10 mai 2020

Fumeries d'opium

La littérature populaire policière fasciculaire (comme sa grande sœur la littérature de romans policiers) abrite un nombre incalculable de personnages récurrents : policiers, détectives, cambrioleurs, justiciers, les génies du mal... Contrairement aux héros de la littérature plus conventionnelle (encore faut-il savoir ce qui peut être considéré comme « conventionnel »), rares sont ceux qui ont survécu dans l’esprit des lecteurs. Si tout le monde connaît, ne serait-ce que de nom, le commissaire Maigret, le... [Lire la suite]

10 mai 2020

Lettres anonymes

Et on retrouve le commissaire Benoit et toute son équipe dans « Lettres anonymes » 4e titre d’une série de 14 initialement parue sous la forme de fascicules de 12 pages, double colonne, contenant des récits de 10 000 à 12 000 mots en 1946 aux éditions Nicéa. Le ou les auteurs qui se cachent derrière les pseudonymes Robert et Jean Grimey (ROBERT en majuscule, sur la couverture, laissant imaginer qu’il puisse s’agir d’un pseudonyme à lui seul et non d’un prénom à associer au patronyme Grimey)... [Lire la suite]
10 mai 2020

L'inconnu de la rue Tourlaque

« Les enquêtes du commissaire Benoit » est une série parue aux éditions Nicéa en 1946 sous la forme de 14 fascicules de 12 pages, double-colonne, contenant des récits de 11 000 à 12 000 mots. Elle est signée Robert et Jean Grimey un ou des auteurs qui demeurent énigmatiques. La série conte la lutte entre le commissaire Benoit et ses hommes avec une bande de malfaiteurs dirigée par un étrange personnage surnommé « Le Mondain ». L’INCONNU DE LA RUE TOURLAQUE L’inspecteur Roumey a... [Lire la suite]
10 mai 2020

Le crime de Bandol

Les personnages récurrents existent dans la littérature policière, depuis que la littérature policière existe. D’ailleurs, il serait amusant, à l’instar de la poule ou de l’œuf, de savoir si le genre est né du personnage ou le personnage du genre. Toujours est-il que ce fait est si vrai, qu’il prouve également sa véracité avant même ladite naissance du genre policier. Effectivement, on pourra parler du chevalier Auguste Dupin né de la plume de Edgar Alan Poe. Mais le roman policier naquit en même temps que son premier... [Lire la suite]
03 mai 2020

Triple meurtre à Neuilly

« Triple meurtre à Neuilly » est la 6e extraordinaire aventure (ce qualificatif fait parti du titre de la collection) de Théodore Rouma, un gentleman cambrioleur justicier né de la plume de Jean d’Auffargis. Jean d’Auffargis, de son vrai nom Maurice Laporte, fut le créateur des Jeunes Communistes Françaises en 1920 avant de devenir un farouche anticommuniste, puis de collaborer avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1945, pour éviter de subir les conséquences de ses actes, il s’enfuit en... [Lire la suite]
03 mai 2020

On recherche jolie femme brune...

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ! Cette maxime semble avoir été inventée pour définir la littérature populaire, bien que Lavoisier, à qui elle est attribuée, soit mort bien avant l’éclosion de celle-ci. Mais Lavoisier avait raison et savait de quoi il parlait puisque son axiome lui était inspiré de propos du philosophe grec Anaxagore qui vécut 18 siècles avant lui. Cependant, il faut bien reconnaître que pour transformer quelque chose, il faut bien que ce quelque chose fût au préalable créé. C’est... [Lire la suite]

03 mai 2020

La maîtresse aux yeux pers

« La maîtresse aux yeux pers » est la 4e aventure de Théodore Rouma, le gentleman-cambrioleur-justicier né de la plume de Jean d’Auffargis. La collection « Les aventures extraordinaires de Théodore Rouma » est une série de fascicules de 24 pages initialement parue à partir de 1945 aux éditions S.E.B.F. La série est composée de deux premières salves de 10 titres (10 titres illustrés par R. Charles puis 10 par Brantonne) on peut ajouter quelques-uns, difficilement trouvables dont 3... [Lire la suite]
03 mai 2020

Le fantôme d'Elvire Lhommel

Revenons un peu sur la genèse de la série fasciculaire « Les aventures extraordinaires de Théodore Rouma ». Ces aventures peuvent se décomposer en deux séries de fascicules de 24 pages contenant des récits indépendants d’environ 10 000 mots, publiées par les éditions SEBF à partir de 1945. La première série compte 10 titres dont les couvertures sont illustrées par R. Charles. La seconde, comprend une douzaine de titres dont la plupart sont illustrés par Brantonne. Derrière l’auteur, Jean... [Lire la suite]
26 avril 2020

Train perdu wagon mort

  J.-B. Pouy est un auteur que l’on ne présente plus, car nul besoin de présenter un génie. Pour autant, il est peut-être nécessaire de rappeler que cet écrivain, un brin anarchiste, de 74 ans est un passionné de littérature populaire, de jeux d’esprit, de jeux de mots, de musique, de cinéma... et de bonnes chères. Qu’il a beaucoup, beaucoup, écrit, des romans, des nouvelles, principalement dans le genre policier, mais pas que. Qu’il est à l’origine, entre autres, de la série « Le Poulpe » pour laquelle il a... [Lire la suite]
26 avril 2020

La brute aux gros poings

Bill Disley est un journaliste détective de la littérature populaire à la vie mouvementée... jusque dans son parcours littéraire. Créé par l’énigmatique J.A. Flanigham (dont on ne sait qui se cachait sous ce pseudonyme) en 1946, le reporter vécu ses enquêtes sous trois formats différents : fascicules 16 pages petits caractères ; fascicules 32 pages classiques ; fascicules 128 pages. Les premières aventures (16 pages ou 32 pages) s’étalent en moyenne sur 10 000 mots. Les autres, sur... [Lire la suite]