19 septembre 2021

L'Épistolier était chargé !

Attention, exercice de style, puisque je vais tenter d’écrire une critique sur un livre que j’aime beaucoup et dont j’apprécie énormément l’auteur, puisque lui et moi ne faisons qu’un (même si on est plusieurs dans notre tête). C’est dire si je risque de manquer d’objectivité, mais qu’importe, vous êtes prévenus. « L’Épistolier était chargé ! » est un roman de KAMASH reprenant les personnages qu’il avait créés en 2015 pour son roman « Marc-Antoine Decome détective ». Mais, pour une fois,... [Lire la suite]
Posté par seppuku à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

15 août 2021

Le yacht fantôme

On peut être un écrivain sans écrire de romans ! On peut être un écrivain sans que ses écrits soient publiés sous la forme d’un livre ! On peut être un grand écrivain sans être connu de la majorité ! Un homme donne raison à ces trois assertions, son nom : José Moselli. Son surnom : « L’écrivain sans livre ». Né en 1882 et mort en 1941, José Moselli fut un auteur très prolifique dont l’immense production ne fut destinée qu’à des magazines jeunesses dans lesquels, entre 1909 et sa mort,... [Lire la suite]
20 juin 2021

L'aventure commence à cinq heures

« L’aventure commence à cinq heures » est un fascicule de 16 pages, double colonne, publié dans la collection « Murmure d’Amour » des Éditions du Moulin Vert, en 1947. Il contient un récit indépendant de 11 500 mots, signé J.A Flanigham et met en scène Dick et Betty Reutel un couple glamour de détectives anglais. Derrière le pseudonyme de J.A. Flanigham, nul ne sait, désormais quel écrivain se cachait. Certains prétendent qu’il s’agirait d’un pseudonyme commun à plusieurs auteurs (ce... [Lire la suite]
21 mars 2021

L'aiguille de plomb

  José Moselli (1882 - 1941), bien que méconnu de nos jours, fut un auteur prolifique et apprécié de la littérature populaire. Si sa production fut immense, elle ne fut destinée qu’aux magazines, principalement jeunesse et quasi exclusivement pour les éditions Rouff. José Moselli fut un gamin aventureux. Il fugue à 13 ans pour s’engager comme mousse sur un bateau et il va bourlinguer sur les mers et les océans durant des années. Cherchant, au bout d’un moment, à s’ancrer les pieds sur terre, il devient... [Lire la suite]
21 février 2021

L'affaire Hornux

Écrire des chroniques littéraires, c’est sympa, cela peut permettre à des lecteurs de découvrir des auteurs, des personnages… mais quand on parle souvent de mêmes auteurs (pour peu que lesdits auteurs aient beaucoup écrit) alors, vient une difficulté, présenter l’écrivain à ceux qui n’ont pas lu mes critiques sur ses autres textes sans lasser ceux qui suivent toutes mes chroniques (je sais qu’il n’en existe pas, mais cela me fait plaisir de le croire). Et, comme il existe plusieurs auteurs dont je parle régulièrement... [Lire la suite]
21 février 2021

Le Club des Légataires

« L’homme sans livre » !!! C’est ainsi que fut surnommé José Moselli (1882 - 1941). Pourtant la production de l’auteur fut immense, mais elle se destina quasi exclusivement pour les magazines des éditions Rouff (Cri-Cri, L’Intrépide, L’Épatant, Le Petit Illustré). S’il demeure encore dans quelques esprits, c’est avant tout pour sa production d’anticipation, « La Fin d’Illa » étant probablement un de ses récits les plus connus. Pourtant, José Moselli se consacra énormément aux récits d’aventures et... [Lire la suite]

21 février 2021

Le document 3136

La littérature populaire est un univers impitoyable. Certains auteurs s’en sortent, d’autres pas. On oublie trop souvent que pour un Georges Simenon, un Frédéric Dard, un Léo Malet, qui, tous trois, travaillèrent pour la littérature populaire fasciculaire ou écrivirent des nouvelles et des feuilletons pour les journaux de l’époque et qui, depuis, sont demeurés dans les esprits des lecteurs, d’autres ne sont jamais parvenus à émerger, certains, sombrant dans les abîmes. C’est ce qui aurait pu arriver à... [Lire la suite]
29 novembre 2020

Mi-carême sanglante

« Mi-carême sanglante » est un court roman de J. A. Flanigham paru, initialement, en 1959 sous la forme d’un fascicule de 64 pages dans la collection « Police et Mystère » 2e série des éditions Ferenczi. J. A. Flanigham est un pseudonyme, n’en doutons pas, d’un auteur de langue française comme il était courant, à l’époque et même avant à nos auteurs hexagonaux, de prendre des pseudonymes anglo-saxons pour séduire les lecteurs qui raffolaient de la littérature « américaine ». Ainsi il ne fut... [Lire la suite]
25 octobre 2020

Les envoyés du diable

« Les envoyés du diable » est l’épisode liminaire d’une série nommée « L’Agence Héléna » publiée à partir de 1957 aux éditions Lutèce. Cette série est composée de 53 titres de 128 pages (sans compter les rebrochages), contenant des récits d’un peu plus de 30 000 mots. L’auteur ? Un certain Francis Fortunas, un pseudonyme derrière lequel se cacherait un certain Jean Denis (mais lequel, il en existe tant !) Ces histoires content les enquêtes d’Héléna et de Rudy, la patronne et son ami et employé. Elles sont... [Lire la suite]
11 octobre 2020

Trop de détectives

Et je poursuis ma découverte d’auteurs de récits policiers de langue française avec, aujourd’hui, Jacques Sadoul, un spécialiste de la littérature de genre. Né en 1934, décédé en 2013, il fut directeur de collections et auteur d’anthologies et d’essais sur la littérature de science-fiction et policière ainsi que de romans dans les mêmes genres. Pour le roman policier, s’il a été récompensé pour « Trois morts au soleil », c’est avant tout à sa série « Carol Evans » que je me suis intéressé. Une fois... [Lire la suite]