19 septembre 2021

Une dangereuse machination

Pierre Yrondy est un de ces nombreux auteurs de littérature populaire fasiculaire (mais pas que) que les lecteurs d’aujourd’hui ne connaissent pas sauf les férus de la littérature de l’époque qui, s’ils n’ont déjà lus, ont entendu parler de deux séries fasciculaires : « Thérèse Arnaud, espionne française », une série d’espionnage et d’action de 64 titres publiés par les éditions Baudinière en 1934 et la série qui lui fit suite : « Marius Pégomas, détective marseillais » de... [Lire la suite]

19 septembre 2021

Mlle Doktor se trompe...

La guerre, c’est mal ! Bon, je ne gagnerai aucun prix de philosophie avec une telle assertion. Mais la Guerre, quand elle est racontée par Pierre Yrondy, ça peut parfois être drôle, du moins, plaisant. C’est que ce que le bonhomme nous prouva en 1934 quand il conta les aventures de « Thérèse Arnaud, espionne française » dans une série de 64 fascicules de 32 pages, double colonne, contenant des récits indépendants d’environ 12 000 à 15 000 mots et publiée aux éditions Baudinière. ... [Lire la suite]
19 septembre 2021

L'exécution de Friquet

Après une petite pause (assez longue), je replonge dans la Première Guerre mondiale et dans les missions de Thérèse Arnaud, alias l’agent C. 25 du Deuxième Bureau et de ses fidèles lieutenants. Pour rappel, les aventures de « Thérèse Arnaud, espionne française » est une série de 64 fascicules de 32 pages, double colonne, contenant des récits indépendants d’environ 12 à 15 000 mots et nous contant les diverses missions de Thérèse Arnaud (inspirée probablement de l’espionne... [Lire la suite]
19 septembre 2021

L'Épistolier était chargé !

Attention, exercice de style, puisque je vais tenter d’écrire une critique sur un livre que j’aime beaucoup et dont j’apprécie énormément l’auteur, puisque lui et moi ne faisons qu’un (même si on est plusieurs dans notre tête). C’est dire si je risque de manquer d’objectivité, mais qu’importe, vous êtes prévenus. « L’Épistolier était chargé ! » est un roman de KAMASH reprenant les personnages qu’il avait créés en 2015 pour son roman « Marc-Antoine Decome détective ». Mais, pour une fois,... [Lire la suite]
Posté par seppuku à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
19 septembre 2021

Un coupable de trop

On ne dira jamais trop que la littérature populaire fasciculaire policière est une « scène de crime » à partir de laquelle se déroulent les enquêtes les plus exaltantes. Certains penseront que j’en fais trop, et peut-être auront-ils raisons. Toujours est-il que cet univers demeure bien mystérieux et bien méconnu un peu à l’image des grands fonds sous-marins. Mettons de côté les métaphores hasardeuses pour revenir à un sujet peut-être bien moins épineux que certains, mais tout de même très intéressant : la vie... [Lire la suite]
12 septembre 2021

La chapelle abandonnée

Je poursuis donc ma découverte des « Aventures du détective Francis Bayard » de Jean des Marchenelles, avec le titre « La chapelle abandonnée », un fascicule de 32 pages paru au sein de la collection « Police-Privée » au cours des années 1940. On ne sait pas grand-chose sur l’auteur, de son vrai nom Jean Dancoine, si ce n’est qu’il écrivit des pièces de théâtre, qu’il fut éditeur et qu’il est né dans le Nord, raison pour laquelle nombre de ses récits se déroulent dans cette région. ... [Lire la suite]

12 septembre 2021

Les esclaves blancs

Jean des Marchenelles, de son vrai nom Jean Dancoine, est un auteur (et éditeur) assez mystérieux à notre époque tant on ne sait pas grand-chose de lui. Difficile de trouver des informations sur lui. Il serait né dans le nord (ce que je veux bien croire) en 1913 et a été également auteur d’un bon nombre de pièces de théâtre. Mais il œuvra également pour la littérature populaire fasciculaire (romans également) principalement dans un genre policier. L’un de ses personnages récurrents (le seul ?) est un détective surnommé... [Lire la suite]
12 septembre 2021

Dolegan tire le premier

Lew Dolegan est un détective privé anglais né de la plume de l’auteur Louis de la Hattais, alias Jean Fournel, ancien commissaire de police à Provins. Il semblerait qu’après la Seconde Guerre mondiale, il se soit lancé dans l’écriture, apparemment avec fougue, et écrivît un nombre important de fascicules dans les genres policiers et un peu coquins (du moins, d’après les titres). Pour ce faire, comme ses confrères, il usa de nombreux pseudonymes dont Anny ou Anne-Marie Delfour, Jean ou Louis Delaht,... [Lire la suite]
12 septembre 2021

Six billets de cent francs

Je poursuis donc ma lecture de la série « Le Petit Détective » d’Arnould Galopin, une collection de 83 fascicules de 20 pages double-colonne contenant des textes à suivre d’environ 8 000 mots. Pour rappel, cette série est parue à partir de 1934 et est censée être la dernière écrite par Arnould Galopin, un auteur de littérature populaire connu pour ses nombreuses séries interminables autour de jeunes héros ou de ses récits d’anticipation. Je dis « censée », car, récemment, j’ai... [Lire la suite]
12 septembre 2021

On a fait sauter le train !

Dans ma précédente lecture des aventures du « Le Petit Détective » (1934-1935) d’Arnould Galopin, c’est-à-dire l’épisode intitulé « Un spirite, un fou, un singe », je découvrais que l’auteur du texte n’était pas réellement Arnould Galopin, mais Jean Petithuguenin, un autre auteur de littérature populaire fasciculaire. Effectivement, durant ma lecture je reconnus le récit « Crimes et sorcellerie » publié en 1920 dans la collection « Le Roman Policier » des Éditions Ferenczi. Du... [Lire la suite]