cet épisode.

En effet, Jeff, l’ex-boxeur, fidèle allié de Bill Disley n’apparaît que lors de deux courtes scènes dont une n’est pas à son avantage et l’inspecteur Martin n’intervient qu’à la toute fin et, encore, sa présence est juste signifiée par l’auteur et par une phrase de Disley lui étant adressée, sinon on ne saurait même pas qu’il était là.

Ceci dit, malgré ça, l’ensemble se lit vite et est même plaisant à lire, mais, sans les deux faire-valoir de Disley, le texte manque un peu d’épices.

Par contre, alors que je trouvais que, pour un journaliste, Bill Disley faisait plutôt de la police, pour une fois, l’auteur parle du travail de son personnage, d’un article écrit, on a même le droit d’une scène entre le journaliste et Bob, son gros patron.

Au final, un épisode un peu moins savoureux que les précédents, mais pour un titre aussi court, le résultat est quand même bien au-dessus de la mêlée et l’ensemble offre un bon moment de lecture.