NP-AGM

Nat Pinkerton est un personnage littéraire créé par un ou des auteurs allemands pour surfer sur le succès de la série Nick Carter dans le monde entier au début du XXème siècle.

Traduit et diffusé en France par le même éditeur que Nick Carter (Eichler, puis Sobelli), la série reprend les mêmes caractéristiques à peu de chose près (fascicule 32 pages simple colonne là où les Nick Carter proposent 32 pages double colonnes. Du coup, un texte moitié moindre d'environ 10 000 mots).

Le traitement de l'éditeur est le même, même format, même genre de couvertures...

Mais là où Nick Carter oeuvre dans les grandes villes et dans les bas-fonds, Nat pinkerton travaille, lui, plutôt dans les grands espaces, offrant un aspect moins moderne, plus « Western » à la série.

Aux grandes manoeuvres :

 

Les grandes manœuvres battent leur plein quand un officier est retrouvé poignardé sous sa tente.

 

Le lendemain soir, un tireur d’élite est contraint par deux hommes à abattre de loin un Colonel, mais celui-ci se rebelle et est tué de deux balles.

 

Le gradé prit pour cible décide alors de faire appel au célèbre détective Nat Pinkerton pour débusquer le ou les assassins…

 

Pendant les manoeuvres du 43e régiment, un officier est retrouvé poignardé sous sa tente. Le lendemain soir, un tireur d'élite du même régiment est contraint d'abattre un Colonel estimé de ses hommes. Mais, le tireur refusant de commettre un crime, il tire sur les lampes afin d'empêcher ses kidnappeurs de remplir la tâche qu'il refuse d'assumer. Il recevra deux balles pour son refus d'obéir.

Le colonel visé décide alors de faire appel au célèbre détective Nat Pinkerton.

Celui-ci arrive le lendemain et est très vite persuadé que le responsable de ces horribles actes est un ancien militaire et il se lance rapidement sur la piste de celui-ci.

Pas grand chose à dire de ce court roman (10 000 mots), ni en bien ni réellement en mal, puisqu'il ne fait rien de plus que de remplir son office qui consiste à divertir les lecteurs pendant une petit heure. L'intrigue est minimaliste, du fait de la concision du texte, et l'ensemble se résume en un bref exposé des faits et l'intervention de Nat Pinkerton.

Rien de bien extraordinaire, donc, rien qui restera en mémoire, mais ce n'est pas le but de la série.

Rien de bien méchant à dire non plus sur l'épisode. Cela se lit bien pour peu qu'on prenne la série pour ce qu'elle est : une série de petits moments de lecture sans prétention.

Au final, un épisode qui ne marquera pas les esprits mais qui occupera une petite heure de lecture sans déplaire. C'est déjà bien.