25 juillet 2021

L'homme à la balafre

Jean Normand (1885-1956), de son vrai nom Raoul Anthoni Lematte, fut un auteur de littérature populaire dont la grande partie de sa production fut destinée aux genres policiers, aventures et jeunesse. En 1945, il écrit 14 épisodes de la série « Inspecteur Doublet à travers le monde », des fascicules de 24 pages contenant des récits indépendants d’environ 12 000 mots. Malgré son intitulé et le statut du héros, la série est plus dirigée vers le genre aventures que policier et, à défaut d’évoluer à... [Lire la suite]

07 février 2021

Pauvres petites crevettes

Geneviève Manceron (1906 - 1994) est un auteur que j’ai récemment découvert… Je dois avouer qu’en tant que passionné de littérature populaire policière et, notamment, fasciculaire, les titres que je dévore sont rarement signés par des femmes (ou alors des femmes cachées derrière des pseudos d’homme sans qu’on le sache). Non pas qu’il n’y en ait pas et, d’ailleurs, voilà longtemps que je me promets de découvrir la plume de Juliette Lermina-Flandre, la fille du grand écrivain Jules Lermina (à qui l’on doit, notamment,... [Lire la suite]
29 novembre 2020

Le crime de la rue François Ier

René Trotet de Bargis est un auteur de la littérature populaire fasciculaire sur lequel les informations sont rares. Né en 1884 et mort en 1924 (il semblerait). Il écrivit dans les genres à la mode à son époque (sentimental, policier, aventures) et le peu de titres que l’on trouve de lui par rapport à ses confrères s’explique, du coup, par le jeune âge auquel il mourut. Dans le genre policier, qui est le seul qui m’intéresse, on notera au moins 5 titres publiés dans la collection « Le Roman Policier » des... [Lire la suite]
16 février 2020

Le squelette d'Auteuil

« Le squelette d’Auteuil » est un titre initialement paru dans la mythique collection « Le Roman Policier » des éditions Ferenczi en 1920 sous la forme d’un fascicule de 48 pages contenant un récit d’environ 13 000 mots. Son auteur : Henry de Chazel. Henry de Chazel, ce nom ne vous dit probablement rien (à moins que vous soyez féru de littérature populaire du début du XXe siècle). Et c’est normal, car il s’agit là d’un pseudonyme derrière lequel se cachait l’écrivain... [Lire la suite]
23 juin 2019

Du sang sur le bitume

Est-il encore besoin de vous dire combien j’adore les romans de J.A. Flanigham ? Ce n’est pourtant pas faute de l’écrire à chacune de mes chroniques sur un de ses titres tant, jusqu’ici, aucun ne m’a réellement déçu. J.A. Flanigham, je ne pourrais vous en dire grand-chose tant il est mystérieux, si ce n’est que derrière ce pseudo se cache un autre nom, tout aussi énigmatique : Raymon Gauthier. Tout ce que l’on sait de lui c’est qu’il œuvra dans la littérature populaire (principalement policière) entre 1946 et 1959 chez... [Lire la suite]
17 mars 2019

Le casse-tête malais

  Horace van Offel est un écrivain belge né à Anvers en 1876, auteur de pièces de théâtre, rédacteur de journaux et auteurs de romans. Dans sa carrière, il s’essaye par deux fois au genre policier, « Les chevaliers de Batavia » et « Le casse-tête malais ». Le casse-tête malais : Un conte du Pacifique raconte que dans les îles de l’Océanie, quand un homme devient vieux, les jeunes l’obligent à monter dans un arbre. Ils secouent l’arbre tant qu’ils peuvent. Si le vieillard tient bon, il a la vie... [Lire la suite]

10 février 2019

Les ciseaux d'argent

« Les ciseaux d’argent » est la 20e enquête du célèbre détective marseillais Marius Pégomas, né de la plume de l’énigmatique Pierre Yrondy au milieu des années 1930. À l’origine, il s’agit d’une série fasciculaire de 32 pages, doubles colonnes (environ 13 à 15 000 mots par épisode) qui comprend 35 titres. (le 36e a été annoncé, mais ne semble pas être paru). Si Pierre Yrondy est mystérieux, on ne sait pas grand-chose de lui si ce n’est qu’il écrivit quelques pièces de théâtre,... [Lire la suite]
28 septembre 2017

Jaipur

« Jaipur » est un petit jeu, à deux, créé par Sébastien Pauchon. Chaque joueur représente un vendeur dont le but est de se faire remarquer de Maharadja. Pour ce faire, vous devez remporter par deux fois la médaille du meilleur vendeur. Le matériel se compose de cartes de sept genres de marchandises (cuirs, épices, tissus, argents, ors, diamants et chameaux) et de jetons représentant ces mêmes marchandises (plus la médaille du meilleur vendeur). Au départ, chaque joueur reçoit cinq cartes, trois cartes chameaux et... [Lire la suite]
Posté par seppuku à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
15 février 2017

Quand l'auto-édition est faite par les autres !

Il y a presque 4 ans, je vous parlais des différences entre un éditeur à compte d’auteur et un éditeur à compte d’éditeur, dans un article de ce blogue. Aujourd’hui, je reviens sur le sujet pour vous parler d’une nouvelle forme d’édition en plein essor : La Maison d’auto-édition. Ainsi formulée, la contradiction doit frapper les esprits. Maison : pour faire maison d’édition. Auto-édition : pour se démarquer des éditeurs à compte d’auteurs. En clair, la formulation est là pour vous rassurer (à cause du... [Lire la suite]
Posté par seppuku à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
08 février 2015

Territoires

Je commencerai cette chronique littéraire en félicitant mon don de divination légendaire. Effectivement, dans la chronique de « Code 93 », d'Olivier Norek, j'écrivais : """""Au final, « Code 93 » est un roman très prometteur qui laisse présager un bon avenir littéraire à son auteur.""""" À l'heure d'écrire ma critique du second roman d'Olivier Norek, je ne peux que constater combien j'avais raison. Mais attention, je tiens, avant de donner mon avis sur cet ouvrage, à préciser deux points qui me... [Lire la suite]