12 septembre 2021

Six billets de cent francs

Je poursuis donc ma lecture de la série « Le Petit Détective » d’Arnould Galopin, une collection de 83 fascicules de 20 pages double-colonne contenant des textes à suivre d’environ 8 000 mots. Pour rappel, cette série est parue à partir de 1934 et est censée être la dernière écrite par Arnould Galopin, un auteur de littérature populaire connu pour ses nombreuses séries interminables autour de jeunes héros ou de ses récits d’anticipation. Je dis « censée », car, récemment, j’ai... [Lire la suite]

29 août 2021

Le lac aux requins

Jean Normand (1885 - 1956), de son vrai nom Raoul Anthoni Lematte, est un auteur de littérature populaire fasciculaire dont la période de production débute au milieu des années 1920. S’il s’essaye à tous les genres, ou presque, à la mode à l’époque, c’est avant tout et surtout dans le récit d’aventures que s’exprime le plus souvent sa plume. Le terrain de jeu de prédilection de ses personnages ? Le nord de l’Amérique du Sud avec une prédilection pour la Guyane. Rien d’anormal à cela lorsque l’on sait qu’après des études... [Lire la suite]
07 mars 2021

Alerte à la banque

Henry Musnik est un auteur de littérature populaire né au Chili à la fin du XIXe siècle. Sa production fut immense et principalement destinée aux collections fasciculaires de l’époque. S’il s’essaya à différents genres littéraires, c’est surtout dans le domaine du récit policier qu’il écrivit. Difficile d’établir une liste exhaustive de ses textes tant l’homme écrivit et, surtout, tant il usa de pseudonymes (Claude Ascain, Pierre Olasso, Jean Daye, Gérard Dixe, Alain Martial…) et tous ne sont... [Lire la suite]
22 mars 2020

Les bandits du rail

Georges Spitzmuller né en 1866 et mort en 1926 fut un écrivain, journaliste et dramaturge. Bien que sa carrière littéraire débuta à la fin du XIXe siècle par l’écriture de romans, c’est après la Première Guerre mondiale que sa carrière bascula dans la littérature populaire. Se confrontant aux genres à la mode à l’époque (sentimental, aventures, policier, cape et épée), Georges Spitzmuller signa de nombreux titres pour les collections des éditions Tallandier, Rouff et Ferenczi, entre autres. Georges Spitzmuller... [Lire la suite]
08 mars 2020

L'île de la peur

Au sein des innombrables auteurs de la littérature populaire de la première moitié du XXe siècle, il est quelques noms qui surnagent. Si certains sont passé depuis à la postérité sans que le lecteur lambda soupçonne leurs participations à cette littérature souvent jugée bas de gamme (Georges Simenon, Frédéric Dard, Léo Malet...), d’autres demeurent dans les esprits des plus férus de cette paralittérature pour les qualités dont ils firent montre, soit dans leur production en général, soit dans un genre... [Lire la suite]
31 mars 2019

Le cave se rebiffe

Albert Simonin, est-il besoin de le répéter ? vous le connaissez forcément. Quoi ? Vous n’avez lu aucun de ses livres, vous doutez donc d’avoir fait sa connaissance ? Hé bien, si ! Car, même si vous n’avez jamais mis votre nez dans un de ses romans, vous connaissez au moins ses romans via les adaptations cinématographiques qui en ont été faites. Si je vous dis : « Touchez pas au grisbi », « Le cave se rebiffe », « Les Tontons flingueurs » ?  Vous voyez, vous... [Lire la suite]
02 décembre 2018

Crime de Première Classe

Poursuivons les « Enquêtes du Professeur » initialement éditées dans la collection « L’Indice » des éditions populaires Monégasques courant 1946 par ce cinquième épisode : « Crime de Première Classe ». Le « Professeur » est le surnom donné à l’inspecteur Gonzague Gaveau, un policier dont il est difficile de connaître l’affectation au fil des épisodes. Peut-être est-il un ancêtre du Capitaine Marleau (l’héroïne de la série télévisée réalisée par Josée Dayan et dont... [Lire la suite]
14 octobre 2018

Une femme dans l'ombre

Bill Disley, le reporter-détective, est un personnage de la littérature populaire française créé par l’énigmatique J.A. Flanigham derrière lequel se cache un auteur au nom probablement bien moins « anglophone » dont la BNF nous fournit comme autre pseudonyme Raymond Gauthier. Bill Disley a vu ses aventures éditées sous des formats courts : 32/48 pages, mais aussi sous un format un peu plus étalé : 128 pages. Bill Disley, dans l’esprit, est une sorte de Nestor Burma (pas celui de la... [Lire la suite]