ID03

Retour à la série « Inspecteur Doublet à travers le monde » de Jean Normand, une série de 14 fascicules de 24 pages contenant des récits indépendants d’environ 12 000 mots et publiée à partir de 1945 par les éditions SECM.

L’auteur en est Jean Normand, de son vrai nom Raoul Lematte (1885-1956).

Sa production se dirigea principalement vers la littérature fasciculaire d’aventures, sentimentale, jeunesse et policière.

Il est à noter qu’après des études de droit, Raoul Lematte travailla dans l’Administration Pénitentière en Guyane.

Il n’est donc rien d’étonnant que nombre de ses récits se déroulent dans le nord de l’Amérique du Sud, principalement en Guyane, mais également en Colombie, au Venezuela ou au Suriname, comme dans le récit du jour.

« Les Ravageurs de Suriname » est probablement le troisième épisode de la série (ils ne sont pas notés).

LES RAVAGEURS DE SURINAME

La Guyane hollandaise est sous le joug d’une terrible bande de criminels qui, la nuit, pille les entrepôts des divers commerçants de la région.

Le chef de la police locale ne parvenant à aucun résultat fait appel à l’inspecteur Paul DOUBLET dont la sagacité et le courage ne sont plus à démontrer.

Celui-ci accepte la mission et se lance aussitôt à la chasse aux « Ravageurs de Suriname ».

Rapidement, ses soupçons se portent sur un notable de la ville.

Mais, pour arrêter une telle personnalité, il va lui falloir découvrir de solides preuves…

L’inspecteur Paul Doublet est appelé au Suriname par le M. Brooken, chef de la police, afin de l’aider à mettre la main sur les « Ravageurs de Suriname » une bande de criminels qui pille les entrepôts en bordure de fleuve. Les commerçants ont promis une forte prime pour l’arrestation de ces voleurs, mais, jusqu’à présent, aucune piste. Un policier est même disparu après avoir mené une enquête sur la bande.

Très vite, l’inspecteur Doublet soupçonne un notable de la ville d’être le chef de la bande. Mais les soupçons ne suffisent pas, il faut des preuves et il va être bien difficile à l’inspecteur Doublet d’en réunir…

On retrouve donc l’inspecteur Paul Doublet dans une nouvelle aventure. Je dis sciemment « aventure » plutôt que « enquête » tant la série tend plus vers le récit d’aventures que celui d’investigation malgré son intitulé et le statut de son personnage central.

Autant dire qu’il ne faut pas s’attendre à un grand suspens ni à une grande intrigue.

De toute façon, le format ne permet pas vraiment d’installer une intrigue digne de ce nom. 12 000 mots, effectivement, sont insuffisants pour faire du « Thriller ».

Pour ce qui est de la part aventure, là aussi, elle est assez restreinte du fait de la concision inhérente au genre.

Il faut bien reconnaître que si les épisodes se lisent sans déplaisir, il est bien difficile de trouver, dans les textes, des éléments très engageants.

Avec un personnage trop simple, des aventures un peu naïves et un style un peu plat, on ne sera pas enthousiasmé par ces récits qui ont, de plus, perdu l’un des intérêts qu’ils avaient à l’époque de leur première publication : le dépaysement.

Pourtant, ne soyons pas trop cinglants avec la série et la prose de l’auteur, et, si les textes ont perdu des atouts au fil du temps, ils n’en demeurent pas moins agréables à lire, une fois remis dans leur contexte, en plus d’être un témoin d’une part de la littérature de l’époque.

Au final, rien d’enthousiasmant, juste une lecture pas désagréable, mais, surtout, pas inoubliable.