28 juin 2020

Horrible vengeance

Charles Richebourg est un de ces nombreux auteurs énigmatiques de la littérature populaire fasciculaire des deux premiers tiers du XXe siècle. Il œuvra principalement chez l’éditeur Ferenczi, dans la première moitié des années 50 et la grande majorité de sa production se dirigea vers la collection « Mon Roman Policier » pour laquelle il livra plus de 40 enquêtes du commissaire Odilon Quentin. Mais il écrivit également quelques titres pour la collection « Mon Roman d’Aventures » (et une... [Lire la suite]

28 juin 2020

Vendetta sicilienne

« Vendetta sicilienne » est initialement paru en 1957 sous la forme d’un fascicule de 32 pages dans la collection « Mon Roman d’Aventures » des éditions Ferenczi. Il est signé Désiré Charlus. La seule chose que l’on sache de Désiré Charlus, c’est qu’il cache le même auteur que le pseudonyme Charles Richebourg. Et tout ce que l’on sait de Charles Richebourg, outre qu’il avait également pour pseudonyme Désiré Charlus, c’est qu’il possédait une belle plume, une excellente maîtrise des... [Lire la suite]
28 juin 2020

Le coup de Trafalgar

Continuons notre découverte de la plume de l’énigmatique Charles Richebourg, un auteur de littérature populaire fasciculaire qui fut actif au milieu des années 50 et à qui l’on doit les excellentes enquêtes du commissaire Odilon Quentin dont il avait abreuvé la collection « Mon Roman Policier » des éditions Ferenczi vers 1955. À cette occasion, les lecteurs avaient pu se rendre compte de la qualité de plume de l’auteur ainsi que de sa maîtrise du format fasciculaire 32 pages, un format d’une concision pas... [Lire la suite]
28 juin 2020

Les Enfants du Dragon

« Les Enfants du Dragon » est le troisième opus d’un triptyque publié au sein de la collection « Mon Roman d’Aventures » des Éditions Ferenczi en 1955. Signés par l’énigmatique Charles Richebourg, ces trois fascicules : « Le bourreau a disparu », « Deux yeux de Saphir » et « Les Enfants du Dragon » de 32 pages chacun (un peu moins de 10 000 mots par titre), forment une seule et même histoire découpée pour intégrer le format de la collection. Certains... [Lire la suite]
01 septembre 2019

Le chien jaune

Je suis un passionné de littérature populaire policière de la première moitié du XXe siècle. Je dévore à longueur d’année des textes policiers anciens avec un plaisir sans cesse renouvelé. Si je me délecte de la plume de nombreux auteurs qui sont tombés depuis dans l’anonymat et dont je tente de les extirper avec mes maigres moyens, il m’arrive aussi de me pencher de temps en temps sur la production d’auteurs de la littérature populaire policière qui sont non seulement encore connus à l’heure actuelle, mais qui sont désormais... [Lire la suite]
16 septembre 2018

La pendue du Pré-Catelan

4e épisode des « Enquêtes du Professeur », signé René Byzance, initialement édité dans la collection « L’Indice » aux éditions Populaires Monégasques. L’inspecteur Gonzague Gaveau est surnommé « Le Professeur » parce qu’il a fait Sorbonne et a écrit une thèse sur « Les Variations de la voyelle O dans les langues ougaro-caucasiennes ». Difficile d’en dire plus sur l’auteur d’autant que la plupart des épisodes ne sont pas signés. Il est intéressant de noter que les... [Lire la suite]

12 août 2018

Cascade sanglante

46e et ultime enquête du commissaire Odilon Quentin, un policier né de la plume de Charles Richebourg, un mystérieux écrivain de littérature populaire des années 1950 dont on ne connaît guère qu’un pseudonyme (Désiré Charlus) et qui a principalement œuvré dans le genre policier et dont la majeure partie de la production, du moins sous le pseudonyme de Charles Richebourg, est dédiée au personnage d’Odilon Quentin. La série (qui n’en est pas une à la base puisque les épisodes étaient disséminés dans une... [Lire la suite]
05 août 2018

Tu mourras vendredi

45e et avant-dernière enquête du commissaire Odilon Quentin qui va terriblement me manquer par la suite. Odilon Quentin est un commissaire de police qui a 25 ans de carrière, à la carrure et la posture d’un marchand de bestiaux et a pour particularité d’adorer exercer en chef d’orchestre depuis son bureau plutôt que de se rendre sur le terrain, même s’il le fait de temps en temps. Le personnage est né de la plume de Charles Richebourg, un auteur énigmatique qui a œuvré principalement pour les éditions Ferenczi... [Lire la suite]
05 août 2018

L'idiot aux mains rouges

Charles Richebourg, vous devriez le connaître, depuis le temps que je vante les aventures de son commissaire Odilon Quentin. Enfin... le connaître... du moins connaître ses talents d’écrivain puisque de lui, on ne sait rien si ce n’est qu’il a écrit principalement pour les éditions Ferenczi, pour les collections policières et d’aventures (quelques titres dans le genre sentimental) dans les années 1950 et qu’il avait pour autre pseudonyme Désiré Charlus. Pour le commissaire Odilon Quentin, on en sait un peu... [Lire la suite]
05 août 2018

L'énigme de la sacristie

C’est avec un début de tristesse que je parle aujourd’hui de « L’énigme de la sacristie », 43e enquête du commissaire Odilon Quentin de Charles Richebourg. Pourquoi cette émotion, me direz-vous ? Parce qu’après cette lecture, je prends conscience qu’il ne me reste plus que trois enquêtes du gros commissaire à déguster. Après ? Après ça, le déluge !!!  Non, soyons sérieux et évitons les allusions mystiques, même si, en y réfléchissant bien, elles se marient à la perfection avec le sujet... [Lire la suite]