ID01

Jean Normand est un auteur bien méconnu de nos jours et pourtant il fut un auteur prolifique de la littérature populaire fasciculaire, écrivant principalement pour des collections sentimentales, policières ou aventures et jeunesse.

De son vrai nom Raoul Antoni Lematte, il est né en 1885 à Cherbourg, un normand, donc, d’où son pseudonyme et mort en 1956.

D’après les éléments trouvés, il fit des études de droit puis partit en Guyane dans un service de l’administration pénitentiaire.

Parmi ses récits on retrouve un personnage récurrent : l’inspecteur Doublet.

Si celui-ci eut les honneurs d’une collection dédiée : « L’inspecteur Doublet à travers le monde ».

La série de fascicules de 24 pages contenant des récits indépendants d’environ 12 000 mots est censée compter 14 épisodes, mais sont-ils tous parus à l’époque ? Mystère.

Il est à noter que l’inspecteur Doublet apparaîtrait dans d’autres récits de l’auteur.

 

DEUX MORTS DANS UNE CLAIRIÈRE

L’inspecteur DOUBLET termine son périple au Venezuela et a prévu de rentrer en France par le prochain paquebot, juste après avoir fait une partie de chasse sur les terres de son hôte, le señor Arcada.

Au moment de s’élancer sur la trace du gibier, un Indien arrive, essoufflé, pour leur annoncer qu’il a trouvé deux cadavres d’hommes blancs dans une clairière proche d’un temple aztèque.

Sur le lieu du drame, l’inspecteur DOUBLET constate qu’une des victimes a été abattue d’une balle dans le crâne et l’autre a eu la tête arrachée par une explosion.

Le señor Arcada reconnaît des aventuriers qu’il a accueillis quelques jours auparavant.

Qu’a-t-il bien pu se passer ? C’est ce que l’inspecteur DOUBLET se promet de découvrir avant de retourner au pays. Mais, déjà son instinct lui susurre qu’il s’agit là d’un crime maquillé…

L’inspecteur Doublet se trouve près de La Guayra au Venezuela et accepte de faire une partie de chasse en compagnie du señor Arcada avant de reprendre le paquebot pour la France. Mais un Indien déboule tout essouflé pour annoncer qu’il vient de découvrir deux cadavres d’Européens dans une clairière non loin du temple aztèque de Palauqui.

Doublet se rend sur place en compagnie de l’Indien et d’Arcada et constate qu’un des deux hommes a été tué d’une balle dans la tête et que l’autre a eut la tête déchiquetée par une explosion. De surcroît, il découvre un revolver non loin ainsi qu’une balle de calibres différents…

L’inspecteur Doublet décide alors de rester pour rechercher le meurtrier, mais, dans son esprit, une idée se fait insidieuse : « ne s’agirait-il pas là d’un crime maquillé ? »…

Je découvre donc le personnage et la série dans les meilleures conditions, par le premier épisode, même si le personnage de l’inspecteur Doublet est déjà présenté comme un héros établi et connu.

À travers 12 000 mots, Jean Normand met en place un récit policier d’aventures (ce que laissait entendre le titre de la série) qui, bien que datant du milieu des années 1940, n’est pas très éloigné de ce qu’écrivait déjà José Moselli deux décennies auparavant.

Si cette comparaison peut ne pas sembler flatteuse, avoir 20 ans de retard, elle l’est pourtant : être comparé à José Moselli (en un peu moins bien, il faut bien le reconnaître).

L’inspecteur Doublet est très peu si ce n’est pas du tout esquissé. Tout juste sait-on de lui qu’il se fit beaucoup à son instinct et qu’il fait bien, car son instinct est bon ou, alors, il a de la chance.

Rien d’extraordinaire, donc, dans l’intrigue, format court oblige, d’autant plus que le lecteur a compris, lui, immédiatement, pourquoi l’explosion et la défiguration.

Mais l’ensemble se lit agréablement, car dénué de temps morts.

On regrettera juste que, contrairement à José Moselli, l’auteur ne serve pas plus l’exotisme des lieux en livrant des détails sur ceux-ci et les autochtones comme eut pu le faire celui-ci. Mais peut-être Jean Normand était-il moins bourlingueur que son aîné (pas sûr selon le peu que l’on sait de lui).

Au final, un petit récit policier d’aventures qui remplit son office de proposer un moment de lecture agréable qui donne envie de découvrir les épisodes suivants.