23 juin 2019

Du sang sur le bitume

Est-il encore besoin de vous dire combien j’adore les romans de J.A. Flanigham ? Ce n’est pourtant pas faute de l’écrire à chacune de mes chroniques sur un de ses titres tant, jusqu’ici, aucun ne m’a réellement déçu. J.A. Flanigham, je ne pourrais vous en dire grand-chose tant il est mystérieux, si ce n’est que derrière ce pseudo se cache un autre nom, tout aussi énigmatique : Raymon Gauthier. Tout ce que l’on sait de lui c’est qu’il œuvra dans la littérature populaire (principalement policière) entre 1946 et 1959 chez... [Lire la suite]

08 mai 2013

L'écrivain est un commercial comme un autre

Être écrivain ne consiste pas qu'à demeurer devant son ordinateur ou sa feuille et écrire. Non, ce serait à la fois trop facile et trop compliqué. À part pour les auteurs dont l'ouvrage provoque le « buzz » inexplicablement et qui peut se permettre de rester chez soi en sachant que son œuvre se vendra sans qu'il n'intervienne, pour les autres, le métier d'écrivain passe, aussi, par la « criée ». Entendez par là que l'auteur va devoir courir de salons littéraires en salons littéraires, de séances de dédicaces en... [Lire la suite]
08 septembre 2012

Râcler les fonds de "Terroir".

Je ne vous étonnerai pas en vous confiant que les éditeurs ne publient pas forcément un livre, uniquement sur ses qualités littéraires. Non, le but d'un éditeur étant, avant tout, de vendre des livres, beaucoup de mes confrères font également des choix en fonction du potentiel commercial de l'ouvrage. En effet, je ne suis pas certain que chaque roman d'Amélie Nothomb bénéficie d'une qualité littéraire exceptionnelle, mais, l'éditeur derrière l'ouvrage est assuré, à chaque rentrée, de vendre un certain nombre d'exemplaires sur le seul... [Lire la suite]