Réponse

Dans la précédente phase, je vous disais avoir établi une liste de 16 éditeurs à qui je comptais envoyer le manuscrit de mon dernier roman.

Cependant, au moment de contacter ces 16 éditeurs, j’ai décidé de faire un nouvel écrémage pour diverses raisons.

Effectivement, dans cette liste, après réflexions et quelques recherches, certains éditeurs ne me semblaient pas intéressants. Soit parce que je constatais que, finalement, leur catalogue ne me convainquait pas, soit, pour un cas particulier, je n’avais pas apprécié les propos d’un éditeur quant à sa façon de faire et de voir son métier.

Au final, la liste de 16 s’est réduite à 10.

J’envoyais donc mon manuscrit, accompagné d’un synopsis complet et d’une présentation (sauf dans les cas où l’éditeur avait des demandes spécifiques, alors, je me confortais à ces demandes) à chacun de ces 10 éditeurs, via un mail personnalisé – évitez surtout les mails groupés, rien de tel pour froisser un éditeur.

Ces mails sont partis le 6 septembre 2020.

Je sais bien que je vous prédisais une attente de plusieurs mois, aussi, vous êtes probablement étonnés que j’aie déjà obtenu des réponses (moi aussi).

Cependant, recevoir une réponse aussi rapide est généralement une mauvaise nouvelle (un refus d’un éditeur à compte d’éditeur ou une acceptation d’un éditeur à compte d’auteurs).

La première vient d’un éditeur récent (moins de 10 ans d’existence), à la réputation sulfureuse (dans le mauvais sens du terme) : Ring.

J’avais hésité à leur envoyer mon manuscrit puis, finalement, je m’étais laissé tenter, car les réputations, c’est souvent comme les légendes urbaines, elles naissent sur des « on dit ». Et je n’avais pas le temps de me faire mon propre avis.

Le 29 septembre, je recevais une réponse négative type de leur part me disant que mon roman ne pouvait intégrer aucune de leurs collections.

Pas grave.

 

Deuxième réponse, le 6 octobre 2020, soit un mois après l’envoi, provient de Calmann-Lévy.

L’éditeur m’annonce clairement que le comité de lecture n’a pas été assez enthousiasmé par mon roman pour que celui-ci s’engage à le publier.

Je le remercie pour cette franchise, bien plus plaisante à lire qu’un banal « ne correspond pas à notre ligne éditoriale » ou un « malgré les qualités évidentes de votre roman… ».

 

Encore 8 réponses à attendre, à moins, qu’entre-temps, je ne cherche quelques autres éditeurs à qui proposer mon petit bébé.

D’ailleurs, ce serait bien que les réponses arrivent, car j’ai déjà presque terminé l’écriture de mon nouveau roman.

La suite au prochain numéro.