LEDCB11

« L’auberge dans la Lande » est le 11e épisode de la série « Les enquêtes du commissaire Benoit » développée par les énigmatiques Jean Grimey et ROBERT ou Robert Grimey, puisque sur la couverture est inscrit « ROBERT et Jean Grimey » et dans le livre : « Robert et Jean Grimey ».

Cette série est initialement parue en 1946 aux éditions Nicéa sous la forme de fascicules de 24 pages, double colonne, contenant des récits indépendants d’environ 11 000 mots.

Il ne faut pas confondre cette série avec une autre, éponyme, aux éditions E.R.F. dont la plupart des titres sont signés Gérard dixe (Henry Musnik) et Jean d’Arsanje.

L’AUBERGE DANS LA LANDE

Pierre Lissier désireux de passer les fêtes de fin d’année chez sa tante, profite d’un retour de mission pour amener avec lui son patron, le commissaire BENOIT.

Pierre retrouve son cousin, Yvon, avec lequel ils partent se promener sur la côte, malgré le mauvais temps.

Le soir venu, BENOIT s’inquiétant pour les deux hommes, brave l’obscurité et la tempête pour se lancer à leur recherche.

Il découvre bientôt Yvon, traînant Pierre, évanoui… Ils se sont épuisés à tenter de ramener le corps d’un individu qu’ils ont trouvé, lors de leur balade, à moitié mort, le crâne défoncé…

Le commissaire a accepté de faire un détour pour faire plaisir à son jeune secrétaire Pierre Lissier qui avait envie de passer les fêtes de fin d’années chez sa tante. Là, il retrouve son cousin Yvon avec lequel il part en promenade, malgré le mauvais temps.

La nuit commence à tomber, la tempête à faire rage et Benoit à s’inquiéter pour son assistant. Il décide de sortir à leur rencontre malgré le vent, la pluie et le froid. Il finit par les retrouver, Yvon, épuisé, Pierre, évanoui. Les deux hommes, durant leur balade, ont découvert un homme gisant sur la grève, le crâne ouvert. 

Benoit repart avec Yvon pour récupérer le moribond. Quand ils ramènent la victime chez lui, pour tenter de le soigner, ils sont surpris de constater que la maison de celui-ci a été fouillée, notamment son bureau qui est entièrement retourné...

Petite aventure sur la côte sauvage de Quiberon pour le commissaire Benoit et le jeune Pierre Lisser. Une histoire de meurtre, Benoit en est persuadé, qui a probablement pour mobile le vol, mais qu’a-t-on bien pu voler ?

Le commissaire Benoit dévoile ses attaches pour Pierre Lissier qu’il considère un peu comme le fils qu’il n’a jamais eu. De son côté, Pierre Lissier va vivre ses premiers émois envers la nièce de la victime.

Pas de grand suspens dans cette histoire où l’on devine assez facilement le meurtrier. Mais on sait bien que l’intrigue n’est jamais le principal atout des récits fasciculaires de cette taille.

Un peu d’action, un peu d’aventures, voilà les composantes principales de cet épisode qui, s’il n’est pas désagréable à lire, n’est pas le plus exaltant. 

Une nouvelle fois Pierre Lissier se retrouve en mauvaise posture, ce qui commence à faire beaucoup pour un simple secrétaire. Mais, heureusement, Benoit est toujours là pour veiller sur lui.

Au final, un épisode sympathique à lire, mais qui manque d’un peu de sel (peut-être bien d’un peu du Mondain, l’ennemi juré du commissaire)...