CQFD01

Avez-vous déjà lu des romans drôles ?

Probablement !

Avez-vous déjà lu des romans drôles écrits par KAMASH ?

Il y a déjà moins de chances, sinon, je le saurais.

En tous cas, si vous avez lu le précédent roman de KAMASH, félicitations à vous, vous faites partie d’une communauté extrêmement restreinte.

Non pas que ce roman ne soit pas bon (très très peu de monde l’a détesté, mais peu de monde l’a lu, ceci explique cela).

Non, j’ose même dire que le précédent roman de KAMASH, « Détective par intérim » était bon. Du moins, je l’ai adoré, mais je ne suis pas très objectif, j’adore les romans que j’écris ! Que voulez-vous, il en faut au moins un et c’est moi !

Mais, si dans ledit précédent ouvrage, j’abandonnais un peu mon humour (si peu) et surtout mes duos de personnages pour me concentrer, à la base, sur un sujet sérieux (qui a un peu tourné à la gaudriole, on ne se refait pas), j’ai décidé, par la suite, de revenir à mes premiers amours.

J’ai toujours (presque toujours) développé des duos ou des trios de personnages.

Wan et Ted, d’abord (aidé par l’ordinateur Buzz) ; Marc-Antoine Decome et Damien Österreichischer Ben Abdalla ; Serge Daudeau et Gaston…

C’est désormais au tour de CHYUFA et Jeff de venir égayer les lecteurs de leurs aventures trépidantes et humoristiques.

Et ce duo est fait pour durer, car, alors que ce premier tome vient tout juste de sortir, le second est déjà en phase de correction tandis que le troisième pointe déjà le bout de son nez.

C.Q.F.D. : Ce Qu’il Fallait Démontrer, axiome ponctuant une démonstration (principalement mathématique) effectuée avec brio et réussite est le symbole parfait de la série (d’où son nom) et de son personnage principal (CHYUFA) écrivain raté obligé de se reconvertir avant de finir à la rue, sa plume ne parvenant pas à le nourrir (il a un gros appétit, mais quand même).

Il aurait pu travailler sur les chantiers ou dans les champs, mais une tare l’en empêchait : c’est une feignasse.

Il envisageait d’être veilleur de nuit, mais il avait peur du noir et manquait de courage.

Alors, quoi ?

Sa seule qualification était d’écrire des romans policiers.

Il connaissait les tueurs pour se glisser régulièrement dans leurs têtes. Il maîtrisait tout autant la psychologie des enquêteurs.

Il avait déjà été confronté à toutes les intrigues possibles et imaginables, que ce soient des affaires de meurtres, d’enlèvements, de vols, d’arnaques, d’espionnages, de menaces, de chantages, d’agressions…

Il aurait été dommage de laisser se perdre de telles compétences, ne trouvez-vous pas ?

Comme il était trop vieux pour intégrer la police, d’autant qu’il n’aimait pas l’autorité, encore moins celle émanant de personnes plus bêtes que lui, il décida de devenir détective privé.

Mais, un détective privé, dans la littérature, est plutôt athlétique, beau gosse, charmant et charmeur. Il picole sec, frappe dur, et nique tout ce qui bouge. Un solitaire jamais vraiment seul.

Et CHYUFA n’était rien de tout cela. Pas beau, pas athlétique (ou alors dans une forme ronde), ascète par dépit, ne buvant pas, ne fumant pas et ne… non plus.

Il ne lui restait plus qu’à être fort et intelligent pour compenser. Mais la force n’est pas son fort et sa lâcheté l’empêche de se battre… sauf contre un petit vieux en fauteuil roulant… et encore.

Alors, s’il était la tête, il lui fallait les bras et il les trouva dans la personne de Jeff, un ancien boxeur professionnel à la gueule façon puzzle de Picasso et ancien pickpocket tout aussi professionnel.

Ainsi naquit un duo de détectives à la fois atypique (comme tous les duos KAMASHIENS) et attachant (comme tous les duos KAMASHIENS).

Ainsi, si vous aimez les duos atypiques et attachants, que vous appréciez l’humour, que vous ne détestez pas le cinéma asiatique ni le Heavy Metal, pas plus que le Pastis, le pays catalan, les îles, les mystères, les meurtres, les tempêtes, les familles riches et cyniques, les enquêtes parfaitement résolues, les fins en apothéose, les voyages en avion, les bastons, les bons petits plats, Pôle Emploi, Perpignan, les mots, les phrases et les ponctuations, ce roman est fait pour vous.

Et si vous ne cochez pas toutes les cases de la liste, pas grave, vous apprécierez.

Et si vous n’appréciez pas, mais que vous avez tout de même acheté le livre, alors, dites-vous que vous participez à nourrir (très peu) un auteur qui le mérite.

KAMASH vous propose donc son dernier roman, un livre qui regroupe tout ce qu’il aime (enfin, il n’aime pas tout ce que le roman regroupe et tout ce qu’il aime n’est pas regroupé dans ce roman, il manque d’ailleurs ce qu’il aime le plus au monde, mais c’est une autre histoire) et qui met en scène un duo qui lui tient tout particulièrement à cœur (tenez-vous à carreau, sinon il vous pique et je ne sais pas quoi faire du trèfle).

Voyagez à travers le monde, visitez Perpignan, nourrissez votre culture musicale et cinématographique et réjouissez-vous de découvrir un enquêteur qui n’est pas déprimé, alcoolique (du moins un des deux), suicidaire, avec un lourd passé et plein de problèmes, mais qui va se taper toutes les meufs qu’il va croiser.

Ici, point de concupiscence, tenez-vous le pour dit. Point, non plus, d’êtres ravagés par la douleur et par les remords, juste un homme comme vous et moi (enfin, plutôt comme moi) et qui va vous raconter comment il devint détective et la façon dont il résolut une des plus grandes énigmes de ce siècle (mais, méfiez-vous, il a tendance à tout exagérer).

Bref, tout cela pour vous dire que, désormais, sera disponible dans toutes les bonnes librairies numériques et les mauvaises, le dernier roman de KAMASH, l’exceptionnel, le fantastique, l’extraordinaire « Un mort dans la tempête » le premier opus de la série tant convoitée « C.Q.F.D. ».

Pour information, ce premier épisode sera adapté au cinéma dès qu’un quelconque producteur aura contacté l’auteur pour lui proposer de l’argent (mais il ne faut pas trop espérer non plus).

De toute façon, KAMASH n’a pas l’ambition des héros ni celle des auteurs à succès. Lui, tout ce qui lui convient, c’est d’écrire. Vous, c’est de lire. Chacun son rôle ! Il a tenu le sien, à vous d’assumer le vôtre.

Siouuuplaîttt, achetez-le, vous ferez une bonne action. En plus, ce roman peut servir dans le cadre d’un régime. Faire fonctionner ses zygomatiques fait perdre du poids alors, maigrissez : achetez « Un mort dans la tempête » le premier opus de la saga que tout le monde nous envie : « C.Q.F.D. » !!!

Si j’en fais trop, n’hésitez pas à le dire… après avoir acheté le livre.

Allez, je vous laisse pour vous permettre de vous précipiter dans votre librairie préférée (n’oubliez pas que vous pouvez aussi l’acheter sur le site d’OXYMORON Éditions, cela fera plus de sous pour l’auteur).

Merci d’avance.

P.S. Maintenant que je vous ai remerciés, vous ne pouvez plus ne pas acheter le livre. Un peu de décence, quand même. Et si vous l’achetez, le Karma vous le rendra [moi, je n’ai pas les moyens, vous n’aviez qu’à acheter mes romans précédents, na !].