28 novembre 2021

La nuit de l'araignée

J’ai très récemment, trop récemment, découvert la plume de Mario Ropp, un auteur ayant fait les beaux jours de la collection « Spécial Police » des éditions Fleuve Noir entre 1957 et 1983. Derrière ce pseudonyme masculin de Mario Ropp, se cachait en fait une femme, Marie-Anne Devillers (1917 - 2007). Je ne reviendrai pas sur la masculinisation des pseudonymes d’auteurs femmes de romans policiers, pratique quasi nécessaire, à l’époque, pour trouver un contrat auprès d’un éditeur et, surtout, des lecteurs… ... [Lire la suite]

28 novembre 2021

La nuit rouge

Je poursuis ma découverte des aventures de Léonce Capoulin, reporter à l’Étincelle avec le titre « La nuit rouge » un récit initialement paru en 1921, sous la forme d’un fascicule de 32 pages, au sein de la collection « Le Roman Policier » des éditions Ferenczi. Notons que le titre, comme beaucoup de la même collection, fut réédité (dans une version un peu allongée, probablement), au sein de la collection, « Police et Mystère » des mêmes éditions, en 1935, sous la forme d’un fascicule de... [Lire la suite]
28 novembre 2021

Un drame sur un viaduc

On lit généralement pour se divertir, parfois pour s’instruire, d’autres fois pour ressentir des émotions, trembler, rire, s’enthousiasmer… Mais, parfois, on peut avoir envie de lire uniquement pour passer un petit moment sans se prendre la tête. C’est un peu dans cette dernière optique qu’il faut aborder la série fasciculaire « Nat Pinkerton » créée au tout début du XXe siècle pour surfer sur le succès déferlant dans toute l’Europe de « Nick Carter », une série fasciculaire américaine créée dans le... [Lire la suite]
28 novembre 2021

La mort dans l'ombre

De tout temps de son existence (début 1900 – fin des années 1960), la littérature fasciculaire s’est toujours scindée en deux genres : la série et la collection. Une série regroupant des récits autour d’un même sujet ou, plus généralement, d’un même personnage et, la plupart du temps, écrits par un seul auteur. Une collection regroupant des récits de sujets variés, mettant en scène différents personnages et écrit par divers auteurs. Pourtant, il est souvent arrivé que, dans des collections, l’on retrouve des mêmes... [Lire la suite]
28 novembre 2021

En plein mystère

La littérature populaire policière est, par essence, peuplée d’un grand nombre d’enquêteurs. Si, la plupart sont, naturellement, des policiers, des personnages appartenant à d’autres corps de métiers n’hésitent pas, parfois, à mener leurs propres enquêtes. Ainsi, les détectives sont également nombreux à vivre de telles aventures sur papier. On notera également des gentlemen cambrioleurs, des justiciers lambda, des libraires, de simples curieux… Mais, après les policiers officiels ou privés, la profession la plus représentée dans... [Lire la suite]
21 novembre 2021

A-t-on volé la Banque de France ?

Deuxième titre de la collection « Vidocq » des éditions Étrave et second titre écrit par Jean Lunel. Toujours aucune information sur l’auteur, mais qu’importe. Même formatage que précédemment : 32 pages, texte de 6 000 mots. Même auteur, même personnage principal, Monsieur Jourdain et même méchant : « L’Homme en Jaune ». A-T-ON VOLÉ LA BANQUE DE FRANCE ? Monsieur JOURDAIN n’a pas réussi à mettre la main sur le fameux « Homme Jaune », responsable du « Meurtre en... [Lire la suite]

21 novembre 2021

La Bande des Foulards Verts

La mythique collection fasciculaire « Le Roman Policier » des éditions Ferenczi est un point névralgique de départ pour qui, tout comme moi, est passionné de littérature populaire policière et de personnages récurrents. Je dis « mythique collection », car, « Le Roman Policier » fut une des premières collections policières généralistes fasciculaires. Généraliste dans le sens où la collection regroupait des textes indépendants de différents auteurs et non des textes autour d’un même personnage souvent... [Lire la suite]
21 novembre 2021

Meurtre en 1re Classe

Dans la première partie du XXe siècle, la littérature fasciculaire était grandement r eprésentée par les éditions Ferenczi avec de multiples collections comprenant des centaines de titres. Mais, à côté de ces collections prolifiques, d’autres ont été bien plus concises, faute de succès, probablement. Parmi elles, la collection Vidocq des éditions l’Étrave, en 1943, proposait des fascicules de 32 pages aux formats 12 x 16.5 cm. Avec une couverture plus épaisse que d’ordinaire et une illustration sombre et... [Lire la suite]
21 novembre 2021

Pipps and C°

Mister Nobody, l’Homme au masque de satin, est un gentleman cambrioleur comme il en a fleuri dans la littérature depuis l’immense succès des aventures d’Arsène Lupin de Maurice Leblanc. Une série éponyme de 16 fascicules de 16 pages, double colonne, contenant des récits indépendants d’environ 12 000 mots lui est consacrée en par les éditions E.R.F. en 1946. Les récits sont signés Edward Brooker, pseudonyme d’un certain Édouard Ostermann sur lequel on ne sait pas grand-chose. Une année de... [Lire la suite]
21 novembre 2021

Bienfaiteur malgré lui

Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur si cher à Maurice Leblanc, est probablement né, en partie, de l’inspiration de personnages littéraires (Arthur J. Raffles de Ernest William Hornung ; Le chevalier Dupin d’Edgar Alan Poe), peut-être également de celle de véritables cambrioleurs comme Marius Jacob (dont la vie est un roman)… Toujours est-il qu’Arsène Lupin, incontestablement, fut source d’inspiration pour de nombreux auteurs, de tous pays, aussi bien scénaristes pour le cinéma ou la télévision que pour... [Lire la suite]