10 février 2019

La victime du Masque Rouge

Ce qui est surprenant, dans la littérature populaire policière, c’est que le lecteur curieux est souvent placé face à des enquêtes, pour situer le texte et l’auteur, souvent bien plus complexes que celles relatées dans lesdits textes. C’est une nouvelle fois le cas avec le personnage du commissaire Benoît, et ce pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’il semble exister plusieurs commissaires Benoît. L’un, signé Robert et Jean Grimey, au sein de la collection « Les enquêtes du commissaire Benoît », éditée en 1946 par... [Lire la suite]

10 février 2019

Le revenant d'Aix

19e épisode de la série « Marius Pégomas » de l’énigmatique Pierre Yrondy. Pour remettre les choses dans leur contexte, « Marius Pégomas » est une série policière humoristique fasciculaire de 32 pages doubles colonnes (environ 13 000 mots par épisode), publiée en 1936 par les éditions Baudinière. LE REVENANT D’AIX Madame Michèle de Villardonnet est trouvée dans la rue, hagarde et délirante, par l’inspecteur Loutil. Quand le policier la raccompagne chez elle, il découvre,... [Lire la suite]
10 février 2019

Le petit détective

Difficile d’évoquer la littérature populaire en général et la littérature populaire fasciculaire en particulier sans s’intéresser à l’écrivain Arnould Galopin. Arnould Galopin (1863-1934) s’oriente tout d’abord vers le métier de journaliste (comme nombre d’écrivains de la littérature populaire) avant d’écrire des œuvres historiques avant de se lancer dans des récits fantastiques, d’aventures ou policiers. Si quelques-uns de ses romans sont encore accessibles de nos jours (les aventures d’Edgar Pipe, un gentleman... [Lire la suite]
10 février 2019

Les ciseaux d'argent

« Les ciseaux d’argent » est la 20e enquête du célèbre détective marseillais Marius Pégomas, né de la plume de l’énigmatique Pierre Yrondy au milieu des années 1930. À l’origine, il s’agit d’une série fasciculaire de 32 pages, doubles colonnes (environ 13 à 15 000 mots par épisode) qui comprend 35 titres. (le 36e a été annoncé, mais ne semble pas être paru). Si Pierre Yrondy est mystérieux, on ne sait pas grand-chose de lui si ce n’est qu’il écrivit quelques pièces de théâtre,... [Lire la suite]
10 février 2019

Un cri dans le brouillard

Félix Léonnec est un auteur de la littérature populaire de la première moitié du XXe siècle et également réalisateur. Il a d’ailleurs débuté par le cinéma puisque réalisateur de quelques films dont certains adaptés du roman Ténébras d’Arnould Galopin, avant de passé à l’écriture avec principalement des courts romans d’aventures ou sentimentaux en fascicules. Il semblerait que l’on en sache plus sur ses frères ou son père (notamment au niveau de la date de sa mort) que sur lui-même. Dans sa production littéraire, on... [Lire la suite]
03 février 2019

Le crime des Quatre Jeudis

Louis Roubaud est un des nombreux journalistes à s’être également essayé au métier de romancier, ou l’inverse, tant ses deux métiers semblent s’être imposés à lui en même temps. Né en 1884 à Marseille et mort à Lyon en 1941, l’homme fût un grand reporter de guerre et un journaliste d’investigation reconnu, ami d’Albert Londres, qui travailla pour de nombreux journaux et magazines dont « Détective », « Le Petit Parisien », « L’Intransigeant »... En parallèle, l’homme écrivit également des... [Lire la suite]

03 février 2019

Le drame du Studio 5

René Duchesne est un de ses innombrables auteurs de la littérature populaire se cachant sous pseudonyme et dont il est, à l’heure actuelle, impossible d’établir l’identité réelle (à moins que cela soit son vrai patronyme, allez savoir). Toujours est-il que l’on ne sait rien sur cet auteur à part qu’il a œuvré dans les années 1920 et 1930, énormément dans le domaine policier, et beaucoup pour les éditions Ferenczi, mais pas que, la preuve avec le titre d’aujourd’hui « Le Drame du Studio 5 » qui fût édité, à... [Lire la suite]
03 février 2019

Le gardien de but de l'Étoile Verte - Le mort sur le ring

Henry Musnik, est-il besoin de le rappeler, a été l’un des piliers de la littérature populaire française des années 1940 - 1950. Sous de nombreux pseudonymes (Claude Ascain, Pierre Olasson, Gérard Dixe, Alain Martial, Florent Manuel, Pierre Dennys... et Jean Daye), l’auteur a grandement alimenté moult collections policières et aventures de son époque. Pour ce faire, il a créé une multitude de personnages récurrents dont j’ai déjà évoqué quelques représentants. Mais ce que l’on oublie... [Lire la suite]
03 février 2019

Et on tuera tous les affreux

« Et on tuera tous les affreux » est un roman signé Vernon Sullivan paru en 1948. Je ne vous ferai pas l’affront de penser vous apprendre que sous le pseudonyme de Vernon Sullivan se cachait Boris Vian. Donc, je ne vous le dis pas. Boris Vian, je l’ai abordé par son versant Sullivan, en découvrant, tout d’abord, son roman « J’irai cracher sur vos tombes », écrit en 1946. Si vous avez lu ma chronique sur ce titre (ouais, je m’imagine toujours que des gens lisent mes chroniques, quel narcissisme, quand... [Lire la suite]
03 février 2019

L'affaire de la City Bank

« L’affaire de la City Bank » est le second titre d’une collection dédiée aux membres de l’Agence Walton, une agence de détectives, une collection née en 1945 au sein des éditions Nicea et regroupant 8 titres (le 9e annoncé au dos du n° 8 n’est apparemment jamais paru) au format fasciculaire de 16 pages double colonnes (environ 10 000 mots). L’auteur en est l’énigmatique Harry Sampson, probablement un pseudo, derrière se cache, à mon sens, un auteur tout ce qu’il y a de francophone malgré le... [Lire la suite]