17 novembre 2019

L'homme au bandeau noir

H.-R. Woestyn fait partie de ces innombrables auteurs de la littérature populaire qui, malgré leur production foisonnante, demeurent aujourd’hui totalement méconnus, non seulement de la part des lecteurs, mais également de la part des biographes. Effectivement, avec le jeu des multiples pseudonymes de ces auteurs très productifs, il est désormais parfois, souvent, difficile d’identifier la personne se cachant derrière ceux-ci. La comparaison de certaines éditions et rééditions de l’époque permet souvent d’établir une liste... [Lire la suite]
Posté par seppuku à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

17 novembre 2019

L'escroc international

« L’escroc international » est le 11e et probablement le dernier titre mettant en scène le personnage du détective Yves Michelot développé, au départ, par Henry Musnik sous le pseudonyme Florent Manuel pour intégrer la collection « Mon Roman Policier » des éditions Ferenczi au début des années 1950. Cette collection de fascicules de 32 pages (un peu moins de 10 000 mots par récit) comporte plus de 500 titres. Mais, si l’histoire de la littérature populaire nous a apprit... [Lire la suite]
17 novembre 2019

Un crime de plus ou de moins

« Un crime de plus ou de moins » est la 10e enquête du détective Yves Michelot, un personnage créé par Henry Musnik sous le pseudonyme de Florent Manuel dont les aventures, au début des années 1950, furent noyées dans les plus de 500 fascicules 32 pages de la collection « Mon Roman Policier » des éditions Ferenczi. Henry Musnik, pilier incontournable, par sa production, de la littérature populaire fasciculaire française, est né en 1895 au Chili. Ses récits abreuvèrent de... [Lire la suite]
17 novembre 2019

Séjour clandestin

« Séjour clandestin » est le 9e épisode d’une série de textes consacrés au personnage du détective Yves Michelot créé par Henry Musnik sous le pseudonyme de Florent Manuel pour le compte de la collection « Mon Roman Policier » des éditions Ferenczi au début 1950 sous le format de fascicules de 32 pages contenant des récits d’environ 8 000 mots. Mais peut-on réellement dire que ce texte, comme les précédents, est un épisode de « Yves Michelot, détective »... [Lire la suite]