CouvLEEC

Z'avez remarqué (avec un « Z » qui veut dire Zozo) comme la Sant Jordi a la fâcheuse tendance à tomber tous les ans à la même date ?

Je dis « fâcheuse », car elle ne tombe à peu près qu’une fois tous les 42 mois un week-end. Me croyez pas ? Faite le calcul si vous n’avez rien d’autre de plus intéressant à faire. Bon, en plus, je pourrais très bien me tromper à cause des années bissextiles, donc votre calcul serait le bienvenu. Inutile, mais bienvenu.

Au fait ? Vous savez ce que représente la Sant Jordi ? Non ? Il suffit dans taper dans « Google » ou tout autre moteur de recherche et vous trouverez. Ce n’est tout de même pas à moi de faire votre éducation culturelle, non d’un bouquin !

De toute façon, tout ce que vous avez besoin de savoir c’est que, pour l’occasion, chaque année, les villes et villages environnants mettent en place des animations et des évènements autour du livre, des auteurs et des éditeurs.

C’est l’occasion, pour chacun et pour chacune, de faire connaissance avec les auteurs locaux et les Zozoteurs locos, dont je fais partie, sauf que je ne zozote pas... enfin... pas souvent, mais il est de notoriété publique que ne sois pas tout seul dans ma tête, la raison pour laquelle je fais sortir les autres de temps en temps par l’intermédiaire de ma plume (si vous ne me croyez pas, vous n’avez qu’à lire mes romans, vous comprendrez).

Bref, tout cela pour dire qu’il est de coutume depuis quelques années, de parcourir le département afin de participer à la Sant Jordi. Mais, comme je vous le disais, celle-ci tombant à la même date chaque année (le 23 avril pour ceux qui n’ont pas pris la peine de taper Google pour avoir le renseignement). Et, comme je n’ai pas le don d’ubiquité ni aucun de mes confrères, d’ailleurs, il est de bon ton, pour les organisateurs, de proposer leurs manifestations à des dates différentes (mais proche du 23 avril, tout de même, on va pas le faire à Noël, non plus).

En plus, je dis que je parcours le département, mais comme je suis très occupé et pas mal fainéant, en fait, je ne multiplie pas non plus les dates (qui, de toute façon, ne sont pas si nombreuses que l’on croit autour du 23 avril, surtout si tu te dis que, le week-end, c’est mieux que la semaine).

Donc, chaque année, le rendez-vous était donné à Perpignan, sur le quai Vauban et, de temps en temps, je teste une autre ville ou un autre village.

L’année dernière, pour la première fois, c’était rendez-vous à Prades, le lendemain de Perpignan.

Comme j’ai (ou nous, car je ne voyage jamais seul, je vous rappelle que je suis nombreux dans ma tête et que nous sommes deux dans mon cœur), été bien reçu par les organisateurs de la Sant Jordi de Prades, que la matinée (oui, c’était uniquement le matin) s’est bien déroulé, que les passants passaient sympathiquement, qu’il y avait diverses attractions et, qu’en plus, nous avions été retenus au repas du midi, j’on (contraction entre j’ai et on) décidé d’accepter à nouveau l’invitation cette année (oui, car, certaines manifestations, il faut que tu t’inscrives et à d’autres, plus conviviales, on t’invite).

Voilà t'y pas (tiens, je ne sais pas comment l’écrire ce bout de phrase) que j’on sera donc à Prades en ce samedi matin 20 avril 2019, sur la place de la République.

En plus de nous rencontrer, vous pourrez découvrir plein de bons romans policiers, d’aujourd’hui, écrit à dix doigts (oui, je tape avec tous mes doigts sur le clavier) et à plusieurs cerveaux (je vous rappelle que l’on est nombreux là-dessous). Pour les romans d’antan, le choix sera plus large, car nous vous proposerons moult romans policiers d’excellence nés de la plume (ou de la machine à écrire, ou du stylo) d’auteurs talentueux même si, malheureusement, beaucoup d’entre eux ont sombré dans un anonymat immérité.

Alors, n’hésitez plus, venez nous visiter, place de la République à Prades, ce samedi 20 avril 2019, le matin, de 4 h 33 (pour ceux qui veulent être en avance pour avoir le choix) jusqu’à midi et des poussières (prévoyez un balai).

Merci à vous de venir et, si vous ne venez pas, bah, vous raterez quelque chose, car KAMASH (c’est l’un des moi) présentera en exclusivité son nouveau roman qui vient tout juste de sortir de presse (il est donc pressé, le bougre) : « L’Épistolier était chargé ! », le nouvel opus de la saga « M.A.D. », Marc-Antoine Decome détective. Un second opus qui sort seulement 4 ans après le premier, imaginez comme il était pressé (mais comme ça se chamboule là-dedans, y a d’autres personnages qui se sont un peu plus précipités).

À samedi.