29 juillet 2018

La maison des hommes sans mains

Poursuivons notre voyage dans la bibliographie de Marcel Priollet, auteur majeur de la littérature populaire de la première moitié du XXe siècle, avec sa participation à l’une des premières et des plus cultes collections policières, celle de « Mon Roman Policier », 1re série, des éditions Ferenczi. Marcel Priollet, si vous lisez mes chroniques, vous l’avez découvert, tout comme moi, par deux séries policières datant des années 1940 : « Old Jeep et Marcassin » et « Monseigneur... [Lire la suite]

11 mars 2018

Le signe sanglant

Maurice Boué est un auteur dont je vous ai déjà parlé pour son personnage du Détective Lautrec. Pourtant, je vais revenir sur le sujet. Pourquoi ? Parce que la littérature populaire est un monde nébuleux dans lequel il est parfois difficile de se retrouver. Le Détective Lautrec, je l’ai découvert dans la Feuille Populaire de Bruxelles, un journal belge qui diffusait des textes d’auteurs belges. Parmi ces plumes : René Joison, E. Dumas, Eloi Cleri, C. Duval, Émile Soulié... des noms pas très... [Lire la suite]
21 janvier 2018

Les yeux fantômes

Pierre Adam, alias Antonin Seuhl, est un pseudonyme de l’auteur Marie Augustin Gustave Patou, né en 1883 et mort en 1943. Il a beaucoup œuvré pour la collection d’aventures des éditions Offenstadt, pour des récits d’aventures, donc, mais également dans l’imaginaire et le sentimental, mais également, dans le policier. Les yeux fantômes : La population de Philadelphie est en proie à la terreur. La bande des « Yeux fantômes », un gang d’assassins qui dissémine dans toute la ville des sacs contenant le corps... [Lire la suite]
Posté par seppuku à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
25 décembre 2016

Messieurs les hommes

Quand je sors d’une lecture décevante, pour me requinquer, ces derniers temps, je me plonge dans une valeur sûre : « San-Antonio ». Enfin, devrais-je dire : les débuts de San-Antonio. Oui, allez savoir pourquoi, contrairement à la plupart des aficionados de Frédéric Dard, je préfère les débuts de San-Antonio à sa « grande période » plébiscitée par la presse et les lecteurs. Du coup, puisque ma précédente lecture n’était pas un moment de plaisir littéraire, je me plongeais à nouveau dans... [Lire la suite]