17 janvier 2021

Le pouce fendu

Georges Grison (1841 - 1928) est un journaliste, romancier et auteur de documentaires et de pièces de théâtre qui œuvra à la fin du XIXe siècle et au début. Si l’auteur s’adonna beaucoup aux récits sentimentaux, il s’attaqua également au récit policier notamment pour la collection fasciculaire culte « Le Roman Policier » des éditions Ferenczi, dans les années 1920, récits qui furent tous réédités après sa mort dans la collection « Police et Mystère », du même éditeur, au milieu des... [Lire la suite]

17 janvier 2021

Le crime du Rapide

Je ne devrais pas avoir à présenter Marcel Priollet. Encore moins après plus d’une cinquantaine de chroniques sur autant de ses récits. Pourtant, je soupçonne encore certains d’entre vous de ne pas connaître cet auteur de littérature populaire. Aussi vais-je faire court. Marcel Priollet (1884 - 1960) fut un pilier de la littérature populaire et plus particulièrement de la littérature fasciculaire. Dès 1910, il ne cessa de l’abreuver par un nombre incalculable de textes dans les genres aussi variés que l’anticipation, le... [Lire la suite]
17 janvier 2021

L'énigme des diamants

« L’énigme des diamants » est un titre paru en 1936 dans la collection « Police et Mystère » des éditions Ferenczi sous la forme d’un fascicule de 64 pages contenant un récit d’environ 19 000 mots. Il est signé H. J. Magog, un auteur qui fit les beaux jours de la littérature populaire en s’exerçant principalement, mais pas que dans deux genres : le policier et la fantastique. Si c’est dans le roman d’anticipation que l’écrivain demeure plus facilement dans la mémoire de certains lecteurs... [Lire la suite]
10 janvier 2021

L'affaire des colonels

Il est assez rare que je m’attarde sur les romans autoédités. Non pas que je méprise ou dédaigne l’autoédition, mais juste parce que, ayant conscience que je n’aurais pas assez d’une seule vie pour découvrir tous les auteurs de langue française de récits policiers (la niche littéraire à laquelle j’ai décidé de me consacrer depuis quelques années), j’évite de trop m’éparpiller. Et comme il est déjà difficile de trouver des ouvrages de qualité quand ils sont passés par les mains d’éditeurs qui, a minima, participent à l’écrémage du... [Lire la suite]
10 janvier 2021

L'agence Bakerson

La littérature populaire fasciculaire doit beaucoup aux auteurs, bien évidemment, mais on oublie souvent de mettre en avant l’immense attrait que pouvaient avoir les couvertures de ces ouvrages bien souvent nées de la main d’illustrateurs (même si certains éditeurs faisaient plutôt appel à des photographes). On nommera, sans conteste, des artistes tels Gil Baer, Maurice Toussaint, René Brantonne, Claudel, Gino Starace, Henri Armengol, Georges Sogny, Louis Maîtrejean… et bien d’autres. Mais parfois, les... [Lire la suite]
10 janvier 2021

Trois coups à la porte

Chaque fois que j’écris une chronique sur un texte de cet auteur, je me demande s’il est encore besoin de le présenter au public d’aujourd’hui. Certes, celui-ci conserve des fans dans le milieu des collectionneurs de fascicules de la première moitié du siècle dernier. On peut également constater que, grâce aux récentes rééditions numériques de plusieurs de ses titres, il a gagné de nombreux lecteurs. Pourtant, force est de constater que la majorité du public ignore encore qui est Marcel Priollet. Marcel Priollet (1884... [Lire la suite]

10 janvier 2021

La solution à 7%

Fan depuis ma plus tendre jeunesse des aventures de Sherlock Holmes (c’est la prose de Conan Doyle qui m’a donné le goût de la lecture que n’avait pu m’inculquer aucun auteur jusque-là), je m’étais, depuis quelques années, cantonné à découvrir les auteurs de récits policiers de langue française afin de ne point être confronté aux problèmes de traductions… Mais il faut bien avouer que Sherlock Holmes m’a toujours manqué et, récemment, je décidais de me plonger dans un tout nouveau pastiche de Jean-Noël Delétang. ... [Lire la suite]
03 janvier 2021

Les trois pendus de la Tour Eiffel

« Les aventures extraordinaires de Théodore Rouma » est une série d’un peu plus d’une vingtaine de fascicules de 24 pages, double colonne, contenant des récits indépendants d’environ 13 000 mots, parue à partir de 1946 aux éditions S.E.B.F. Elle fut signée Jean d’Auffargis, un pseudonyme de Maurice Laporte, principalement connu pour avoir créé les Jeunesses Communistes Françaises en 1920. L’homme quitta rapidement le parti, devint un farouche anticommuniste et collabora avec les nazis durant la... [Lire la suite]
03 janvier 2021

L'énigmatique inspecteur du Yard

« L’énigmatique inspecteur du Yard » est une aventure de Théodore Rouma, le cambrioleur justicier né de la plume de Jean d’Auffargis. Pour information, la série « Les extraordinaires aventures de Théodore Rouma » fut publiée à partir de 1946 sous la forme de fascicules de 24 pages, double-colonne, contenant des récits indépendants d’environ 13 000 mots aux éditions S.E.B.F. Derrière le pseudonyme de Jean d’Auffargis se cache Maurice Laporte, principalement connu pour être le... [Lire la suite]
03 janvier 2021

Du sang sur la main

Il est temps de découvrir une nouvelle aventure de Théodore Rouma, le cambrioleur aventurier, né de la plume de Jean d’Auffargis. Pour rappel, la série « Les extraordinaires aventures de Théodore Rouma » parut en 1946 aux éditions S.E.B.F. sous la forme d’une vingtaine de fascicules de 24 pages double-colonne contenant des récits indépendants d’environ 13 000 mots. L’auteur, Jean d’Auffargis, de son vrai nom Maurice Laporte, fut le créateur en 1920 des Jeunesses Communistes Françaises. Il... [Lire la suite]