24 mai 2020

La mort est exacte au rendez-vous

Si vous lisez un tant soit peu mes chroniques, vous connaissez désormais ma passion pour la littérature populaire policière fasciculaire de la première moitié du XXe siècle, ces récits oscillant entre 7000 et 30 000 mots, d’un petit format souple que l’on pouvait glisser dans sa poche pour lire à tous moments. Les centaines de collections et les milliers de titres qu’elles contiennent ont abreuvé la soif des lecteurs, bien souvent issu du milieu populaire, pendant des décennies. Des auteurs, désormais cultes, y ont... [Lire la suite]

24 mai 2020

La faute du Mondain

« La faute du Mondain » est le sixième épisode de la série « Les enquêtes du commissaire Benoit » publiée en 1946, par les éditions Nicea sous la forme de 14 fascicules de 12 pages double-colonne (environ 10 000 mots). Les auteurs de la série, Robert et Jean GRIMEY (ou ROBERT et Jean GRIMEY), des auteurs sur qui je n’ai strictement aucune information. À noter qu’il ne faut pas confondre avec une série éponyme publiée aux éditions ERF à peu près à la même époque et développée par... [Lire la suite]
24 mai 2020

L'intrépide Bébert

Rodolphe Bringer est un auteur de littérature populaire qui écrivit pendant 50 ans une multitude de contes, de nouvelles et de romans dont il abreuva journaux, magazines, collections fasciculaires et autres entre 1894 et 1943 (date de sa mort. Il est né en 1869 – certaines sources avancent comme date 1871). Sa production fut immense et les genres qu’il a abordés, divers (sentimental, historique, judiciaire, policier, aventures, humoristiques, jeunesse...) Il est aussi le père du Tricastin, sa Région, qu’il fit... [Lire la suite]
24 mai 2020

Fil-de-Fer et Vert-de-Gris

Rodolphe Bringer, quand seras-tu à nouveau aussi connu que durant tes heures de gloire, pour que je n’ai plus à te présenter ? Mais comme lesdites « heures de gloire » remontent à un siècle et que, depuis, l’auteur est tombé dans l’anonymat, je me dois de vous parler un peu de Rodolphe Bringer. L’auteur, né à Mondragon en 1869 (ou 1871 selon les sources) et mort à Pierrelatte en 1943 fut, au début du XXe siècle un écrivain adulé pour ses contes, ses nouvelles dans les différents journaux et magazines... [Lire la suite]
17 mai 2020

L'homme qui fut assassiné

On ne devrait plus avoir à présenter l’écrivain Rodolphe Bringer... Je me dois pourtant de le faire devant le quasi-anonymat dans lequel est malheureusement tombé l’auteur depuis quelques décennies. Pourtant, Rodolphe Bringer fut un auteur réputé autant pour son humour que pour ses contes, nouvelles et romans. Né en 1869 (ou 1871, selon les sources), il se penche très jeune sur l’écriture et se dirige tout naturellement vers le journalisme. Collaborant à de nombreux journaux et magazines, il les abreuve de ses nouvelles... [Lire la suite]
17 mai 2020

Le mystère du puits

Rodolphe Bringer est un auteur de la littérature populaire qu’il ne devrait plus être besoin de présente. Du moins, ne devrais-je plus avoir à le présenter vu le nombre de fois où j’en ai parlé dans mes chroniques. Effectivement, Rodolphe Bringer (1869 - 1943) est un auteur incontournable de la littérature populaire de par la quantité de sa production tant que par sa qualité et les genres et formats abordés. Journaliste, écrivain, il nourrit les journaux de ses contes, nouvelles et romans ainsi que les collections... [Lire la suite]

17 mai 2020

Le crime de Mlle POUQUE

Rodolphe Bringer est un des principaux piliers de la littérature populaire de la toute fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe. Si j’utilise souvent le terme de « pilier » pour qualifier certains auteurs ayant œuvré pour la littérature populaire, celui-ci n’est en rien galvaudé quand il est utilisé pour décrire Rodolphe Bringer....   LE CRIME DE MLLE POUQUE Mademoiselle Pouque vient d’assassiner un homme ! Jeune trentenaire, elle chérit la vie au point d’être incapable de tuer... [Lire la suite]
Posté par seppuku à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
17 mai 2020

L'homme sans figure

Albert Boissière est un auteur très très injustement oublié. Pourtant, Albert Boissière, de par la qualité et la quantité de sa production, depuis la toute fin du XIXe siècle jusqu’à la fin du premier tiers du XXe siècle, mériterait de demeurer dans l’esprit des lecteurs d’aujourd’hui. Romancier, nouvelliste, conteur, Albert Boissière enchanta les lecteurs de son époque à travers ses romans diffusés en feuilletons dans les journaux ou en livres papier. Romans sentimentaux, d’aventures, policiers, tout est... [Lire la suite]
10 mai 2020

Fumeries d'opium

La littérature populaire policière fasciculaire (comme sa grande sœur la littérature de romans policiers) abrite un nombre incalculable de personnages récurrents : policiers, détectives, cambrioleurs, justiciers, les génies du mal... Contrairement aux héros de la littérature plus conventionnelle (encore faut-il savoir ce qui peut être considéré comme « conventionnel »), rares sont ceux qui ont survécu dans l’esprit des lecteurs. Si tout le monde connaît, ne serait-ce que de nom, le commissaire Maigret, le... [Lire la suite]
10 mai 2020

Lettres anonymes

Et on retrouve le commissaire Benoit et toute son équipe dans « Lettres anonymes » 4e titre d’une série de 14 initialement parue sous la forme de fascicules de 12 pages, double colonne, contenant des récits de 10 000 à 12 000 mots en 1946 aux éditions Nicéa. Le ou les auteurs qui se cachent derrière les pseudonymes Robert et Jean Grimey (ROBERT en majuscule, sur la couverture, laissant imaginer qu’il puisse s’agir d’un pseudonyme à lui seul et non d’un prénom à associer au patronyme Grimey)... [Lire la suite]