11 octobre 2020

Trop de détectives

Et je poursuis ma découverte d’auteurs de récits policiers de langue française avec, aujourd’hui, Jacques Sadoul, un spécialiste de la littérature de genre. Né en 1934, décédé en 2013, il fut directeur de collections et auteur d’anthologies et d’essais sur la littérature de science-fiction et policière ainsi que de romans dans les mêmes genres. Pour le roman policier, s’il a été récompensé pour « Trois morts au soleil », c’est avant tout à sa série « Carol Evans » que je me suis intéressé. Une fois... [Lire la suite]

12 juillet 2020

La lettre mortelle

Voilà ! Ça, c’est fait.  « La lettre mortelle » est un roman de Marcel Vigier que je cherchais à lire depuis fort longtemps, car étant la première aventure contée de l’attachant duo de détectives : Florac et La Glu. Mais « La Lettre mortelle » est un roman qui n’est paru que dans la mythique collection « Le Roman Policier » des éditions Ferenczi, dans les années 1910-1920. Et qui dit « mythique » et « 1910-1920 » dit forcément « difficile à... [Lire la suite]
12 avril 2020

Le kidnapping Norton

Je suis toujours incroyablement ému lorsque j’arrive au bout d’une série littéraire qui m’a beaucoup plu. Si c’est déjà le cas pour des séries contemporaines dont l’auteur, encore vivant, est susceptible un jour ou l’autre d’en écrire un nouvel opus, ça l’est encore plus avec une vieille série dont l’auteur n’est plus en mesure de produire une suite, ni quoi que ce soit, d’ailleurs, trop mort pour cela. Dans le cas particulier de « Les enquêtes de l’Agence Walton », une série de 8 fascicules de 16 pages,... [Lire la suite]
12 avril 2020

L'insaisissable Mr Brown

La littérature populaire française (je vais me restreindre au seul genre qui m’attire : le policier) de la première moitié du XXe siècle est un vaste océan de mots, de récits, d’auteurs que le commun des lecteurs ignore désormais. Certes, des noms d’écrivains ou de personnages affleurent au fil des vagues de souvenirs (Rouletabille, Arsène Lupin, Fantomas, Gaston Leroux, Maurice Leblanc, Maigret... Mais sous cette partie immergée de l’iceberg littéraire, roulent et coulent une quantité incommensurable de... [Lire la suite]
05 avril 2020

La bande Keminoff

Pour certains, les moins aguerris avec le genre, la littérature populaire policière française débute avec les romans d’Émile Gaboriau voire Eugène Sue avec « Les Mystères de Paris », et s’achève avec ceux de Georges Simenon (quoique l’auteur soit extrait de la gangue par son statut devenu culte). Entre les deux naviguent des auteurs dont le nom des personnages a laissé plus de traces dans les esprits que les leurs propres : Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur qui cache l’écrivain... [Lire la suite]
05 avril 2020

Le huitième pendu

Ceux et celles qui lisent mes chroniques (en espérant qu’il y en ait et que je n’écrive pas dans le vide), ne sont pas savoir que je suis un fervent amateur de littérature populaire. Les mêmes savent que, dans cette littérature populaire, mon goût ne se dirige que vers le genre policier. Enfin, ces quelques lecteurs de bon goût n’ignorent pas mon appétence pour les séries fasciculaires. Aussi, comme en plus d’être doués de qualités de jugement, je les crois également dotés d’une intelligence rare, je suis persuadé qu’en associant... [Lire la suite]

22 mars 2020

Les bandits du rail

Georges Spitzmuller né en 1866 et mort en 1926 fut un écrivain, journaliste et dramaturge. Bien que sa carrière littéraire débuta à la fin du XIXe siècle par l’écriture de romans, c’est après la Première Guerre mondiale que sa carrière bascula dans la littérature populaire. Se confrontant aux genres à la mode à l’époque (sentimental, aventures, policier, cape et épée), Georges Spitzmuller signa de nombreux titres pour les collections des éditions Tallandier, Rouff et Ferenczi, entre autres. Georges Spitzmuller... [Lire la suite]
08 décembre 2019

La cache secrète

« La cache secrète » est un court roman (18 000 mots) de l’énigmatique H.-R. Woestyn, publié sous la forme d’un fascicule 64 pages dans la série « Police et Mystère » des éditions Ferenczi, en 1937. Sur l’auteur, pas grand-chose à dire, on se sait rien de lui, juste quelques pseudonymes (Jules France, Jacques Bellême, Henri Sevin, Roger Nives, Cornil Bart...) découverts grâce aux rééditions des mêmes titres sous des noms différents. Sa période de production s’étale sur... [Lire la suite]
24 novembre 2019

Le Manoir aux Sanglots

« Le Manoir aux Sanglots » est un court roman écrit par l’énigmatique H.-R. Woestyn, paru d’abord en 1922 dans la collection « Le Roman Policier » des éditions Ferenczi sous la forme d’un fascicule de 32 pages contenant un récit d’un peu plus de 13 000 mots avant d’être réédité au milieu des années 1930 dans une version quelque peu rallongée dans la collection « Police et Mystère », des mêmes éditions, sous la forme, cette fois-ci, d’un fascicule de 64 pages. Je ne... [Lire la suite]
24 novembre 2019

Le loup de velours noir

La littérature populaire de la première moitié du XXe siècle est un océan dont on ne connaît toujours pas toutes les espèces le peuplant. Tiens, ma métaphore, au départ, me semblait judicieuse, mais, en m’apprêtant à la prolonger et à l’étirer, je me rends compte qu’elle tombe à l’eau d’elle-même. Bref, la littérature populaire de la première moitié du XXe siècle est un immense vivier de textes dont certains se noient sous les autres et dont certains auteurs demeurent plus inconnus encore que les récits eux-mêmes. Mais,... [Lire la suite]