28 mars 2021

L'homme aux moustaches cirées

Comment évoquer Marc Jordan sans me répéter ? Difficile me direz-vous (surtout si vous avez lu mes 26 précédentes chroniques sur les 26 précédents titres de la série)… Marc Jordan est détective de la littérature populaire fasciculaire né en 1907 pour faire concurrence à son homologue américain, Nick Carter, dont les aventures traduites déferlaient sur toute l’Europe depuis mois. Nick Carter enquêtait depuis une vingtaine d’années outre-Atlantique et son succès ne se démentait pas (il vécut en tout plus de... [Lire la suite]

28 mars 2021

La main percée

Je ne cesse de répéter dans mes chroniques que la littérature populaire s’est, de tout temps, nourrie d’elle-même, soit en s’inspirant de récits, de styles, de formats, de personnages, soit en les clonant ou en les parodiant. Cette assertion n’a jamais été aussi vraie qu’avec la série « Marc Jordan ». Vraie, car les aventures de « Marc Jordan » sont totalement inspirées de celles de Nick Carter, un détective américain dont le succès perdura entre 1886 et les années 1950-1960. Vraie, car, en plus de... [Lire la suite]
28 mars 2021

Cadavres en vacances

Avez-vous remarqué comme, en vacances, il y a toujours des empêcheurs de tourner en rond ? Pas toujours facile de les admonester ni même de leur en vouloir, surtout quand ceux-ci sont morts… « Cadavres en vacances » est le second opus de la série « Blanche et Berthe Bodin » du romancier Jean-Pierre Ferrière, une série qui met en scène deux vieilles sœurs, Blanche et Berthe Bodin, des septuagénaires qui ont une fâcheuse tendance à toujours se trouver en présence de cadavres. La série compte... [Lire la suite]
21 mars 2021

La vengeance de Pépita

Marc Jordan, les plus jeunes d'entre vous ne s'en souviennent pas, les plus âgés non plus, fut un détective de la littérature populaire qui exerça sa profession (de personnage de littérature) à partir de 1907 pour faire concurrence et surfer sur le succès récents des traductions de la série américain Nick Carter. Publié sous un même format (grand fascicule 32 pages double colonne), naviguant dans un même genre (le récit policier d'aventures et d'action), développant un personnage similaire (un détective fort, courageux, honnête,... [Lire la suite]
21 mars 2021

La résurrection de Marc Jordan

Marc Jordan ou « Les exploits surprenants du plus grand détective français » est une série de 62 fascicules de 32 pages, double colonne, contenant des récits plus ou moins indépendants d’environ 18 000 qui fut créée en 1907 pour surfer sur le succès des traductions de la série américaine « Nick Carter ». Ce sont les éditions Ferenczi, qui jusqu’alors, s’essayaient aux récits érotiques et avaient des problèmes avec la censure et la justice, qui publient cette série entrant ainsi de plain-pied dans... [Lire la suite]
28 février 2021

L'assassinat du Marquis

Dans l’esprit de beaucoup de lecteurs d’aujourd’hui, un écrivain, c’est un homme ou une femme qui publie un roman par an et dont le nom est connu de tous ou presque. C’est une personne dont le visage orne, si ce n’est la 1re de couverture, pour les plus célèbres ou les plus égocentriques, au moins la 4e de couverture. Mais fût un temps, écrivain, avant d’être un métier public était un métier pour le public, où le texte de l’auteur était plus mis en avant que son nom et où, d’ailleurs, bien souvent, son nom se cachait derrière de... [Lire la suite]

07 février 2021

Feux de mort

Après avoir découvert l’auteur Serge Arcouët, sous le pseudonyme de Serge Laforest, à travers un roman policier humoristique, je désirais le découvrir sous un genre plus sérieux. Mais revenons d’abord à l’auteur. Né en 1916 et mort en 1983, Serge Arcouët écrivit sous plusieurs pseudonymes, dont un commun avec Léo Malet, mais c’est avant tout et surtout sous le nom de Serge Laforest qu’il est le plus connu, notamment grâce à ses romans policiers et espionnages publiés aux Éditions Fleuve Noir (115 romans... [Lire la suite]
07 février 2021

Le capitaine fantôme

  « Oh ! combien de marins, combien de capitaines, qui sont partis joyeux pour des courses lointaines, dans ce morne horizon se sont évanouis ! » (Oceano Nox, Victor Hugo). Un peu de poésie ne faisant jamais de mal, j’avais envie de débuter cette chronique par ces vers du grand Victor Hugo (qui mesurait 1m78). Car il est question de capitaine et de marins dans « Le capitaine fantôme » un fascicule signé Marcelle-Renée Noll et paru dans les années 1936-1938 dans la collection... [Lire la suite]
31 janvier 2021

Un cri au micro

  La littérature, c’est comme les gens (d’ailleurs, les auteurs sont des gens, surtout Cocteau, d’Ormesson, de la Fontaine et j’en passe). Ainsi, ton milieu ne détermine pas tes qualités, mais si tu prends le temps de prendre soin de toi, tu présenteras toujours mieux que dans le cas inverse. Bon, c’est nul comme analogie, mais je veux dire que ce n’est pas parce que la littérature est populaire qu’elle est moins bien qu’une autre. Juste, quand tu dois faire avec des contraintes de temps (écrire vite, être vite publié) et de... [Lire la suite]
31 janvier 2021

La maison de la falaise

« La maison de la falaise » est, à l’origine, un fascicule de 32 pages issu de la collection « Les Grands Détectives » des Éditions Modernes vers 1936-1937. Il est signé Marcelle Renée Noll, un pseudonyme de Marcel Priollet, grand pourvoyeur de la littérature populaire fasciculaire entre 1910 et le milieu des années 1950. L’auteur exerça dans différents genres : aventures, anticipation, jeunesse, mais c’est avant tout dans les fascicules dramatico sentimentaux et policiers qu’il employa sa... [Lire la suite]