16 janvier 2022

Le mystère des Froissarts

J’en termine aujourd’hui avec ma découverte des enquêtes du Commissaire Rombal, d’Élie Richard. Pour rappel, en 1943, les éditions Janicot lancent leur « Collection Rouge », une collection regroupant plus d’une centaine de fascicules de 16 pages, double colonne, contenant des récits policiers d’auteurs divers. Pour la collection, la plupart des auteurs semblent avoir signé des contrats pour plusieurs titres (souvent un multiple de 5). Ce fut l’occasion pour ces auteurs de faire vivre un ou plusieurs... [Lire la suite]
Posté par seppuku à 12:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

16 janvier 2022

Le Grand Maître à Monte-Carlo

J’approche doucement de la fin de la lutte entre Daniel Marsant, agent du Deuxième Bureau et le Grand Maître, l’Homme aux cent masques, aux mille noms, un Génie du mal, chef d’une organisation criminelle internationale, avec cette antépénultième confrontation entre les deux hommes. Pour rappel, à l’origine, les lecteurs purent suivre cet affrontement en lisant les fascicules de la collection « Police et Mystère » des éditions Ferenczi, pendant les années 1930. Cette collection, entre 1932 et 1941, proposa plus... [Lire la suite]
16 janvier 2022

Le supplice des Danaïdes

La série fasciculaire « Mister Nobody, l’Homme au masque de satin » fut publiée en 1946 pas les Éditions et Revues Françaises (E.R.F.) sous la forme de 16 fascicules de 16 pages, double colonne, contenant des récits indépendants d’environ 13 000 mots. Elle conte les aventures d’un gentleman cambrioleur londonien et de son fidèle valet Jonas Cobb alias Froggy du fait qu’il a une face de batracien. Le premier ne résiste jamais aux belles jeunes femmes blondes et le second à l’alcool. Les... [Lire la suite]
16 janvier 2022

Mrs Chandley joue du trombone

J’arrive bientôt à la fin de la série « Mister Nobody, l’Homme au masque de Satin », une série publiée, à l’origine, en 1946, sous la forme de 16 fascicules de 16 pages, double colonne, contenant des récits indépendants d’environ 13 000 mots. L’auteur en est Edward Brooker, de son vrai nom Édouard Ostermann, né en 1904 et dont on perd toute trace après 1947. Edward Brooker, avant la Seconde Guerre, signa un grand nombre de romans policiers et d’espionnages puis s’exerça, durant le... [Lire la suite]
16 janvier 2022

L'étranglé me fait la vie dure

En tant que passionné de littérature populaire policière et fasciculaire, les éditions Ferenczi sont, pour moi, une sorte de valeur sûre du fait que Ferenczi ait été précurseur en la matière, de leur immense catalogue et des auteurs qu’ils ont édités. Depuis la série fasciculaire « Marc Jordan » vers 1907 jusqu’aux collections « Le Verrou » et « Police et Mystère 2e série » (je me suis peu penché sur la collection « Feux Rouges » qui s’éteignirent en 1959, les éditions Ferenczi ont su... [Lire la suite]