28 avril 2019

La croisière de la mort

Douzième aventure (dans la nouvelle réédition numérique) des aventures de Bill Disley né de la plume de l’énigmatique J.A. Flanigham dans les années 1940. La première édition consistait en un fascicule de 48 pages. La taille du texte dépasse à peine les 11 000 mots. Je ne reviendrais pas trop sur le personnage et l’auteur, je l’ai déjà fait 11 fois. Je me contenterais de dire que Bill Disley est un personnage à la fois drôle et attachant, notamment dans ses interactions avec ses amis : Jeff,... [Lire la suite]

28 avril 2019

Qui a tué l'homme-homard ?

J.M. Erre est un auteur né à Perpignan (le pauvre), en 1971 (décidément, pas de chance) et qui est l’auteur de nombreux romans et de plusieurs sketches pour l’émission culte de CANAL + : Groland ! Je m’étais déjà confronté, une fois, à la prose de l’auteur, via son roman « Le mystère Sherlock », par lequel je n’avais pas été séduit malgré tous les ingrédients qui étaient faits pour me plaire : un auteur de chez moi, de l’humour et Sherlock Holmes (celui par qui fît naître en moi la passion de la... [Lire la suite]
28 avril 2019

La croisière aux nuits blanches

Marcel Priollet est un des piliers de la littérature populaire française qu’il alimentât de ses très nombreux textes sentimentaux, d’aventures, policiers ou science-fiction pendant près d’un demi-siècle dès 1910. Marcel Priollet, on se le rappelle (ou non), a écrit sous divers pseudonymes (René Valbreuse, Henry de Trémières, R.M. de Nizerolles, M.R. Noll...), mais c’est sous son nom que parurent les deux séries policières dont je suis friand : « Old Jeep et Marcassin » et « Monseigneur et son... [Lire la suite]
28 avril 2019

Et tu verras flotter son cadavre

Bill Disley est un reporter-détective né de la plume de J.A. Flanigham au milieu des années 1940... Bon, tout ça, je vous l’ai déjà dit dans les dix précédents titres de la série que j’ai lus. Pour en savoir plus sur le personnage et l’auteur, je vous invite donc à les lire. Non, aujourd’hui, pour cette onzième lecture, je n’ai pas envie d’entrer dans les détails biographique ou bibliographique de l’un ou de l’autre, mais juste de parler de plaisir de lecture. Sachez juste une chose, pour l’instant, mes lectures des... [Lire la suite]
28 avril 2019

Du poulet au menu

Tiens, ça faisait bien longtemps que je ne m’étais pas « tapé » un petit Sana de derrière les fagots. Oui, car on se jette un San Antonio derrière les lunettes comme on se jetterait un alcool fort derrière la cravate. C’est bon, ça enivre, mais faut le consommer avec modération sinon, on risque de finir aux Sananonyme, ces lecteurs compulsifs des œuvres de San Antonio qui tremblent, bavent et se transforment en zombies quand ils n’ont pas leur dose. Du coup, un petit Sana de temps en temps, ça ne fait pas de mal, ça fait... [Lire la suite]